Ecole de l'art de vivre
  1. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  2. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  3. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

  4. La Foi et les œuvres. Seule une foi véritablement vivante dans la conviction peut produire des œuvres s'inscrivant dans les…

  5. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

Archives

 

.

Qu’est-ce que le Temps?

.

Le Temps! Qu’est-ce que le Temps? « Le temps passe vite », dit « tout le monde ». Trop vite! Devant ce sentiment de la « fuite du temps » (« Tempis fugit »: « Le temps fuit », « Le temps passe vite! »), depuis des siècles les poètes disent « Carpe diem » [« Profite du jour! »], la vie est si courte!

L’expression « Carpe diem » provient, en fait, d’un vers latin extrait d’un poème d’Horace (Quintus Horatius Flaccus): « Carpe diem, quam minimum credula postero », signifiant, dans son sens général: «Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain», mais si l’on traduit plus littéralement: «Cueille le jour, et {sois} la moins crédule {possible} pour le {jour} suivant».

A noter que « postero » = « postero die« : «le jour suivant» (Odes, I, 11, 8). Horace s’y adresse à une femme (credula est au féminin).

Dans la logique du « Carpe diem », au XVIème siècle, le poète Pierre de Ronsard a écrit le célèbre poème:

Mignonne, allons voir si la rose

.

.

A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las!, voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las! las!, ses beautez laissé cheoir!
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu’une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir!

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse:
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

Pierre de Ronsard, Les Odes

.

Rose Pierre de Ronsard

Rose Pierre de Ronsard – Crédit

.

Dans la même veine, au XIXème siècle, après la mort par phtisie de son aimée, muse et  et inspiratrice Julie Charles, (épouse du célèbre physicien Jacques Charles) le poète romantique Alphonse de Lamartine dans son célébrissime poème « Le Lac » (il s’agit du Lac du Bourget, au bord duquel existe encore « La grotte Lamartine« ) s’exclame:

« Ô Temps, suspends ton vol, et vous heures propices,
S
uspendez votre cours,
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours! ».

.

Ainsi toujours poussés vers de nouveaux rivages

« Ainsi toujours poussés vers de nouveaux rivages… »

.

Toute cette {fausse} nostalgie et tout ce lyrisme romantique un tantinet maladif ne servent, toutefois, pas à grand chose – pour ne pas dire à rien -, puisque, inéluctablement, la vie de chaque être humain, tel un long fleuve plus ou moins tranquille ou agité, coule du berceau jusqu’à la tombe, et de la tombe jusqu’au berceau, en un cycle apparemment sans fin.

En effet, « La vie c’est le mouvement! », et il est clair que le mouvement ne s’accorde pas avec l’immobilisme! Faisant preuve d’un certain « conservatisme », l’être humain cherche à retenir ce qui lui plait, pour en jouir indéfiniment, ce qui revient à dire qu’il s’accroche aux formes.

Le Temps passe-t-il?

« Le temps passe… », « Le temps passe … vite! », disent les êtres humains. Comme le dit encore Alphonse de Lamartine:

« Le Livre de la Vie est le Livre suprême
Qu’on ne peut ni fermer ni ouvrir à son choix.
Le passage adoré ne s’y lit qu’une fois,
Le Livre de la Vie est le Livre suprême;
On voudrait le fixer à la page où l’on aime
Mais le feuillet fatal se tourne de lui-même
  Et la page où l’on meurt est déjà sous les doigts. ».

Ne peuvent, toutefois, ressentir cela que ceux qui sont (encore) trop attachés à l’intellect et au sentiment.

Car – ainsi que le dit l’auteur allemand Friedrich Hebbel:

« Il ne faut pas regretter que tout soit éphémère en ce monde,
Car l’éphémère, lorsqu’il nous touche vraiment,
  Éveille en nous l’impérissable. ».

Le Temps conserve tout

Tout ce qui se passe dans l’Univers n’est pas perdu puisque tout est, au fur et à mesure, enregistré dans les « Collections du Temps », aussi appelées « Annales Akashiques ». Par exemple, le célèbre voyant américain Edgar Cayce (1877-1945), pour la réalisation de certaines de ses «lectures de vie», aurait, lui aussi, eu accès aux Annales Akashiques, donc aux Collections du Temps.

D’un point de vue historique, la première mention de cette Mémoire universelle figure dans l’ouvrage « Isis dévoilée » de Helena Petrovna Blavatsky, publié à New York en 1877. C’était le premier livre publié par la principale fondatrice de la Société théosophique. L’auteur y cite un extrait des oracles chaldaïques: «Les oracles affirment que l’impression des pensées, des caractères, des êtres humains, et autres visions divines, apparaissent dans l’éther. Les choses qui n’ont point de forme en prennent une et y sont figurées».

Helena Blavatsky poursuit en disant: «C’est sur les indestructibles tablettes de la lumière astrale qu’est imprimée la représentation de chaque pensée que nous formons; de chaque acte que nous accomplissons.» Elle avait précédemment évoqué un lien supposé entre la lumière astrale et l’Akasha: «La lumière astrale seule, principal facteur en magie, peut nous dévoiler tous les secrets de la Nature. La lumière astrale est identique à l’Akasha des Hindous».

Le plan astral où s’enregistrent les pensées correspond à la matière grossière fine. C’est donc là que, pour une part, se trouvent les Annales Akashiques en tant qu’une petite partie des Collections du Temps. Naturellement, en effet, ces Collections ne se limitent pas à un seul plan mais existent, de haut en bas, dans toute la Création, partout où existent les Notions d’Espace et de Temps. Dans le Divin où n’existe qu’un éternel Présent, naturellement, de telles Collections n’ont pas de raison d’être. (dans le Divin) il n’y a naturellement rien à chercher, puisque tout est déjà!

L’être humain et le Temps

Lors d’une récente cérémonie dans un funérarium, l’auteur de la présente contribution a entendu un intervenant, dans le cadre d’un éloge funèbre à la personne décédée, déclarer que la vie était … une … « escroquerie » (sic!)!!! En effet, selon lui, la vie, dans un premier temps, vous donne tout: Bonheur, conjoint(e), enfants, petits-enfants, joies familiales, belle vie, santé, sécurité, prospérité, plaisirs, voyages, etc., et puis, tout à coup – alors que l’on aurait pu croire que tout cela durerait « toujours » -, sans crier gare, elle vous retire tout!

Il s’agit évidemment là d’une conception portant la marque de l’étroite limitation de l’intellect et du sentiment humains – étroitement liés à l’espace et au temps terrestres -, parmi les plus matérialistes qui soient.

Pour caractériser l’attitude juste à avoir, dans la vie, face à la mort, deux lignes de Victor Hugo (extraites de son célèbre roman « Les Misérables ») suffiront:

« Malheur, hélas!, à qui n’aura aimé que des corps, des formes, des apparences!
  La mort lui ôtera tout: Tâchez d’aimer des âmes, vous les retrouverez
.

Seul l’esprit est. Toutes les formes, elles, ne font que varier. Le Temps passe-t-il vraiment? En fait, le Temps, lui, ne passe pas, c’est plutôt l’être humain qui, lui, passe, plus ou moins rapidement, dans le Temps, car, en réalité…

Le Temps est immobile!

Tous ces auteurs, qui, pendant des millénaires, ont déploré – et se sont lamentés sur – « la fuite du temps » seraient – ou seront – bien étonnés d’apprendre qu’en réalité le Temps est immobile! Ce n’est pas le temps qui fuit, c’est l’être humain lui-même qui se déplace dans le Temps. Le Temps qui, en tant que quatrième dimension par rapport aux trois dimensions de l’espace, n’est rien d’autre que l’espace dans lequel se décrit le mouvement!

Le Temps est éternel et conserve tout. Par conséquent, la Vérité se trouve aussi dans le Temps. Et c’est pourquoi il est aussi possible de l’y trouver. Le Temps est, aujourd’hui, le même qu’hier et sera encore le même demain, après-demain, l’année prochaine et dans mille ans.

Le Temps dans la Création

Tout ce qui a un commencement n’est pas hors du Temps ni, du reste, non plus, hors de l’espace, les deux étant indissolublement liés (c’est pourquoi depuis Albert Einstein et la découverte de la Relativité l’on parle volontiers d' »Espace-Temps). C’est pourquoi l’Espace et le Temps existent dans toute la Création. Seuls DIEU – en tant que Celui Qui Est – et le DIVIN (la Sphère Divine, Son Irradiation naturelle) se tiennent en dehors des Notions d’Espace et de Temps.

Toutefois, dans la Création, la Notion du Temps et aussi celle de l’Espace ne sont pas du tout les mêmes selon là où l’on se trouve. Par exemple, au Sommet de la Création, dans la Création Originelle Pur-Spirituelle, et dans la matière grossière lourde terrestre règnent des Notions d’Espace et de Temps complètement différentes. Même dans les différentes Parties Cosmiques de la matière grossière lourde les notions d’espace-temps peuvent, en fonction de la densité de la matière, s’avérer être très différentes.

Plus un plan est léger – comme le sont, même si à des degrés différents, tous les Plans Spirituels -, plus les notions d’espace et de temps sont « légères », elles aussi, ce qui veut dire: plus la capacité d’y vivre rapidement d’intenses expériences vécues est grande! Au contraire, plus un plan est grossier, lourd, et dense, plus les notions d’espace et de temps y sont étroites et restreintes, et plus est limitée la faculté d’y vivre des expériences vécues! Dans la matière grossière le temps est lié à l’entropie, et … « L’entropie, c’est la mort! ».

Le temps nocturne

C’est au cours du sommeil – en particulier au cours de ses rêves – que l’être humain incarné peut le mieux expérimenter cela. A la faveur du relâchement entre l’âme et le corps intervenant au cours du sommeil, l’âme peut y vire des expériences nombreuses et variées en un temps terrestre très court. C’est aussi ce qu’expérimentent les êtres humains qui vivent des illuminations spirituelles. Il y vivent des expériences et reçoivent parfois une quantité phénoménale d’informations spirituelles en temps extrêmement court.

« Et Mille ans sont comme un Jour! »

C’est ce qu’affirme le Psaume 90:

« Car mille ans sont, à Tes yeux,
 Comme le jour d’hier, quand il n’est plus,
Et comme une veille de la nuit. »
– Psaume 90, 4 –

Mais il n’est pas le seul à le dire. En effet, dans sa deuxième Épitre, l’Apôtre Pierre dit aussi:

« Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer,
  c’est que, devant le Seigneur, un Jour est comme Mille ans,
   et que Mille ans sont comme un Jour. ».
 – 2 Pierre III, 8 –

Qu’est-ce que cela veut dire? Cette Parole – qui est une Clef fondamentale permettant de comprendre beaucoup d’événements dans la Création – nous donne tout simplement à comprendre que la valeur du Temps n’est pas la même dans toute la Création. En particulier, en ce cas, un esprit humain vivant dans dans le Spirituel peut vivre beaucoup plus d’expériences vécues que le même esprit humain incarné dans un corps de chair dans la matière grossière de la Terre. Pour lui, un Jour d’Esprit est égal à mille années de vie terrestre!

Plus précisément, que faut-il comprendre par beaucoup plus? C’est très simple. Comme chacun sait, une année comporte, en moyenne, 365 jours terrestres. Mille ans correspondent donc à 365.000 jours. Cela implique que le rapport entre l’expérience du Temps sur la Terre par rapport à l’expérience du Temps dans le Spirituel est de 1 pour 365.000.

Autrement dit, pour vivre sur Terre la même quantité (pour autant que cela puisse se quantifier!) d’expériences vécues que ce que permet un séjour d’un seul Jour dans le Royaume de l’Esprit, il faut pas moins de 365.000 journées terrestres, soit Mille ans, ce qui peut représenter, par exemple, d’une dizaine à une vingtaine d’incarnations!

Exercice pratique

Exercice spirituel pratique: Arrêter de dire (faussement) que « le temps passe ». Dire plutôt, par exemple au soir d’une journée bien remplie: « Aujourd’hui, Je me suis précipité(e), à toute vitesse, dans le Temps! ».

.

Qu'est-ce que le Temps?

Sabliers

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *