Ecole de l'art de vivre

L’être humain est-il conditionnable?

par | 17 Nov 2023 | Devenir Libre, Autres Articles | 1 commentaire

  1. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  2. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  3. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

  4. La Foi et les œuvres. Seule une foi véritablement vivante dans la conviction peut produire des œuvres s'inscrivant dans les…

  5. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

Archives

.

L’être humain est-il conditionnable?

.

Dans le cas du conditionnement comme en beaucoup d’autres cas,
le mal fondamental  est et demeure la soumission volontaire
des esprits humains paresseux à leur propre intellect
fortement lié à l’espace et au temps terrestres!

 

L’expérience avec des chimpanzés

(parfois appelée «Théorème du singe»)

Examen des moyens de conditionnement des intellects
Une étonnante expérience conduite à l’Université
de San Diego aux États-Unis

.

Protocole de l’expérience

1) Vous mettez vingt chimpanzés dans une pièce.

2) Vous accrochez ensuite une banane – dont les chimpanzés, ainsi que c’est bien connu, sont très friands – au plafond et placez sur le sol, juste en dessous, une échelle double permettant d’accéder à la banane.

3) Assurez-vous qu’il n’existe pas d’autre moyen d’attraper la banane qu’en utilisant l’échelle.

4) Mettez en place un système qui fait tomber de l’eau absolument glacée dans toute la chambre aussitôt que l’on commence à escalader l’échelle. De cette manière les chimpanzés – qui n’apprécient pas du tout l’eau glacée – comprennent vite que, s’ils ne veulent pas recevoir la désagréable punition, il ne faut pas escalader l’échelle…

5) Une fois ce résultat atteint, vous stoppez maintenant le système d’eau glacée, de sorte que l’escalade ne produit plus son fâcheux effet dérivé.

6) A présent, remplacez l’un des vingt chimpanzés par un nouveau venu. Ce dernier va, à son tour, chercher à escalader l’échelle et, aussitôt, sans comprendre pourquoi, il va se faire tabasser par les autres voulant l’en empêcher.

7) Si vous remplacez encore l’un des chimpanzés déjà présents dans la pièce par un nouveau, c’est le dernier à avoir été frappé par les autres qui tapera, à son tour, le plus fortement le dernier arrivé.

8) Continuez le processus jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que des nouveaux chimpanzés dans la pièce.

9) Alors plus aucun ne cherchera à escalader l’échelle, et si, d’aventure, il y en avait quand même un qui, pour une raison quelconque, ose encore s’y aviser, alors il se ferait aussitôt massacrer par les autres.

Le pire, dans l’histoire, c’est qu’aucun des chimpanzés n’a la plus petite idée de la raison pour laquelle il tabasse les autres ou se fait tabasser par eux.

C’est ainsi que naissent et fonctionnent les conditionnements
ou «implants cérébraux» (aussi appelés «engrammes»),
et il y a bien d’autres méthodes pour y parvenir.

L’on dit que de telles méthodes sont parfois utilisées pour créer
des entreprises et les faire fonctionner, et c’est bien triste

Moralité

L’on voit, dans cette expérience, que des animaux, mêmes réputés intelligents, sont facilement conditionnables. La raison pour cela est moins une déficience intellectuelle de la part du chimpanzé que la nature de son âme [1], capable de soumission et très différente de celle de l’être humain, porteuse en plus d’un esprit.

Examinons, maintenant, la morale de l’histoire en ce qui concerne la possible application d’une telle expérience à des êtres humains

L’on parle, parfois, à tort, de «conditionnement des esprits», à tort parce que le concept est, en ce cas, complètement faux: il est, en effet, impossible de conditionner des esprits; seul l’intellect – ou le «mental» (c’est la même chose) – se laisse conditionner, mais jamais l’esprit.

Ce qui veut dire? Ce qui veut dire que si un être humain se laisse conditionner, ce n’est, à proprement parler, pas son esprit qui est conditionné mais uniquement son intellect dominant son esprit. Seul un esprit paresseux peut, en effet, se laisser dominer par son intellect, lequel est conditionnable.

À chaque fois qu’un être humain se laisse conditionner ou manipuler – autrement dit se laisse berner -, c’est parce qu’il a, par paresse spirituelle, accompli un acte de soumission volontaire à l’égard de son propre intellect, lequel est lui-même soumis à l’intellect, souvent plus fort, de son manipulateur.

Alors, soyez donc des esprits vivants et vous n’aurez jamais besoin de craindre la possibilité d’être conditionnés ou manipulés par d’autres, dépourvus de scrupules, car un esprit vivant et donc vigilant reconnaîtra toujours la situation dans laquelle il se trouve et, avant même qu’elles ne se manifestent, les intentions ténébreuses de ceux qui, malhonnêtement, cherchent à obtenir des avantages à ses dépens.

 

================

Note:

[1] Le mot «animal» vient du latin «anima», qui veut dire: «âme».

.

L'être humain est-il conditionnable?

L’être humain est-il conditionnable?

1 Commentaire

  1. Deh Assy

    Alors que l’esprit se réveille maintenant, cette fausse construction d’un monde bâti par l’intellect tombe et tombera en ruines.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *