Ecole de l'art de vivre

Se Détacher du faux

  1. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  2. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  3. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

  4. La Foi et les œuvres. Seule une foi véritablement vivante dans la conviction peut produire des œuvres s'inscrivant dans les…

  5. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

Archives

Aucun Commandement n’est facultatif!

Aucun Commandement n’est facultatif!

Aucun Commandement n’est facultatif!

Respecter fidèlement neuf Commandements
et ne pas en observer ne serait-ce qu’un seul,
cela a pour conséquence, en définitive,
la perdition!

Concernant les Dix Commandements de Dieu, un être humain qui transgresse un seul Commandement ne peut pas aller au Paradis et donc être sauvé.
A plus d’un une telle affirmation pourra sembler terriblement dure, parce que la mentalité humaine courante se dit: « Quelqu’un qui respecte intégralement neuf Commandements de Dieu c’est déjà quelqu’un de très bien! ».
Face à cela plusieurs réflexions peuvent être partagées:
– Les Dix Commandements forment évidemment un indissociable Tout. L’on ne peut pas sérieusement concevoir un être humain réellement soucieux d’accomplir la Volonté de Dieu et qui s’imaginerait que cela suffirait de l’accomplir aux neuf dixièmes. Celui qui a vraiment à cœur d’accomplir la Volonté Divine voudra le faire en toutes choses et particulièrement là où il présente des points faibles. La Fidélité consiste uniquement à accomplir tous les Commandements de Dieu et pas seulement certains.
– Par exemple, la transgression du Deuxième Commandement – indissociable du Premier Commandement – est peut-être la transgression la plus fréquente, tellement elle est, aujourd’hui, banalisée (on la voit, par exemple, complètement généralisée à tous propos dans les films, les séries, les feuilletons, etc.). C’est, pourtant, à l’évidence, manifestement une offense contre Dieu Lui-même, voire un blasphème! Car le Nom de Dieu est Saint, comme Lui-même! C’est probablement le deuxième Commandement non seulement dans l’ordre des Commandements mais aussi – juste après le Premier – en importance, de sorte que son respect est indispensable!

lire plus
La Rédemption

La Rédemption

La Rédemption

Nécessité de la Rédemption
Étant donné que – à part les très peu nombreux Missionnés – « les gens bien ne sont pas/plus sur Terre », pratiquement tous les êtres humains actuellement présents sur la Terre ont besoin, oui, de … Rédemption! Oui, tous les êtres humains, vous, les autres … et moi!
Mais comment cette Rédemption peut-elle s’effectuer? Concernant la Rédemption il y a l’aspect collectif et l’aspect individuel. L’aspect collectif est surtout théologique; la Rédemption serait essentiellement le fait du Rédempteur. A part croire en Lui, les bénéficiaires n’auraient quasiment rien à faire pour être rachetés. Leur Salut serait assuré par un Autre qu’eux…
La Doctrine de la Justification
C’est ainsi qu’est née, par exemple, la « Doctrine de la Justification ». La Justification signifie ici: Comment se justifier devant Dieu. Naturellement, il ne s’agit pas ici de tenter de s’auto-justifier soi-même avec des mots surgis de l’intellect, dans le sens de s’auto-disculper vis-à-vis de ses fautes. Devant le Juge Suprême, cela ne marche pas!
Il s’agit donc de se justifier spirituellement devant Dieu, autrement dit de pouvoir paraître devant Lui en qualité de Juste. Au sujet de cette « Doctrine de la Justification » il existe, dans une tentative de rapprochement doctrinal inter-églises chrétiennes, une « Déclaration conjointe de la Fédération Luthérienne Mondiale et de l’Église Catholique ». Il existe même une « Science du Salut » appelée la Sotériologie, rien que cela!
Jésus comme Rédempteur
Étant donné que cela déjà été fait, nous n’approfondirons pas ici en détails cette Doctrine de la Rédemption entièrement centrée sur le Sacrifice de Jésus. Un faux sens lui a été donné. L’assassinat du plus Innocent qui soit ne pouvait racheter personne, bien au contraire! Cela ne pouvait que charger encore bien davantage le karma des pécheurs.
Question: Mais si Jésus n’est pas mort sur la croix dans le but d’expier nos péchés à notre place, peut-Il toujours être désigné comme étant le Rédempteur? La réponse à cette question est clairement oui. Il suffit juste de comprendre que la Rédemption ne réside pas dans le fait d’expier nos péchés à notre place – ce que l’Omni-Justice Divine ne permet clairement pas! – mais dans le fait – avec tous les risques que cela comporte! – d’apporter jusque sur la Terre largement enténébrée la Parole de la Vérité Divine seule capable de montrer aux êtres humains profondément déchus le Chemin du Salut, qui, pour eux, déjà à cette époque, était déjà perdu.
En effet, les paroles des Prophètes déjà envoyés par Dieu ne suffisaient plus à ramener les êtres humains perdus vers la Lumière. Il fallait – venu d’En Haut – un Secours plus incisif que Seule une vivante Partie de DIEU Inentéallique (= Inqualifiable, sans nature propre ni attributs, totalement Indépendant) pouvait encore apporter. Ce fut une Mission d’urgence. Si Jésus n’était pas alors venu, plus aucun être humain de la Terre encore sur Terre ne pouvait plus être sauvé!

lire plus
Où est votre véritable Patrie?

Où est votre véritable Patrie?

Où est votre véritable Patrie?

Dans son livre « Le Grand Virage », Jean Choisel écrit:
« Nous ne voudrions donner qu’un seul exemple des conséquences de la disparition progressive de l’«Idée directrice» du Christianisme, qui «informa» les peuples dits chrétiens. On sait que le premier Commandement du Décalogue dit: «Je suis le Seigneur, Ton Dieu! Tu n’auras pas d’autres dieux devant Ma Face!». Ce bref Commandement est donc une condamnation formelle de toute idolâtrie.

Parce qu’ils n’adorent plus depuis longtemps d’idoles taillées dans la pierre ou le bois, la plupart des Chrétiens croient y obéir! Et pourtant…! Dans un chapitre de son très beau livre déjà cité, qui contient un nombre impressionnant de vérités premières, Claude Tresmontant écrit:
«L’idolâtrie est un processus, intellectuel, mental, ou affectif, qui consiste à attribuer à quelque chose de relatif une valeur d’absolu.»
«Pour comprendre, ou réaliser, ce que c’est que l’idolâtrie, et en quoi a pu consister le syncrétisme religieux que les prophètes d’Israël ont combattu, prenons un exemple contemporain. Prenons l’exemple du nationalisme intégral, tel qu’il a fleuri en France et en Allemagne au XIXème et au XXème siècles. C’est une doctrine selon laquelle la Nation, la Patrie, est la valeur absolue. À vrai dire, elle est l’absolu, le critère absolu, car aucun critère, aucune valeur ne lui est supérieure. La Vérité? La Justice? Ce ne sont que des abstractions à côté de cette valeur qu’est la Patrie, la Nation. (…) Ce qui compte, et cela seul compte, c’est l’intérêt supérieur de la Nation, et donc de l’Armée.»

lire plus
La communion des saints

La communion des saints

La communion des saints

Introduction

Tous les Dimanches, lors de la messe, dans le Credo, les Chrétiens catholiques affirment croire à la « communion des saints », mais, déjà, combien savent précisément de quoi il s’agit exactement, et – surtout – selon les Lois de la Création, existe-t-il réellement une « communion des saints »?

Pour les catholiques, la « communion des saints » est un dogme, c’est-à-dire « une vérité incontestable » (sic!). Mais qui sont les « saints » dont on parle? Et comment être en « communion » avec eux? Croire à la la « communion des saints », c’est croire qu’il y a un lien entre les morts et les vivants, ce serait, en quelque sorte, une forme de « solidarité », ce qui, déjà, pose la question de savoir si la solidarité est une valeur spirituelle. Il semble bien que la réponse soit non.

La solidarité est-elle une Valeur chrétienne?
La solidarité fait partie du militantisme, en vue d’un objectif commun à atteindre. De prime abord, l’on pourrait – sur l’axe horizontal de l’Amour – l’associer à la générosité, mais – en fonction de l’axe vertical de la Justice – elle trouve rapidement ses limites. Par exemple, le Bien ne peut pas être solidaire du mal ou de la fausseté. La Vertu ne peut pas être solidaire du vice.

Célébration de la « communion des saints »
L’église célèbre les « saints » à l’occasion de la Fête de la « Toussaint », le 1er novembre de chaque année, et commémore les « fidèles » défunts, le lendemain, donc le 2 novembre de chaque année. C’est l’époque des traditionnels chrysanthèmes déposés sur les tombes, dans les cimetières. C’est l’occasion de se souvenir de ses « chers disparus ».

Origine première du dogme de la « communion des saints »
Cette doctrine, aussi appelée « dogme du ‘corps mystique' », repose sur l’enseignement de l’Apôtre Paul de Tarse dans son Épitre aux Corinthiens, lorsqu’il parle des Dons spirituels.

lire plus
De l’Humilité – Par Lucien Siffrid

De l’Humilité – Par Lucien Siffrid

De l’Humilité

Bien que l’on accorde généralement plus de prix à d’autres Qualités qu’à l’Humilité, celle-ci possède, néanmoins, le rang le plus élevé dans la Couronne de toutes les Vertus. Et si l’on estime que d’éminentes Qualités comme: la Grandeur d’Âme, la Bonté de Cœur, le Tact, la Pudeur, etc. – qui toutes découlent de l’Humilité – ne peuvent pas être apprises ou acquises mais qu’elles doivent être des Facultés innées, combien plus ne devrait-on pas penser qu’il en est de même pour l’Humilité.
Cependant, en réalité, il n’en est rien! Comme toutes les autres Vertus, l’Humilité peut être acquise par la pratique. Elle demande même à être pratiquée. Elle n’est accordée à personne sans efforts. Lorsqu’il arrive (rarement, hélas!) qu’un être humain paraisse naturellement doué de véritable Humilité, il n’en bénéficie cependant que parce qu’elle est le juste retour, dans l’accomplissement de la Fonction de Réciprocité, de son bon vouloir dans une existence antérieure. Cependant, lui aussi dut, au cours d’une vie passée, l’acquérir de haute lutte.
Mais nous ne pourrons comprendre entièrement et clairement pourquoi il est si indispensable d’acquérir l’Humilité que si nous nous représentons la rigoureuse manière avec laquelle agissent les Lois Divines dans la Création. Car alors nous réalisons que nous pouvons recevoir d’autant plus d’Aides spirituelles et de Secours d’En-Haut, par l’intermédiaire des Lois, ce qui signifie que nous en sommes d’autant plus bénéficiaires, que nous nous ouvrons plus humblement à leur Bénédiction. Rétroactivement l’Humilité nous permet de parvenir à la connaissance précise de la Volonté Divine, donc des Lois Naturelles et de la perfection de tout événement.

lire plus
Les 7 péchés capitaux

Les 7 péchés capitaux

Les 7 péchés capitaux

Les « 7 péchés capitaux » sont, en fait, au nombre de … 8!

Le Chiffre 7
Le Chiffre 7 est celui de la Volonté Divine. Les traditionnels « 7 Dons du Saint Esprit » viennent de là. Ça c’est le Pôle.
Le chiffre 7 rappelle, entre autres, les 7 jours de la semaine, les 7 couleurs de l’arc-en-ciel, les 7 branches de la Menorah (chandelier sacré des Hébreux), les 7 notes de la gamme musicale, les 7 merveilles du monde, les 7 chakras ou encore les 7 circumambulations des pèlerins musulmans à la Mecque.
Mais aussi les 7 années requises pour la construction du Temple de Salomon à Jérusalem (Premier Livre des Rois, VI-38), les 7 péchés capitaux (on en parle ici), les « 7 vertus théologales et cardinales »: foi, espérance, charité / prudence, tempérance, force et justice, les sept dernières Paroles de Jésus sur la croix, et, dans l’Apocalypse, les 7 Sceaux et les 7 Trompettes.
En face du Pôle, il y a, bien sûr, l’anti-pôle. L’obscurité singeant la Lumière, cela explique aussi pourquoi ce qui est mal puisse aussi aller par 7. Tel serait précisément le cas des « 7 péchés capitaux ».

Liste des péchés capitaux
Traditionnellement (notamment en fonction du catéchisme de l’église catholique), les sept péchés capitaux – qui, en réalité, sont plutôt des vices et sont plutôt  huit – sont:
L’orgueil (en latin: superbia);
L’avarice (en latin: avaritia);
La luxure (en latin: luxuria);
L’envie (en latin: invidia);
La gourmandise (ou gloutonnerie/goinfrerie) (en latin: gula);
La colère (en latin: ira);
La paresse (acédie: négligence spirituelle) (en latin: acedia);
La vanité (dans la liste initiale; supprimée par la suite).

D’où vient cette liste? Selon la tradition, l’auteur de la liste serait le théologien chrétien Thomas d’Aquin, qui considérait que la philosophie était « la servante de la théologie ».

lire plus
La rage de dénigrer

La rage de dénigrer

La rage de dénigrer

Jamais rien de constructif ne peut résulter de discours de dénigrement, de railleries et de préjudices causés à nos prochains; car chaque genre et chaque manière ne peuvent engendrer que la même chose et ne peuvent aussi attirer que leurs semblables! C’est de là que tout jaillit et que se développe notre destin. Un fruit est toujours de même genre que la semence!
Des êtres «humains» qui déforment adroitement les faits, pour, au préjudice d’autres personnes, leur donner un faux sens, cela existe! Cela s’appelle des calomniateurs! Des êtres «humains» qui inventent des histoires et les répandent dans le but de nuire autrui, cela existe aussi, mais cela ne porte pas le même nom; ceux-là ne s’appellent pas des calomniateurs mais des menteurs. La question se posera pour certains de savoir si la calomnie est moins répréhensible que le mensonge. Pourquoi, selon les Lois d’En Haut, y aurait-il, de ce point de vue, une différence? L’un n’est-il pas tout aussi répréhensible et blâmable que l’autre?
D’un point de vue terrestre, la seule différence c’est que, pour le même but de nuire au prochain, dans un cas le calomniateur attend d’avoir une occasion pour cela, tandis que le menteur ne s’embarrassera pas de vraisemblance et n’hésitera pas à lancer tout de suite des accusations totalement gratuites. Souvent, si l’occasion lui en est donnée, le menteur deviendra calomniateur. Il est aussi possible que le calomniateur finisse par croire ce qu’il raconte, de sorte qu’il en arrive aussi à mentir «gratuitement»…
L’écrivain français La Rochefoucault a dit que «l’hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu». De même, paraphrasant cela, l’on peut dire que la calomnie est un hommage que le mensonge rend à la vérité.

lire plus
Foule sentimentale

Foule sentimentale

Foule sentimentale

.

« Foule sentimentale », c’est notamment le titre d’une célèbre chanson, un succès populaire, que, probablement, beaucoup fredonnent sans se rendre compte de ce qu’ils chantonnent…

« Oh la la la vie en rose
Le rose qu’on nous propose
D’avoir les quantités d’choses
Qui donnent envie d’autre chose
Aïe, on nous fait croire
Que le bonheur c’est d’avoir
De l’avoir plein nos armoires
Dérisions de nous dérisoires car Foule sentimentale
On a soif d’idéal
Attirée par les étoiles, les voiles
Que des choses pas commerciales
Foule sentimentale
Il faut voir comme on nous parle
 Comme on nous parle. »

Tout en ayant choisi un bon sujet, à l’évidence, même l’auteur de cette chanson n’a pas pris la mesure de ce que représente la glu du sentiment – trop souvent, le senti-qui-ment – dans la vie de la foule mais aussi des êtres humains individuels qui la composent.

L’hyperdominance du sentiment dans toutes les sociétés « modernes » constitue, en effet, une catastrophe absolue, dont seuls quelques-uns semblent avoir au moins une petite idée.

Cela se manifeste tout le temps et à tout propos. Par exemple, l’attention a déjà été attirée sur la « guimauve de Noël » qui, chaque année, commence à sévir non seulement sur les ondes mais partout dans les rues, dès le 15 octobre.

La chanson place – ce qui est un peu facile et même beaucoup! – la responsabilité sur les autres: « Il faut voir comme on nous parle ». Oubliant ainsi qu’une foule n’est jamais composée que d’individus. Victor Hugo avait, certes, raison d’écrire: « Le Peuple est en haut, la foule est en bas! ». L’étymologie elle-même confirme son point de vue: En effet, en latin, la foule se dit « vulga », ce qui, en français, a donné « vulgaire ». Est vulgaire ce qui est comme la foule, une masse informe en proie à la démagogie.

lire plus
Aide à la libération de la domination de l’intellect

Aide à la libération de la domination de l’intellect

Aide à la libération de la domination de l’intellect

Expériences de vie

Le véritable et unique ennemi de chaque être humain individuel, de même que l’ennemi public numéro 1 de l’humanité tout entière, c’est, sur chaque être humain, la domination illimitée de son propre intellect, ainsi que l’obligation pour tous de devoir subir l’intellect dominateur des autres, dominés comme eux! Là est l’origine de la grande chute dans le péché originel, la plus lourde faute de l’être humain, laquelle a entraîné avec elle tout le mal existant sur la Terre et dans l’Univers.

L’on est toujours piégé par son propre intellect!

Introduction: L’ennemi public numéro 1

De la domination de l’intellect, certes à des degrés divers et de manières différentes mais de façon assurée, nous souffrons tous, et c’est, assurément, un devoir de nous demander ce que nous pouvons faire, pour nous-mêmes et pour nos prochains, pour nous aider à nous en affranchir et de tout mettre en œuvre pour cela.
Naturellement, cette aide, pour être juste et efficace, doit être mise en place sur une Base juste.

Le copeau et la poutre
Lorsque l’on reprend le problème, tel qu’il est présenté dans la Parole de Jésus, l’on voit que la plus grande Aide qui nous est offerte pour nous libérer de cette terrible domination intellectuelle repose, probablement, le plus précisément, dans la célèbre Parole:
«Tu vois le copeau dans l’œil de Ton frère, mais Tu ne vois pas la poutre dans Ton œil».
Le plus souvent, cette Parole est interprétée comme un simple appel à l’indulgence ou à la tolérance envers le prochain. Mais, en réalité, cette Parole Divine dit beaucoup plus que cela!

lire plus