Ecole de l'art de vivre

Le Mouvement de la Vie

par | 4 Fév 2024 | Autres Articles, Santé et Spiritualité | 0 commentaires

  1. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

  2. "La fausse conscience." Dans certaines expressions populaires figure le mot "conscience". Il est employé de diverses manières. Prenons quelques exemples…

  3. Le Miracle de Cokeville On peut retenir de cette histoire que nous ne sommes pas seuls. Et que, bien orientés,…

  4. La Maternité Article mettant en lumière l'amour maternel. Merci à l'auteur de l'article pour avoir donné des éclaircissements assez détaillés…

  5. "La Loi du Mouvement" Dans le cadre d'un sport quelconque, quel que soit ce dernier, l'être humain est capable de…

  6. Nous ne nous lasserons jamais de toutes ces Paroles bienveillantes que nous a laissées Jésus dans l'espoir de notre murissement…

Archives

.

Le Mouvement de la Vie

.

La Vie c’est le Mouvement, et le Mouvement … c’est la Vie!

Le Mouvement procède de La Vie. Là où il n’y a pas de Mouvement, il n’y a pas de Vie! Une évidence; une banalité. La Vie Seule est réellement Indépendante. Elle Est! Mais qui comprend vraiment tout ce que cela veut dire? La Vie est l’Absolu, c’est l’Être, la Lumière, la Force, en un Mot : Dieu! La Vie et la Force se tiennent en dehors de la Création et non en elle-même! La Force flue à travers la Création, mais ne procède pas d’elle. Dans la Création n’existe que le Mouvement, le Mouvement activé par la Vie, le Mouvement de la Vie!

La Vie produit donc le Mouvement. D’où, vue de haut en bas, l’expression: « La Vie c’est le Mouvement! ». Toutefois, la Vie ne se réduit pas au Mouvement; le Mouvement, en réalité, est juste un effet naturel de la Vie! Pour l’être humain, inversement, considéré, cette fois, de bas en haut, le Mouvement c’est la Vie! Parce qu’il ne peut fondamentalement appréhender que le Mouvement. L’Essence – ou plutôt l’Inentéallité (fait d’être dépourvu de tout attribut) – de la Vie Elle-même lui échappe.

Face à La Vie – L’Être, La Lumière, La Force, en un Mot: Dieu – dans tout Son Absolu, le petit être humain que nous sommes est entièrement dépendant. Entièrement dépendant de la Force qui traverse et transpénètre toute la Création et que la Vie nous accorde par Grâce. La Force est à notre disposition, mais ne nous appartient pas. Nous en possédons juste la Clef par notre ressenti, notre intuition.

La Lumière rayonne et, de ce fait, produit la Pression. La Pression, à son tour, produit le Mouvement. Le Mouvement n’est donc pas la Vie mais juste l’Effet naturel de la Vie. Dans la Création le Mouvement découlant de la Vie active tout. C’est pourquoi il est tellement profitable, en un authentique Savoir-Recevoir, de humblement se laisser pénétrer par le Mouvement de la Vie!

La condition pour cela est l’Ouverture, le Pouvoir-Recevoir, c’est-à-dire l’Humilité, dont la puissance est considérable. Étroitement lié à cela, il est aussi indispensable de vivre dans la Gratitude. Ouverture – Humilité – Gratitude: l’indispensable Triptyque pour se laisser pénétrer par le Mouvement de la Vie!

L’intellect humain est lui-même un produit du Mouvement de la Vie. C’est pourquoi le summum de ce qu’il peut reconnaître est seulement le Mouvement et non point la Vie véritable, Laquelle se tient encore bien au-dessus du Mouvement. La Vie véritable, dans une certaine mesure, ne peut être reconnue et accueillie que par l’Intuition spirituelle et non par l’intellect terrestre. Mais l’être humain ne pourra jamais la posséder. Juste la recevoir en abondance, s’il place bien sa confiance.

L’Irradiation de la Lumière

L’activation de l’Intuition spirituelle ainsi que la découverte et l’approfondissement des Messages de la Lumière – comme, par exemple: « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie! »« Je suis la Résurrection et la Vie! Celui qui croit en Moi, fût-il mort, vivra! » – permet de parvenir à des prises de conscience déterminantes…

La Lumière irradie. Et c’est de cette Irradiation de la Lumière – qui n’est pourtant pas la Lumière Elle-même mais juste un Effet de Celle-ci – que proviennent toutes les Créations et toutes les créatures qui les habitent. Nous provenons de l’Irradiation de la Lumière à un degré déterminé – dû à l’éloignement de la Source – de refroidissement de l’Irradiation.

L’être humain dépend donc entièrement de la Vie, de la Lumière et de la Force. Tout ce qui existe en dehors de Dieu provient uniquement de l’Irradiation de Dieu. Dieu a toujours irradié et irradiera toujours. Sinon, Il ne serait pas Dieu. Le Soleil, lui non plus, ne peut pas s’empêcher de rayonner… Cela fait tout simplement partie de son être.

Comme déjà dit plus haut, la pression née de l’Irradiation de la Lumière engendre le mouvement. Le Mouvement est à l’origine de la chaleur, voire même d’une encore plus grande Chaleur pouvant aller jusqu’à l’embrasement. La pression, toutefois, n’est, elle aussi, qu’un effet de la Force, et non pas la Force elle-même; de même que les radiations, elles aussi, ne naissent que sous la pression de la Force, mais ne sont pas la Force elle-même.

C’est pourquoi les radiations dans la Création, elles aussi, ne sont que la conséquence d’un mouvement correspondant, lequel mouvement doit lui-même se régler en fonction de la pression correspondante. Il y a donc – à ne pas confondre – l’Irradiation primordiale précédant le Mouvement et des radiations secondaires naissant des différents mouvements intervenant dans la Création.

Là où, par conséquent, n’existent pas de radiations dans la Création, là il n’y a pas non plus de mouvement, ou – comme l’on dit, avec le langage courant, de façon pas vraiment juste – pas de « vie ». Car tout mouvement rayonne et l’arrêt du mouvement signifie absence de rayonnement, soit le néant, l’immobilité, le zéro absolu, qui, par les êtres humains, est nommé(e) mort.

Soit dit en passant, le zéro absolu nous apparaît, toutefois, de plus en plus, comme une porte vers le monde de l’au-delà, d’où provient l’énergie, parfois appelée – en fonction de l’apparence« énergie du vide »… En, réalité, bien sûr, le vide  – le rien – lui-même n’émet aucune énergie; c’est ce qui est « derrière » ou « au-delà » qui émet l’énergie, laquelle n’est qu’une condensation de la Force provenant de beaucoup plus haut… Il est, toutefois frappant de constater que dans Vide il y a Vie…!

Le vouloir humain, lui aussi, émet des irradiations. Selon l’intensité d’un vouloir ou d’une action en découlant, les irradiations émises par ce vouloir, de façon proportionnelle, elles aussi, sont alors faibles ou fortes, et vont, de ce fait, engendrer des effets proportionnés. Il est important de devenir bien conscient de ce processus, afin de, à son sujet, parvenir à une parfaite maîtrise…

La Tâche de l’esprit humain, incarné dans la matière grossière – ou physique – terrestre, est d‘ouvrir, autant que faire se peut, tout ce qui se trouve au-dessous de lui, avec la force qui lui est propre et qu’il a reçu en cadeau – une gradation inférieure de la Force -, à l’influence des pures Irradiations de Lumière et, de ce fait, d’agir, pour tout ce qui se tient en-dessous de lui, en qualité de médiateur. Médiateur de Lumière!

A travers l’être humain, en effet, par rapport à ce que, par exemple, les créatures animales et végétales, ainsi que les entités de la Nature, peuvent, elles-mêmes directement accueillir, une Pression plus forte peut pénétrer, dispensant la Bénédiction, parce que l’être humain peut accueillir et retransmettre, en la répartissant auprès de tout ce qui en a besoin, cette plus haute Pression, qui, de façon purificatrice, décompose et dissout, en dessous de lui, tout ce qui est impur, ce que, dans la Création matérielle, personne d’autre n’est capable de faire. C’est un véritable « effet de nettoyage sous haute pression » pour la Création matérielle…

Être Naturel, Vivre Naturellement, signifie, cependant, aller vers le Haut, aspirer vers le Haut, en suivant et en s’abandonnant à la puissante attraction de la Force vivante. Car, dans le Naturel, tout aspire uniquement vers le Haut, comme chaque brin d’herbe, chaque fleur, chaque arbre, chaque créature, tout ce qui vit. Que, grâce à l’intermédiation humaine, tout ce qui existe, pour sa Bénédiction, s’élève enfin à la rencontre de la Lumière pour que les deux Mondes soient fusionnés en un seul, c’est ce pour quoi, en tant que trait d’union entre le Ciel et la Terre, l’être humain est l’unique médiateur, et c’est le But de sa vie!

Vers une Santé optimale…

D’un point de vue terrestre, l’être humain cherche à être en bonne santé. Et, par là, il pense, en premier lieu, à son corps physique terrestre. Il ferait pourtant bien mieux de se préoccuper de la santé de son âme, car la santé de son corps, une fois, bien sûr, que lui ont été accordés les soins dont il a terrestrement besoin, dépend, en premier lieu, de celle de son âme. « C’est folie que de vouloir guérir le corps sans guérir l’âme » a dit le célèbre philosophe grec, disciple de Socrate, Platon.

À vrai-dire, la Santé ne constitue pas un But en soi; elle ne devrait toujours être qu’une conséquence secondaire bienvenue d’une juste attitude envers la Vie. La mise à profit du Mouvement de la Vie est fondamentalement une Démarche d’Ouverture spirituelle, laquelle est indissociable de l’Humilité, laquelle engendre tout naturellement, la Gratitude.

Platon a aussi dit: «Si vous voulez guérir le corps, vous devez d’abord guérir l’âme». Dans «Le Livre de Jésus, L’Amour de Dieu» les Paroles suivantes sont attribuées à Jésus:

«Sachez que je ne pourrais guérir aucun corps dont l’âme ne soit pas auparavant déjà guérie».

Et aussi:

«Lorsqu’un être humain, dans la maladie, se trouve aussi fortement bouleversé, alors c’est toujours parce qu’il ne peut venir à bout de sa conscience.».

Avec ces Paroles tout est dit. Venir à bout de sa conscience c’est, en réalité, bien évidemment, impossible. En définitive, la conscience est toujours la plus forte. Vu que « Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime » (Carl Jung), lorsque, au cours de cette lutte, elle ne peut pas immédiatement l’emporter, le souvenir refoulé, afin de ne pas se perdre, s’imprime dans le corps, c’est-à-dire sur un support gros-matériel. C’est la condition de l’oubli (nécessairement temporaire) dans la conscience diurne. Toutefois, ce qui est ainsi enfoui dans l’inconscient, inéluctablement, un jour, re-surgira.

Cela implique aussi que, a fortiori, un être humain qui ne lutte pas contre sa conscience ne peut pas, pour des raisons purement psychiques, être malade.

À cette non-lutte deux causes possibles:

1) L’être humain considéré n’a aucune raison d’être en lutte contre sa conscience; il n’a donc (au sens de la Médecine Nouvelle) pas de « conflit »; c’est cela la santé.

2) La conscience est tellement étouffée qu’il n’y a pas de lutte. C’est le complet déni. Le déni empêche, provisoirement, la connexion âme-corps, de sorte que, aussi longtemps que dure cet état, qui, bien sûr, ne peut quand même n’être que temporaire, il n’y a pas de répercussion de l’âme sur le corps. Il y a alors une apparence de santé, qui n’est que « le calme avant la tempête ».

C’est aussi dans ce sens qu’il est possible de dire: « L’inconscience protège, mais seulement temporairement. ».

Dans ce Récit, Jésus explique ici que la guérison spirituelle du corps par une Force supra-terrestre, n’est pas possible lorsque l’âme qui habite ce corps n’est pas, au préalable, déjà guérie. Car si l’âme n’est pas guérie et qu’en conséquence, du fait de son enfermement volontaire, elle fait obstacle au passage de la Force Supérieure, cela implique que la Force guérissante arrivant par l’esprit et devant nécessairement, pour arriver au corps, passer par l’âme, ne peut évidemment pas être transmise au corps.

Dans le même ordre d’idées, Carl Gustav Jung, le célèbre psychologue suisse, a dit: «Nous cherchons à guérir nos maladies, mais ce sont elles qui sont là pour nous guérir!». Là aussi, pensée éminemment profonde, s’il en fût. La maladie est donc toujours une grâce. Elle n’arrive que pour nous permettre de comprendre enfin de cette manière – en fait, la seule qui reste – quelque chose que nous n’avons pas été capables de comprendre autrement.

C’est aussi le sens du proverbe breton: « Celui qui n’obéit pas à la barre, obéira au rocher! ».

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, la maladie n’est là que pour la Guérison. Elle est le chemin de guérison lui-même.

Et Samuel Hannemann, le fondateur de l’homéopathie, a, quant à lui, déclaré: «La maladie commence à l’instant même où l’être humain attribue à une cause extérieure son malaise intérieur.

L’on cherche au dehors la cause du malaise qui se trouve au-dedans. C’est le principe même de la somatisation. Et c’est aussi ainsi que se manifeste, pour un être humain, le refus d’évoluer. Pourtant, pour chacun, il n’y a jamais qu’une seule alternative: « Changer ou disparaître! ».

La maladie commence donc au moment où l’on recherche la cause du malaise – et donc la faute – chez l’autre, ou bien dans des circonstances extérieures, au lieu de la rechercher en soi-même. Ainsi l’on ne peut pas intérieurement progresser, puisque, aussi longtemps que l’on recherche la faute en l’autre, l’on reste dans le déni. C’est tout le sens de la Parabole du Copeau et de la Poutre.

C’est comme si l’on disait que rien n’est à changer chez soi mais que tout est à changer chez l’autre! C’est, du moins, ce que l’on s’imagine! Avec une telle attitude l’on ne peut évidemment pas aller bien loin.

Lorsque, du fait de l’obstination antérieure, suite à une circonstance déclenchante, la maladie finit par arriver, deux choix possibles: L’on continue à rester dans le déni et l’immobilisme, ou bien l’on accepte enfin de se laisser remettre en cause par la maladie.

Si l’on considère la maladie comme un mal extérieur à vaincre, même si l’on arrive à extérieurement temporairement juguler la maladie l’on ne peut pas réellement guérir, car la cause psychique demeure.

C’est là que l’on voit tout le faux de la plupart des approches communément répandues dans la société. La maladie, le cancer et le reste sont toujours présentés comme des ennemis extérieurs à vaincre, contre lesquels il convient de se liguer, comme si, en tant qu’innocente victime, l’être humain lui-même n’y était pour rien et n’avait jamais à lui-même s’auto-examiner. Jamais la responsabilité personnelle de l’être humain dans la maladie n’est ici prise en considération. Un exemple particulièrement significatif de cela est justement une « ligue » qui a pris le cancer pour cible et tente de l’exterminer avec son « arc ».

Le Principe de la Résonance

La maladie provient donc de non-communications entre l’intérieur et l’extérieur de l’être, donc de blocages, lesquels entraînent toujours des stagnations énergétiques, lesquelles provoquent aussi des stagnations organiques diverses dans le corps physique. Les blocages proviennent eux-mêmes de refus, de non-acceptations, le plus souvent inconscientes, refus de voir, refus d’entendre, refus de sentir, refus de comprendre, bref, auto-limitations volontaires en tous genres.

Que se passe-t-il si la «robe» d’une cloche est maintenue pendant que son battant la frappe? Sa vibration est entravée. Elle ne résonne plus librement. Sa résonance est étouffée. Pourtant – symboliquement exprimé -, la cloche du corps doit librement résonner au battant de l’Esprit.

De telles entraves sont très fréquentes dans la vie des êtres humains; leur corps n’est plus en résonance avec leur être intérieur. Du coup, la conscience extérieure ne sait pas ce que vit et ce que veut l’être réel à l’intérieur. L’action curative doit donc viser à rétablir la parfaite et harmonieuse résonance entre tous les étages de l’être, du Noyau spirituel jusqu’à – durant l’expérience de l’incarnation – l’enveloppe la plus extérieure: le corps physique terrestre.

Le Mouvement né de La Vie

Ce qu’il y a de plaisant avec le Mouvement de la Vie c’est que ce n’est pas une démarche thérapeutique, c’est juste une démarche de rééquilibrage. Si de ce rééquilibrage résultent aussi des bienfaits pour le corps physique, alors c’est tant mieux et l’on ne pourra, bien sûr, que s’en réjouir, mais ce n’est pas le but, c’est juste – répétons-le – une conséquence secondaire bienvenue, attestant, à l’extérieur aussi, que l’Harmonie a été rétablie, de haut en bas, depuis le Centre de l’être jusqu’à la périphérie.

Lorsque, par son faux comportement, l’être humain introduit des déformations il crée des nœuds énergétiques – et donc des blocages – dans le circuit normal de la Force. Le Mouvement de la Vie peut être utilisé pour dissoudre ces nœuds et faire disparaître ces blocages.

Qu’est-ce que le Mouvement de la Vie?

Comme nous l’avons déjà vu plus haut, La Vie est; c’est l’Absolu des Absolus. Le Mouvement de la Vie est, tout simplement, le Mouvement généré par La Vie. Si, volontairement, en fonction de sa propre ouverture, au lieu de stupidement s’y opposer, l’on se laisse humblement traverser par la Force, la Force va agir seule en déclenchant en nous-mêmes le Mouvement de la Vie, le Mouvement déclenché par la Vie. Le corps n’est plus sous le contrôle de l’intellect mais sous la maîtrise de ce que – d’un point de vue plus terrestre, l’on peut aussi appeler le « système involontaire », sur lequel l’intellect n’a pas de contrôle.

Comment activer le Mouvement de la Vie dans sa vie pour se ré-équilibrer, se laisser régénérer et accessoirement guérir?

Dans le Mouvement de la Vie c’est extrêmement simple. Il n’y a absolument rien à apprendre, il y a juste à s’ouvrir pour recevoir la Force. Et, plus particulièrement, recevoir ce qu’il est possible d’appeler l’Extra-Force, une Force supplémentaire à la Force de base traversant déjà la Création. Tout est auto-actif.

Cette démarche d’Ouverture est fondamentalement une démarche d’Humilité, liée au Pouvoir-Recevoir – donc à la capacité de recevoir – de l’être humain.

L’organisme humain possède une faculté innée d’auto-régulation. D’une grande puissance au début de la vie, celle-ci se retrouve malheureusement souvent très affaiblie à l’âge adulte. La faute en incombe aux aléas de notre histoire personnelle, mais aussi à notre refus des réactions que l’organisme déclenche spontanément pour maintenir son équilibre, parce qu’elles nous dérangent ou nous inquiètent. La pratique du Mouvement de la Vie a pour fonction de ré-activer cette faculté naturelle.

Un exemple bien connu: La fièvre est un puissant mécanisme d’auto-guérison du corps, mais, bien souvent l’action de la médecine vise erronément, de façon unilatérale – au lieu de la mettre à profit et de l’accompagner (il ne faut, toutefois, pas laisser la température corporelle rectale longuement dépasser 40 ou 41°C) -, à « faire baisser la fièvre », alors qu’elle est justement là pour guérir le corps.

Le côté « technique » du Mouvement de la Vie est réduit à sa plus simple expression: quelques gestes, en début de séance, qui facilitent le lâcher-prise, dont l’on pourra, du reste, rapidement se passer au bout d’un certain temps de pratique. En fait, l’Ouverture spirituelle, suscitée par des Paroles appropriées, est tout à fait suffisante pour déclencher le Mouvement de la Vie chez des êtres humains ouverts….

À  part cela, l’on ne fait « rien », on se laisse totalement « aller », et on laisse travailler la Force, celle-la même qui fait battre le cœur, active la digestion, gère la gestation, provoque la transpiration, déclenche bâillements, hoquets et étirements, fait éclater de rire, cicatrise les blessures, ressoude les os fracturés, etc – et même l’Extra-Force – seule capable de susciter en nous le véritable … Mouvement de la Vie … et d’apporter ainsi encore la Guérison, même dans des cas où l’on ne l’attendait plus!

La Vie c’est le Mouvement et le Mouvement c’est la Vie! Autrement dit, la Vie, comme conséquence naturelle, apporte le Mouvement, et le Mouvement permet à la Vie de venir ou de revenir, même là où elle ne venait plus.

 Merci, la Vie!

 

Mouvement de la Vie

Mouvement de la Vie

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *