Ecole de l'art de vivre

L’union corporelle indépendamment du mariage et l’occasion

par | 5 Jan 2024 | Autres Articles, Moralité et comportement | 2 commentaires

  1. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

  2. "La fausse conscience." Dans certaines expressions populaires figure le mot "conscience". Il est employé de diverses manières. Prenons quelques exemples…

  3. Le Miracle de Cokeville On peut retenir de cette histoire que nous ne sommes pas seuls. Et que, bien orientés,…

  4. La Maternité Article mettant en lumière l'amour maternel. Merci à l'auteur de l'article pour avoir donné des éclaircissements assez détaillés…

  5. "La Loi du Mouvement" Dans le cadre d'un sport quelconque, quel que soit ce dernier, l'être humain est capable de…

  6. Nous ne nous lasserons jamais de toutes ces Paroles bienveillantes que nous a laissées Jésus dans l'espoir de notre murissement…

Archives

.

L’union corporelle

indépendamment du mariage

et l’occasion

.

Pendant des siècles, par son « catéchisme », l’église a régi la vie morale d’une grande partie du peuple. Par exemple, l’un des commandements de l’église (une reformulation « personnelle » du 9ème Commandement) disait: « L’œuvre de chair ne consommera que dans le mariage seulement. ». En réalité, aucun Commandement de Dieu ne vient restreindre la possibilité d’une relation sexuelle au mariage, mais il faut quand même reconnaître que ce commandement de l’église a constitué un sérieux « garde-fou » pour ceux qui, sans cela, seraient facilement tombés dans la tentation

C’est sûrement, dès le début de l’histoire des toutes premières communautés chrétiennes, le sens de cette parole de l’Apôtre Paul: « Il vaut mieux se marier que de brûler (de désir)! » (Première Épitre aux Corinthiens, VII-9). De même que, dans le même état d’esprit, il dit aussi: « Toutefois, pour éviter l’impudicité, que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari. » (Première Épitre aux Corinthiens, VII-2).

C’est toutefois le véritable Amour – lequel s’avance uniquement sur le Rayon de la Pureté – qui protège de l’immoralité et de l’impudicité, et non le mariage lui-même.

Considérons, à ce sujet, maintenant quelques questions et efforçons-nous d’y apporter quelques réponses

.

Question: Comment ne pas enfreindre le 9ème Commandement « Ne convoite pas la femme de Ton prochain », qui est très exigeant sur le fait d’éviter l’occasion, et au sujet de la transgression duquel les conséquences peuvent être très graves pour l’être humain?

Réponse: Pour le respect de ce Commandement, il s’agit, lorsqu’une femme est déjà liée à un homme (ou inversement) par les liens sacrés d’un amour authentique (qu’elles soient ou non officialisées par un mariage légal ou religieux, les autres unions ne sont pas protégées), ou lorsqu’il n’y a ni Harmonie spirituelle ni Amour de l’âme, – mais en ces cas- seulement – d’éviter l’occasion

Pas les autres!
.

Question: Comment faire la différence, s’il y en a une, entre l’union corporelle résultant de l’amour de l’âme (cas du mariage) et celle résultant de la « simple » (?) Harmonie spirituelle préalable nécessaire à l’union corporelle?

Réponse: Il n’y a fondamentalement pas vraiment de différence. En effet, l’Harmonie spirituelle présuppose l’Amour de l’âme, alors que l’Amour de l’âme engendre l’Harmonie spirituelle.

En effet, «ce que Dieu a uni» concerne une Alliance dans laquelle sont remplies les conditions qu’une pleine Harmonie exige, une Alliance qui peut donc être considérée comme «conclue au Ciel». Pour une telle Alliance conclue au Ciel, la divine Harmonie existant entre les deux parties – l’homme et la femme -, du fait de leurs caractéristiques animiques communes, ne permet même pas, chez aucun des deux, à une telle pensée de surgir. Par ce que Dieu a uni il ne faut, toutefois, pas considérer seulement le mariage, mais aussi, déjà, le possible rapprochement antérieur de deux âmes, qui, du fait de leurs caractéristiques se complétant, ne peuvent développer que l’harmonie, et sont donc prédestinées l’une à l’autre.

Il ressort donc clairement de ce qui précède que:

1) Une pleine Harmonie est une Harmonie spirituelle, animique et corporelle.

2) L’Harmonie est fondamentalement divine. Lorsque deux esprits humains faits l’un pour l’autre s’unissent, ils participent ainsi à la divine Harmonie dans la Création.

3) Les caractéristiques animiques communes se complétant mutuellement engendrent l’Harmonie divine.

Ce qui, d’emblée, existe fondamentalement à la base, c’est la complémentarité animique, mais cette complémentarité des âmes déjà existante par nature et porteuse de grandes potentialités conduit tout naturellement à l’instauration d’une parfaite Harmonie spirituelle, laquelle reste, toutefois, à établir.
.

Question: Dans l’interprétation du 9ème Commandement il y a l’idée que l’Amour de l’Âme serait la meilleure protection contre la transgression du Commandement, puisque celui ou celle qui aime vraiment, pour celle ou celui qu’il aime, ne veut que le meilleur et c’est pourquoi jamais celui-là ne peut lâcher la bride à des désirs ou des exigences malpropres, précisément interdits par ce Commandement. Cela laisse entendre que l’Amour de l’âme serait la seule protection…

Réponse: Avec aussi l’Harmonie spirituelle! (Laquelle implique aussi l’Amour de l’âme).

Autrement dit: Pas d’Harmonie spirituelle sans Amour de l’âme préalable!

La reconnaissance commune de la complémentarité animique, c’est déjà cela la Base de l’Amour véritable entre homme et femme.

.

Question: L’Amour de l’âme serait la seule protection contre le péché de la chair, à moins que le Mariage implique déjà l’Amour de l’Âme…

Réponse: Précisément!
.

Question: La réciproque n’est pas forcément juste…: Tous les mariages ne sont pas basés sur l’Amour de l’âme, n’est-ce pas?

Réponse: En effet. Tous les mariages ne sont, hélas, et de loin, pas basés sur l’authentique Amour de l’âme.
.

Question: Pourrait-il y avoir Amour de l’Âme, qui s’exprimerait éventuellement sexuellement dans le cadre du plus haut déploiement de force, sans que cela conduise – ou requière – le Mariage? A priori, cela semble bizarre, mais reste à approfondir…

Réponse: Et pourquoi pas?
.

Question: Il n’en reste pas moins qu’il est conseillé à tous ceux qui veulent éviter la tentation de se tenir sur leurs gardes, d’éviter chaque occasion, et ne faire preuve d’aucune insouciance, de maintenir, en premier lieu, le foyer de leurs pensées pur. Alors ils seront assurés de ne jamais violer ce Commandement.

Là je pourrais donc me dire: «Si je ressens que je suis pur en pensées, et que l’union sexuelle répondra bien, uniquement, à l’exigence de mon corps sain, alors « c’est tout bon » je peux pratiquer l’acte sexuel et demeurer chaste!».

Réponse: En effet. Ce qui est surtout important c’est de ne jamais dissocier amour et sexualité. L’amour peut certes exister sans la sexualité, mais, en revanche, la pratique sexuelle ne devrait jamais avoir lieu sans amour! (et non dans le mariage) est la condition de la Chasteté!
.

Question: Mais il dit aussi que c’est aussi la plus grande défense et la plus grande protection, pour tous les êtres humains des deux sexes, que d’éviter l’occasion! Naturellement, celui qui est d’une Chasteté absolue ne saurait être troublé en aucune occasion, mais – connaissant le rôle de la pensée dans le déclenchement de l’instinct – qui, sur Terre, peut se vanter d’avoir le foyer de ses pensées entièrement pur?

Réponse: Oui, l’occasion d’un tête-à-tête tentateur est, dans tous les cas, à éviter, si l’Amour de l’âme et l’absolue pureté intérieure ne sont pas là comme garantie. Par exemple, en disant « Je résiste à tout, sauf à la tentation » Oscar Wilde a avoué qu’il ne maîtrisait pas ses pensées. Car sans pensée, pas d’instinct! C’est pourquoi dire « Je ne suis pas en bois » ne constitue jamais une excuse.
.

Question: Alors? Dans ces conditions, il faudrait toujours éviter l’occasion, même avec une âme-sœur!!!

Réponse: Non, parce que l’Amour de l’âme empêche les exigences malpropres vis-à-vis de l’âme-sœur.

.

Question: Ce qui reviendrait à penser que l’Amour de l’Âme dont il est question ci-dessus n’est plus possible non plus aujourd’hui, parce que l’on serait incapable de ne pas présenter de « désirs ou d’exigences malpropres »!?!?

Réponse: L’Amour de l’âme est une chose qui empêche les désirs malpropres entre les âmes-duelles.
.

Question: Par contre, là où cet Amour de l’âme n’existe pas, les désirs malpropres peuvent encore surgir chez beaucoup en cas d’occasion…?

Bref, il y a encore de quoi réfléchir!

Réponse: Pas tant que cela! Car, considérez ceci:

1) Vous êtes avec votre âme-sœur; vous l’aimez sincèrement et vous ne voudrez donc rien de malpropre avec elle.

2) Vous êtes, loin de votre âme-sœur, avec une personne du sexe féminin, qui n’est pas une âme-sœur pour vous (= vous n’aimez pas son âme), mais dont les appas/appâts sexuels sont plus qu’attirants et auxquels vous n’êtes pas insensible et elle se montre très disponible pour une aventure… Peut-être serez-vous tenté, et donc en danger de succomber…

C’est pourquoi, en un tel cas mais en de tels cas uniquement, il vaut mieux éviter, en dessous de l’âge «canonique», tout tête à tête avec l’autre sexe, lorsqu’il y a danger de tentation, donc occasion

.

Question: Mais cela signifie-t-il que – qu’il y ait au bout Mariage ou non – une juste union corporelle s’effectue toujours avec une âme-sœur?

Réponse: Oui.
.

Question: Selon les Lois de la Création, il est très clair que: Âmes-sœurs implique l’Amour de l’Âme. N’est-il pas?

Réponse: Oui!
.

Question: Mais l’inverse est-il vrai?

Réponse: Oui!
.

Question: Ne pourrait-il pas y avoir Amour de l’Âme sans la parfaite complémentarité d’âmes-sœurs?

Réponse: Non!
.

Question: Si oui, c’est cela qui pourrait être l’Harmonie spirituelle, au sens plus large quant à l’union corporelle…

Réponse: Oui, si c’était oui, ce serait, en effet, comme cela…

Mais la question peut aussi se formuler autrement: L’Harmonie spirituelle « devant exister dans un couple » est-elle possible entre deux personnes, homme et femme, qui ne s’aiment pas animiquement?

Tout bien considéré, il apparaît que non.

Car dans l‘âme il y a l’esprit.

Et l’Harmonie spirituelle n’est pas quelque chose de plus vague et de moins fort que l’Amour de l’âme; c’est, au contraire, quelque chose de plus précis et de plus fort

Autrement dit: Aimer l’âme ne suffit pas au rapprochement corporel, il faut, encore en plus, aimer l’esprit!

Car, alors que l’Amour de l’âme rend déjà possible le vrai Mariage (sans pour autant rendre obligatoire l’union corporelle) c’est, paradoxalement, cet Amour de l’esprit dans l’âme qui, lorsqu’il s’éveille en une parfaite Harmonie, conduit aussi, pour que l’Union des esprits puisse être pleinement vécue dans la matière, au rapprochement des corps.

2 Commentaires

  1. Bruno

    Cher Monsieur,
    Cet article est très explicatif sur la véritable signification d’une Union et ne remet nullement en question la qualité de la déclinaison.
    Cependant le terme « la sexualité » contenu dans le titre ne me semble pas adapté, car, du fait de l’article « la (sexualité) », la notion connote préalablement une certaine acceptation à une pratique normale, acceptée, banalisée (désir, sensualité, libido, érotisme…), en tous cas tolérée naturellement voire culturellement! Ainsi parle-t-on d’une « vie sexuelle » libre comme l’on parle d’une vie professionnelle ou d’une vie sociale, comme si nous avions plusieurs vies, donc plusieurs personnalités! Est-ce bien raisonnable!?
    Moi-même ayant été heurté par ce titre (qui sous-entend aussi une forme de trahison), j’aurais éventuellement préféré un titre comme « les unions (cachées) hors mariage sont-elles conformes aux Lois? »
    Anselme

    Réponse
    • Jacob

      Naturellement, le terme « sexualité » n’est pas utilisé ici pour sous-entendre que la sexualité pourrait exister indépendamment de l’amour. Du reste, à plusieurs reprises – ainsi que, en outre, c’est aussi clairement dit dans d’autres articles sur le site -, l’article ci-dessus dit clairement tout le contraire!
      Toutefois, nous pouvons comprendre que – ainsi que vous le percevez – il puisse exister une certaine ambiguïté et que, par conséquent, le mot puisse poser problème à quelques-uns.
      Cependant, le sujet principal de l’article n’est pas « les relations (sexuelles) cachées hors mariage (lorsque les concernés sont mariés) sont-elles conformes aux Lois? », car il est évident que de telles relations cachées ne peuvent être que tromperie et trahison du conjoint mais, plutôt, de façon générale, les relations sexuelles indépendamment du mariage (donc, principalement, pour les personnes non mariées).
      C’est pourquoi – grâce à votre remarque permettant de prendre conscience de la possible ambiguïté de la formulation initiale – le titre de l’article ci-dessus est maintenant modifié en « L’union corporelle indépendamment du mariage et l’occasion ».

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *