Ecole de l'art de vivre

Santé et Spiritualité

  1. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  2. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  3. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

  4. La Foi et les œuvres. Seule une foi véritablement vivante dans la conviction peut produire des œuvres s'inscrivant dans les…

  5. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

Archives

Le faux chemin

Le faux chemin

Le faux chemin

Docteur Karlheinz Hütter

Depuis Hippocrate, tous les grands médecins de l’humanité ont une loi et une méthode. Leur loi était la Loi de la Nature, et leur méthode était l’Art de rechercher cette Loi de la Nature afin de la rendre utile à l’humanité souffrante. L’humanité n’aurait jamais eu besoin de connaître la maladie si elle n’avait pas dévié des Lois de la Création, et si, depuis la chute de l’être humain, elle ne s’était pas de plus en plus éloignée de Dieu. Tout événement extérieur a, partout dans la Création, son {correspondant} intérieur, c’est-à-dire une cause spirituelle.

Car si l’humanité n’avait, en effet, vécu dans la stricte observance des Lois de la Création, que par Amour du prochain, la Joie et la plus riche Bénédiction terrestre seraient devenues son lot. Le Paradis se serait alors, depuis longtemps, développé sur Terre, ainsi que, depuis le début, par Dieu, le Seigneur, cela, pour de l’humanité, a été conçu.

Mais, depuis la chute dans le péché, toutes les sombres caractéristiques ont gagné de l’espace sur Terre et ont mis un terme à l’accomplissement de l’état paradisiaque. Par la haine sont venues les guerres, par les mensonges est venue la décomposition, par les passions sont arrivées les maladies, par la déviation vis-à-vis de la Vérité et des Lois de la Création est arrivé, pour finir, tout le malheur, qui, à présent, maintenant apparemment toute l’humanité apparemment irrémédiablement enserrée. Le Courant rythmique de la Vie issu de Dieu le Père a été interrompu par cette mauvaise façon d’agir de l’humanité, de sorte que la maladie a dû en être la conséquence dans tous les domaines sur cette Terre.

Comment, maintenant, est née la maladie de l’être humain au sens véritable?

lire plus
L’atavisme métabolique

L’atavisme métabolique

L’atavisme métabolique

.

Le corps humain et son terroir

Selon les Lois de la Création, le corps terrestre de chaque être humain est étroitement lié au terroir sur lequel il est né! Il est aussi étroitement lié avec son terroir que l’est le corps de n’importe quel animal avec le sien!

C’est ce terroir uniquement qui donne au corps terrestre de chaque être humain tout à fait exactement ce dont il a besoin.

C’est aussi la raison pour laquelle les fruits et légumes sont les plus bénéfiques lorsqu’ils sont « locaux » et « de saison ». C’est juste le bon sens même!

Le corps humain – tous comme les corps animaux – a besoin de ce genre de nourriture à de telles époques et dans la zone où il est jadis né et avec laquelle il demeure constamment lié.

Avec la mauvaise habitude d’importer une abondance de fruits et de légumes exotiques et d’utiliser des serres artificiellement chauffées – ce qui lui permet de consommer fruits et légumes hors terroir et hors saison – l’être humain n’a – outre les nombreux dommages environnementaux – fait qu’introduire de nombreux préjudices pour sa santé.

Sur cette Terre, notre corps terrestre est étroitement lié à la zone où nous sommes nés! Si un être humain doit s’expatrier dans un autre pays ou – pire! -carrément sur un autre continent – en particulier si la latitude (distance à l’Équateur) est complètement différente, pour entretenir sa santé il doit – ce qui est loin d’être évident! – maintenir le régime alimentaire prévalant là où il est né.

lire plus
Vous et vos démons

Vous et vos démons

Vous et vos démons

«La  reconnaissance des démons et des fantômes est la base de tout travail psychothérapeutique, et même simplement thérapeutique, car nul ne peut prétendre durablement guérir le corps si l’âme qui l’habite n’est pas préalablement déjà guérie.»

Que dit-il?
Oui, en lisant le présent texte, la réaction de beaucoup risque de ressembler à celle-là:
 – «Qu’est-ce qui dit, celui-là? Moi, j’aurais des démons? Il n’est pas un peu givré, cet homme-là? Et d’abord, c’est quoi des démons?»
Oui, c’est sûr, le mot «démons» défrise. Ce n’est pas un truc sympa, dans la mentalité courante, plutôt une superstition moyen-âgeuse, bonne pour les obscurantistes!
Bref, pour beaucoup de gens, les démons, au même titre que les êtres de la Nature (korrigans, lutins, farfadets, etc.), font partie du folklore à reléguer dans le domaine des contes et légendes mais n’existent tout simplement pas.
Pour les croyants, par contre, cela veut dire davantage. Ils savent que les démons existent mais croient qu’il s’agit d’esprits mauvais. Au singulier, le démon c’est le diable en personne!!! Rien de bien attirant!
Quant à «fantômes», ce n’est guère mieux! L’on croit, en général qu’il s’agit d’âmes désincarnées mais liées à la Terre qui, recouvertes d’un drap et munies de chaînes cliquetantes, s’en viennent hanter, de préférence, les châteaux écossais…

lire plus
Vivre en Cohérence

Vivre en Cohérence

Vivre en Cohérence

Qu’est-ce que la Cohérence?

Tout ce qui est parfait est parfaitement logique et doit se dérouler une une stricte suite de conséquences logique (en langue allemande «Folgerichtigkeit»); c’est cela la Cohérence.
Un être humain peut ressentir d’une manière, penser d’une autre, parler encore d’une autre et agir encore différemment.
Si tel est le cas, ne serait que d’un seul niveau à un autre, un tel être humain est dépourvu de Cohérence, laquelle n’existe pas sans la Logique.
Au sens physique la cohérence est ce qui permet à la matière d’être structurée et donc solide. La cohérence assure la cohésion et présuppose donc l’existence de puissantes forces de liaison entre les différents éléments qui la composent.
Dans la matière physique les principales forces de liaison actuellement connues sont aussi au nombre de quatre. Il y a la force électro-magnétique, l’interaction forte, l’interaction faible et la pesanteur (ou gravité).

lire plus
Une volonté libre et consciente uniquement dirigée vers le Haut

Une volonté libre et consciente uniquement dirigée vers le Haut

Une volonté libre et consciente uniquement dirigée vers le Haut

Tel est le haut Objectif auquel le présent écrit souhaite concrètement commencer à apporter sa contribution.
Cet Objectif vous semble-t-il déjà atteint pour vous, ou vous semble-t-il encore désirable?
Beaucoup d’êtres humains s’imaginent être libres, mais, en réalité, ne le sont pas; il y en a peu qui le soient vraiment. Des fois, même pour qui le veut vraiment, une vie entière ne suffit pas pour le récupérer, pour le désenfouir.
La plupart des gens s’imaginent qu’être libre signifie pouvoir accomplir tous ses désirs terrestres sans restriction. Mais est-ce qu’un drogué, un buveur, un fumeur, un goinfre, un obsédé sexuel, etc., sont libres? Non, ils sont juste esclaves de leurs convoitises par trop terrestres, de leurs bas instincts, ils sont, tout au contraire, fortement dépendants. Et pourtant, paradoxalement, ils se considèrent – à tort – comme «libres» d’accomplir tout ce qu’ils désirent, puisqu’ils le font!
D’autres êtres humains, qui ne sont pas affligés de tares aussi rédhibitoires liées à des instincts par trop dominants, croient aussi être libres, alors que, chez eux, ce n’est pas fondamentalement l’instinct qui les opprime mais leur propre intellect, leur mental.
Le processus d’entrave est ici plus subtil et il est plus difficile de s’en rendre conscient, mais le ligotage n’en est pas moins fort pour autant, car leur volonté est constamment entravée par l’intellect terrestre.
Cela se manifeste de bien des manières.
L’une d’entre elles, et pas la moindre, ce sont les faux concepts et – en dérivant – les fausses conceptions, donc les fausses croyances, les préjugés, les idées reçues, etc.

lire plus
Mon démon et moi

Mon démon et moi

Mon démon et moi

L’intellect dominateur est le grand protecteur des démons.

Il est important et même fondamental de cerner de façon plus approfondie la nature du lien qui relie un être humain à son démon.
Si je – c’est-à-dire mon intellect- nie avoir un faux vouloir et donc un démon, alors mon démon est enchanté, car, aussi longtemps qu’il n’est pas reconnu, il peut tranquillement continuer à prospérer…
Les démons aiment les êtres humains dominés par leur propre intellect et qui ne veulent donc pas reconnaître qu’ils existent. L’on peut même dire qu’ils en raffolent!
Mon inavouable et terrible enfant
Le démon, en tant que fils né de mon désir, est mon enfant et cet enfant est, à la fois, une sangsue à l’affût de ma force – ou, plus précisément, de la part de Force neutre existant dans la Création qui, comme pour tout un chacun, me traverse et que je suis capable de capter par mes intuitions (c’est-à-dire les ressentis de mon esprit) – et une vipère que j’abrite en mon sein et qui n’attend que le moment où elle sera débusquée pour me mordre.
En effet, lorsque l’on ôte du repaire d’un serpent venimeux la protection qui le recouvre et qu’il se reconnaît, de ce fait, subitement découvert, c’est-à-dire reconnu en tant que tel, alors il cesse brutalement de faire semblant et cherche, bien évidemment, à sauter sur la main dépourvue d’égards, pour la mordre.
C’est la même chose ici. Le démon, se voyant découvert, réagit rapidement; une fois démasqué, il se manifeste violemment et fait tout son possible pour se maintenir sur le trône que l’être humain qui est son père lui a volontairement offert.
Un comportement «proprement» démoniaque
Nous voyons donc que le démon est, par nature, hypocrite. Au début, parce que c’est son intérêt, il fait semblant de vouloir notre bien. En réalité, il veut notre bien tout autant que nous voulons le bien d’un cochon que nous engraissons soigneusement dans le but de le transformer en jambons et saucisses…
Le démon est donc un parasite et même un «saprophyte». Du reste, une telle relation, en réalité, ça profite exclusivement à un seul: lui!
Il y a donc deux périodes bien distinctes: la période «sangsue» ou «vampire», pendant laquelle – parce que, par la Force que je capte, je le nourris – mon démon «m’aime», et la période «serpent» au cours de laquelle – parce que, du fait qu’il est démasqué, je ne le nourris plus – il «ne m’aime plus» et au cours de laquelle sa hargne «naturelle» se déchaîne alors contre moi.
L’on entend parfois dire qu’une personne a «fait une attaque» cérébrale ou autre. En réalité, il y a bien une attaque, mais ce n’est pas cette personne en mauvaise santé qui «fait  l’attaque; tout au contraire, elle subit l’attaque en provenance de l’un de ses démons, celui qui est alors débusqué.

lire plus
La Guérison par la Conscience

La Guérison par la Conscience

La Guérison par la Conscience

« La Vérité, c’est ce qui marche! »
– Bouddha –

« Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime! »
– Proverbe –

“La maladie commence à l’instant même où l’on justifie par l’extérieur le malaise intérieur.”
– Samuel Hahnemann –

Lorsqu’un être humain, dans la maladie, se trouve fortement bouleversé, c’est toujours parce qu’il ne peut pas venir à bout de sa conscience.

Là, dans la grande simplicité de cet énoncé, réside vraiment l’Enseignement fondamental sur la maladie.
Ne pas pouvoir venir à bout de sa conscience signifie, d’une part, que la conscience est invincible, d’autre part, qu’il y a quelque chose en soi qui tente de s’opposer à la voix de la conscience et que, pour guérir, il est indispensable de clairement identifier.
Ce quelque chose n’est, en fait, rien d’autre que la volonté intellectuelle – l’ego, le mental – qui tente de prendre le pas sur le ressenti spirituel.
La maladie nous apparaît ainsi comme l’inévitable résultat d’un combat entre la volonté intellectuelle de l’être humain et sa conscience spirituelle.
Le combat contre soi-même s’exprime ici avec les mots «ne pas pouvoir venir à bout de sa conscience».
C’est, tout simplement, ce qu’aujourd’hui l’on appelle, en termes de psychologie moderne, un «conflit intérieur».
Un tel «conflit intérieur», traduisant la dualité entre l’être spirituel et sa conscience mentale terrestre montre que, dans une telle âme humaine, le combat fait rage entre Lumière et ténèbres, Bien et mal, Esprit et intellect…

lire plus
Le Mouvement de la Vie

Le Mouvement de la Vie

Le Mouvement de la Vie

La Vie c’est le Mouvement, et le Mouvement … c’est la Vie!

Le Mouvement procède de La Vie. Là où il n’y a pas de Mouvement, il n’y a pas de Vie! Une évidence; une banalité. La Vie Seule est réellement Indépendante. Elle Est! Mais qui comprend vraiment tout ce que cela veut dire? La Vie est l’Absolu, c’est l’Être, la Lumière, la Force, en un Mot : Dieu! La Vie et la Force se tiennent en dehors de la Création et non en elle-même! La Force flue à travers la Création, mais ne procède pas d’elle. Dans la Création n’existe que le Mouvement, le Mouvement activé par la Vie, le Mouvement de la Vie!
La Vie produit donc le Mouvement. D’où, vue de haut en bas, l’expression: « La Vie c’est le Mouvement! ». Toutefois, la Vie ne se réduit pas au Mouvement; le Mouvement, en réalité, est juste un effet naturel de la Vie! Pour l’être humain, inversement, considéré, cette fois, de bas en haut, le Mouvement c’est la Vie! Parce qu’il ne peut fondamentalement appréhender que le Mouvement. L’Essence de la Vie Elle-même lui échappe.
Face à La Vie – L’Être, La Lumière, La Force, en un Mot: Dieu – dans tout Son Absolu, le petit être humain que nous sommes est entièrement dépendant. Entièrement dépendant de la Force qui traverse et transpénètre toute la Création et que la Vie nous accorde par Grâce. La Force est à notre disposition, mais ne nous appartient pas. Nous en possédons juste la Clef par notre ressenti, notre intuition.
La Lumière rayonne et, de ce fait, produit la Pression. La Pression, à son tour, produit le Mouvement. Le Mouvement n’est donc pas la Vie mais juste l’Effet naturel de la Vie. Dans la Création le Mouvement découlant de la Vie active tout. C’est pourquoi il est tellement profitable, en un authentique Savoir-Recevoir, de humblement se laisser pénétrer par le Mouvement de la Vie!
La condition pour cela est l’Ouverture, le Pouvoir-Recevoir, c’est-à-dire l’Humilité, dont la puissance est considérable. Étroitement lié à cela, il est aussi indispensable de vivre dans la Gratitude. Ouverture – Humilité – Gratitude: l’indispensable Triptyque pour se laisser pénétrer par le Mouvement de la Vie!

lire plus
Identification et Clôture des Cycles Inachevés

Identification et Clôture des Cycles Inachevés

Identification et Clôture des Cycles Inachevés

C’est « ICCI » et c’est maintenant!

Dans la Création tout est cycles! De même, nos ressentis, nos pensées, nos actions démarrent constamment de nouveaux cycles et chacun de ces cycles doit ensuite se boucler! Conformément aux Lois de l’Univers aisément reconnaissables, partout où l’on observe un cycle ne peut, toutefois, complètement se boucler – ou se clore – que dans le genre de matière qui l’a vu naître.
C’est, par exemple, ce que Johann Wolfgang von Goethe a lui-même observé en disant: « Le destin de l’être humain est semblable à {celui de} l’Eau: Du Ciel il descend, au Ciel il remonte. ».
Un ressenti crée, ou – mieux dit – forme, dans la matière fine de l’Au-delà. Toutefois, si ce ressenti donne simultanément lieu à une pensée et à un acte, alors, lorsque nous sommes incarnés dans la matière grossière, cet acte va, lui, se dérouler sur le plan terrestre.
Chacun de nos ressentis et chacune de nos pensées donnent lieu à un karma correspondant, de telle sorte que la plus grande partie des expiations se déroule{nt} fin-matériellement. Toutefois, un karma noué lors de la présence du Noyau spirituel incarné avec ses fines enveloppes (âme) dans le corps terrestre gros-matériel ne peut se dénouer que dans le genre gros-matériel.
C’est, en effet, une Lois de la Création: Tout événement ayant pris naissance dans la Création Postérieure, c’est-à-dire dans la matière fine ou grossière, doit recevoir, dans son parcours cyclique, une juste clôture, ou, autrement dit: il doit comme cercle se clore.

lire plus