Ecole de l'art de vivre
  1. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  2. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  3. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

  4. La Foi et les œuvres. Seule une foi véritablement vivante dans la conviction peut produire des œuvres s'inscrivant dans les…

  5. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

Archives

.

Famille et Foyer

.

La Famille, lieu d’accueil pour les esprits de l’Au-delà

La famille est le lieu normal et naturel pour l’accueil sur Terre d’une ou plusieurs âmes en provenance de l’Au-delà.

Si un couple, composé d’un homme et d’une femme spirituellement libres, s’unit corporellement, cela implique que cet acte puisse éventuellement aboutir à une procréation. Cela n’est pas certain mais c’est possible et – si les conditions pour cela exigibles sont toutes réunies – c’est même probable.

Cela signifie qu’en ce cas les deux parents (s’ils ont déjà un ou plusieurs enfants) ou – pour le moins – parents potentiels sont prêts à accueillir comme hôte-durable (21 ans, selon les Lois), au sein de leur famille, un (ou même plusieurs en cas de jumeaux, triplés, quadruplés, quintuplés, etc.) esprit humain étranger, dans le but de lui – ou de leur – offrir une occasion de, sur Terre, se racheter et de mûrir.

Si le couple – donc l’homme et la femme – ne sont pas prêts pour cela, alors ils ne doivent pas fournir l’occasion d’une procréation. Dans la notion d’être prêts il y a, d’abord, le fait d’être spirituellement prêt. Naturellement, il faut aussi qu’ils soient terrestrement prêts. Donc, les conditions doivent être réunies, à tous points de vue.

La famille, le royaume de la femme

La famille est le royaume de la femme. Dans son foyer et dans sa famille, la devient, tout naturellement, la reine de la maison, grâce à ses Facultés. Ce foyer n’est pas obligatoirement le sien, parce qu’une vraie femme possède la capacité de transformer tout lieu en Foyer. La caractéristique fondamentale d’une femme authentique c’est que, partout où elle se trouve, elle entretient la vie.

Foyer et famille

Si le foyer et la famille sont le royaume de la femme, l’on pourrait penser que, pour accomplir le but de sa vie, une femme doit se marier et fonder un foyer avec un homme en tant que son époux. Ce n’est pourtant pas le cas. Même sans famille un Foyer peut exister. Même chez une femme célibataire il peut aussi y avoir un Foyer.

Même si elle est sacrée, la maternité n’est pas la Tâche première de la féminité. La maternité n’est qu’une tâche secondaire de la féminité, et pas pour toutes les femmes mais seulement pour certaines. Même si toutes les femmes ont – en tant que Gardiennes de la Flamme de l’Aspiration vers les Hauteurs de Lumière – le devoir de transformer leur cadre de vie en Foyer, la famille n’est pas le but premier de la vie d’une femme.

Certes, le lieu idéal pour la famille c’est le Foyer. Mais le rôle premier de la femme c’est le Foyer, lequel ne se réduit pas à la famille. Le Foyer se tient donc plus haut que la famille. Le Foyer c’est l’âtre ou brûle la Flamme qui vient de la Lumière. Le rôle premier de la femme – qu’elle soit ou non mère de famille – c’est d’entretenir la Flamme.

Dans une famille humaine, un fils existe pour lui-même, une fille existe pour elle-même, le père existe pour lui-même, la mère existe pour elle-même, ils sont et demeurent indépendants, ils peuvent, tout au plus, dans l’activité, devenir unitaires, mais jamais ils ne seront un. C’est, d’ailleurs, nécessaire, car chaque esprit humain est une individualité et doit se développer en tant que tel.

La famille peut être une entrave à l’évolution spirituelle

C’est ce que l’on appelle l’« esprit de famille ». De prime abord, l’on pourrait voir là une notion positive, synonyme d’entraide (Remarque: A l’inverse de la « solidarité » – qui n’est pas une notion spirituelle – l’entraide, inspirée par l’authentique Amour, quant à elle, est une notion véritablement spirituelle) avec les autres membres de sa famille, ce qui pourrait inciter à le porter aux nues.

Pourtant, l’esprit de famille, tout à fait naturel en soi, a un fort aspect négatif, tellement fort même qu’il est capable complètement éclipser l’aspect positif.

Aussitôt que l’esprit de famille se développe d’une façon malsaine et fausse, et devient le rigide esprit de famille de l’époque actuelle, alors il doit nécessairement, au lieu de promouvoir son Ascension, entraver l’esprit et l’entraîner vers le bas.

Car de quoi se compose, en effet, le plus souvent, le fameux « esprit de famille »?  C’est justement par « esprit de famille » que se fabriquent les « fils à papa », car les parents, qui se projettent dans les enfants, désirent transmettre leurs entreprises et leurs biens à leurs enfants, pour que « cela reste dans la famille ».

Le sens « moderne » de la cohésion familiale a comme base essentielle la transmission et la conservation d’avantages gros-matériels avec toutes les facilités qui y sont liées, rien d’autre. Mais cela ne respecte pas la Loi du Mouvement qui exige que chaque esprit se bouge lui-même afin de s’élever…

C’est tout le sens de cette célèbre parole de Johann Wolfgang von Goethe:

 « Ce que Tu veux hériter de Tes pères, gagne-le, afin de le faire Tien! ».

L’on voit donc que le faux esprit de famille n’est déjà pas conforme à la Loi du Mouvement. Mais, possiblement, il y a pire!

En effet, il arrive aussi, trop souvent, qu’en un tout aussi faux esprit de famille les membres d’une famille veulent, pour toutes sortes de {mauvaises} « raisons familiales » empêcher l’un de leurs membres de suivre son propre chemin spirituel, devant, bien souvent, être aussi celui de la libération de son esprit….

Prenons une famille où règne un dogme religieux ou idéologique quelconque. Supposons un être humain, membre de cette famille, qui, suite à une rencontre, aspire à parcourir un chemin de découverte d’une Vérité spirituelle plus haute, il y a « gros à parier » que nombre de membres de sa famille, parents, frères, sœurs, ou même enfants, cousins, oncles et tantes, etc., par toutes sortes de prétextes, ou de mauvaises raisons, chercheront à l’en détourner.

Comme le dit la chanson: « Non, les braves gens n’aiment pas que … l’on suive une autre route qu’eux ».

Un être humain conscient de lui-même se doit de se développer en tant que personnalité individuelle propre, avec la conscience la plus marquée certes de son individualité mais aussi de sa responsabilité personnelle pour son vouloir spirituel, pour sa pensée par laquelle ce vouloir se fait connaître, par les paroles qui expriment ses pensées, et par l’action qui en résulte, le tout constituant ses œuvres!

Arrivé à l’âge adulte (21 ans), chaque être humain doit ne pouvoir compter que sur lui-même. Seulement ainsi il peut se développer en tant que personnalité indépendante,  tremper son esprit et se maintenir en constant mouvement par une inébranlable Vigilance. Mais  tout cela va complètement à vau-l’eau avec l’assujettissement volontaire à l’esprit de famille et donc à une volonté étrangère.

Le faux esprit de famille – tel qu’il existe à notre époque – engourdit, étouffe la germination et le joyeux épanouissement du germe d’esprit humain. Par là il n’est évidemment pas dit qu’un être humain devrait abandonner sa famille sans protection. Au contraire, un père de famille et une mère de famille ont, en tant qu’époux et co-parents, bien évidemment, des devoirs l’un envers l’autre, ainsi que vis-à-vis de leurs enfants.

La mère doit, certes de façon maternelle mais sans sentimentalisme, prendre soin de ses enfants, et ce d’autant plus qu’ils sont jeunes, tandis que le père se doit, d’une façon virile, de protéger tout sa famille et veiller à pourvoir à leurs besoins de toutes natures.

Mais, une fois que les enfants ont atteint l’âge adulte, chaque enfant devenu adulte ne peut parvenir à s’épanouir, si se perpétue un déplaisant « esprit de famille ». Car un tel « esprit de famille » ne fait qu’émettre des prétentions totalement injustifiées sur la destinée ultérieure d’esprits devant s’orienter dans la vie d’une manière totalement libre et indépendante.

Si un jeune homme ou une jeune fille en vient à se fiancer avec une jeune fille ou un jeune homme, les fiançailles doivent impérativement marquer la limite à partir de laquelle les parents et le reste de la famille ne doivent plus du tout intervenir dans la vie de ces êtres en route pour constituer leur propre foyer.

Le faux amour

Même si l’« esprit de famille » veut se manifester de bienveillante manière, sous la forme du sentiment que de nombreux êtres humains appellent volontiers « amour » mais qui, en réalité, n’est pas de l’Amour – lequel ne peut avoir qu’une base spirituelle et non sentimentale -, alors cela ne vaut guère mieux; car, alors, ce soi-disant amour sentimental ne cherche constamment, pour l’être qui est l’objet de cet « amour » sentimental, à tout lui faciliter pour qu’il ait tout sans effort.

Ce faisant, ce soi-disant « amour » né de l' »esprit de famille », empêche précisément le « bénéficiaire » de développer les propres forces de son esprit. Prenons le cas où un père richissime – parce qu’il en a les moyens – offre à son fils ou à sa fille une maison toute prête avec serviteurs, piscine et tout le reste. Du coup, ces enfants devenus adultes n’ont plus besoin de vivre leur propre vie, puisque leur vie a déjà été toute programmée par leur père avec son « amour familial ». Est-ce cela la vraie vie?

Un tel « amour » – qui place le bien-être terrestre des enfants avant leur Ascension spirituelle – ne peut, en réalité, pas être considéré comme un bienfait, mais agit, au contraire, insidieusement, comme un stupéfiant, empêchant le déploiement des forces propres et affaiblissant l’esprit et l’empêchant de s’élever. C’est une totale régression! Le véritable Amour ne veut et ne fait pas cela!

Que ce soit par faux ‘amour », par esprit de famille ou par « obligation familiale », plus le chemin d’un être humain lui est facilité, plus il est dispensé d’efforts, et plus il est encouragé à la paresse spirituelle! Or la Santé spirituelle requiert le Mouvement!

Souvent, chez les animaux (cela dépend des espèces), les enfants parvenus à l’âge adulte vivent leur vie seuls, indépendamment de leurs parents. Chaque fruit mûr qui tombe de l’arbre va ensuite vivre sa vie indépendante. Un être humain, devenu adulte, doit se séparer de sa famille, de ses parents, de ses frères et sœurs et de sa parenté, car ils ont tous aussi, tout comme lui, à vivre leur propre vie! La procréation, le mariage et la famille n’existent que sur la Terre!

Lorsque deux êtres humains se marient ce sont seulement eux deux qui se marient, ils n’épousent pas la famille! Cela n’empêche certes pas les relations, mais aucune dépendance ne doit jamais survenir! Chaque être humain arrive seul sur la Terre et il en repart seul. C’est seul aussi qu’il doit répondre de ses actes lors du Jugement Dernier…

.

Famille et Foyer

Famille et Foyer

1 Commentaire

  1. Deh Assy

    L’amour vrai, c’est aussi laisser entrer les radiations lumineuses en soi et ensuite les laisser sortir de soi pour atteindre les endroits voulus, afin d’apporter le bien. Ne jamais garder pour soi tout seul ce qui fait du bien.

    Les membres de toutes les familles devraient tenir compte de cela pour éviter de s’entraver mutuellement. C’est très souvent « l’amour » qui pousse les uns et les autres à s’entraver dans leurs progressions spirituelles, sans s’en apercevoir.

    Ce article apporte un éclaircissement sur ce que devraient être les relations devant prévaloir entre les membres d’une famille terrestre.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *