Ecole de l'art de vivre

École de L’Art de Vivre

par | 1 Nov 2023 | 0 commentaires

  1. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  2. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  3. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

  4. La Foi et les œuvres. Seule une foi véritablement vivante dans la conviction peut produire des œuvres s'inscrivant dans les…

  5. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

Archives

.

L’École de L’Art de Vivre

 

 Une École pour découvrir comment se conduire dans la vie.

 

«Tout est à faire pour nous donner, dès l’enfance, une culture psychophysique humaniste, une culture enfin humaine. Innombrables sont, dans nos villes, les écoles de conduite automobile, mais où sont les écoles de conduite humaine? Non pas, certes, dans nos écoles, nos lycées ou nos facultés.» 

– Paul Chauchard –

.

L’École de L’Art de Vivre propose un Enseignement de découverte des Lois de la Création et leurs effets sur le déroulement de la vie humaine.

Elle enseigne tout ce qui ne s’apprend pas à l’école conventionnelle: L’Art et la Science de Vivre (« Assez sait qui vivre sait! »). A vrai-dire, un tel « apprentissage » est complètement différent de la manière habituelle d’apprendre.

Lorsqu’un élève a bien appris sa leçon et qu’il est capable de la réciter sans faute d’un bout à l’autre, l’on dit qu’il la sait « par cœur », mais, en ce cas, cette appellation est fausse; car, en réalité, ce n’est pas « par cœur » qu’il connaît sa leçon mais bien « par tête ».

Déjà, à son époque, le philosophe français Michel Eyquem de Montaigne prônait une « tête bien faite » plutôt qu’une « tête bien pleine ». C’était déjà un certain progrès par rapport à la la manière habituelle de concevoir l’enseignement.

Mais la révolution à réaliser va bien au-delà de cela. Car une « tête bien faite » ou une « tête bien pleine » cela se passe toujours dans … la tête! La vraie révolution dans l’enseignement cela consiste à remplacer le « savoir par tête » par le vrai « savoir par cœur ».

Si le vrai « savoir par cœur » n’a rien à voir avec le fait d’être capable de réciter, de mémoire, une leçon, un poème ou quoi que ce soit d’autre, d’un bout à l’autre sans se tromper, alors que signifie-t-il?

Il signifie, tout simplement, être capable de faire soi-même l’expérience vécue d’une réalité et d’en retirer ensuite un savoir personnel vivant.

C’est le sens de la maxime « Ce que l’on sait le mieux c’est ce que l’on n’a jamais appris. » Ce que l’on apprend est généralement le savoir des autres.

Trop souvent, l’être humain se ligote lui-même avec tout ce qu’il cherche à apprendre. Par l’apprentissage il se contraint constamment à s’insérer dans des formes étrangères, que d’autres ont conçues pour eux-mêmes, il se rattache docilement à une conviction étrangère, il s’efforce de s’approprier les expériences des autres qui n’étaient valables que pour eux.

Le célèbre écrivain et poète romantique français Alfred de Musset, dans son recueil « La Coupe et les lèvres », a écrit: « Mon verre n’est pas grand, mais je bois dans mon verre! ».

Ce qui est bon pour l’un ne l’est pas automatiquement pour tous! Tout le monde doit-il faire « Normale Sup »? Non. Ce qui profite à l’un, à l’autre peut nuire. Chacun a reçu de son Créateur les facultés nécessaires pour suivre son propre Chemin, en vue de son Perfectionnement. Son équipement pour cela, c’est le « Talent » qui lui a été donné. Nul n’en est dépourvu.

C’est en fonction de ses Talents qu’il doit se diriger, il doit les faire fructifier, comme dans la Parabole de Jésus! S’il ne le fait pas, il demeure un étranger en lui-même, il se tiendra toujours à côté de ce qu’il a appris, cela ne peut jamais devenir vivant en lui. Par chance il oubliera tout. Tout Profit est, ainsi, pour lui, exclu. Il végète, un Progrès est impossible.

Trop souvent, les apprenants de l’époque actuelle avancent dans le Savoir comme sur des échasses! Ils luttent, certes, pour l’obtenir, mais ils planent là-haut, dans les airs, ils n’ont aucune liaison vivante avec le sol indispensable à leur soutien. Entre leur vouloir et la base dont la construction a besoin, il y a du bois mort sans Faculté d’Intuition, comme dans les échasses!

Le bois mort des échasses est la science apprise à laquelle la mobilité et la vitalité font complètement défaut. Le bon vouloir ne suffit pas, il faut, en plus, une Base solide pour former un véritable Soutien, qui ne réside que dans le Savoir de l’Évolution de la Création, à laquelle l’esprit humain appartient inexorablement et pour toujours!

Soyez vigilants, vous qui recherchez le Chemin de la Lumière et de la Vérité: Le Chemin qui conduit vers la Lumière, chacun individuellement doit le vivre d’expérience en lui, une étape après l’autre, il doit le découvrir lui-même, s’il veut y cheminer sûrement. Seul ce que l’être humain vit en lui, ressent avec tous ses hauts et ses bas, cela seul il l’a pleinement saisi, cela seul il peut le faire sien!

Chacun doit se développer lui-même, à partir de son for intérieur, de l’intérieur vers l’extérieur, en marchant avec ses propres pieds, en regardant avec ses yeux, en écoutant avec ses oreilles, en touchant avec ses mains, en respirant avec son nez. C’est pourquoi, avant tout, l’École de L’Art de Vivre peut être définie comme une « École de l’Intuition »

 

0 commentaires