Ecole de l'art de vivre
  1. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  2. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  3. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

  4. La Foi et les œuvres. Seule une foi véritablement vivante dans la conviction peut produire des œuvres s'inscrivant dans les…

  5. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

Archives

.

La Crainte de Dieu

.

Traditionnellement – ainsi que nous l’avons déjà vu -, la Crainte de Dieu est l’un des 7 Dons du Saint Esprit. Le Jour de la Pentecôte, dans les familles chrétiennes, volontiers, l’on «tire au sort» l’un des sept Dons du Saint Esprit et rares sont ceux qui se réjouissent de «tomber» sur celui-ci.

Pourtant, il est d’une très grande importance et d’une très grande utilité pour le germe d’esprit humain en cours d’évolution dans la Création Postérieure gros-matérielle, car la Crainte de Dieu ne signifie, en fait, rien d’autre que la prise en compte de de la Volonté Divine à travers le respect et l’observance des Lois Divines.

La Crainte de Dieu n’a, en effet, rien de personnel. Dieu n’est pas un tyran despotique, capable d’arbitraire, et qu’il y aurait donc lieu de craindre. Il est, tout au contraire, le Garant qu’absolument rien d’arbitraire ne peut se produire dans Sa Création. Tout se produit en fonction de Lois intangibles qui sont l’expression de la Pureté de l’Amour et de la Justice Divins. N’est-ce pas merveilleux?

Par conséquent, en fonction des Lois Divines, chaque être humain détermine lui-même son destin. Il doit donc aimer mais aussi craindre les effets auto-actifs des Lois, de la même manière que la peur du vide empêche un être humain sur Terre de s’approcher trop près du bord d’une falaise verticale, là où il risquerait la chute dans le précipice.

Autre exemple: Ou, de la même manière qu’en connaissance des lois qui régissent la foudre, en cas d’orage avec éclairs il évitera de se placer là où la foudre a une plus grande probabilité de s’abattre, comme – par exemple – sous un arbre, à la verticale d’un clocher ou de tout autre monument pointu (surtout s’il est métallique et surtout s’il est dépourvu de parafoudre).

Se protéger contre la foudre en fonction des lois de la physique et de l’électrostatique. – Des précisions:

« En cas de tempête, la meilleure forme de protection personnelle est de chercher un abri. Les maisons et bâtiments fermés, en particulier ceux qui sont équipés de systèmes de protection contre les décharges électriques, sont les plus sûrs. Les véhicules en métal, tels que les voitures et les bus, offrent une protection raisonnable, mais leurs fenêtres doivent être fermées et tout contact avec des éléments métalliques doit être évité.

Il est recommandé d’éviter de se tenir à proximité d’arbres isolés, de tours métalliques, de poteaux et de clôtures métalliques afin d’amoindrir les chances de se faire toucher par la foudre. Il est fortement recommandé, dans les situations à risque, de ne pas rester dans les champs, les piscines, les lacs et l’océan. À l’intérieur des bâtiments, il convient d’éviter l’utilisation de tout équipement dont la surface conductrice s’étend aux zones extérieures, comme les équipements électriques et les conduites d’eau. » (Source).

Il sera donc évident à chacun qu’il est important de connaître toutes les Lois en vigueur dans la Création, car leur ignorance ou leur méconnaissance peut induire une issue fatale. C’est valable pour les Lois de la Nature qui régissent la foudre, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre, et tous les autres phénomènes naturels, et c’est aussi valable, de façon générale, pour les Lois de la Création.

Car, s’il peut parfois être vrai que l’ignorance protège, cela ne peut être vrai que pour un très bref laps de temps. L’inconscience ne protège qu’un temps très court. Seul le Sachant connaissant les Lois fondamentales de la Création et mettant concrètement son Savoir des Lois en pratique a une chance d’y vivre longuement

Bien souvent – ainsi que le dit le proverbe biblique – «La crainte est le commencement de la sagesse». Plus précisément «Le commencement de la Sagesse, c’est la crainte de l’Éternel (Proverbes IX, 10). C’est cela la Crainte de Dieu, ce n’est nullement une crainte personnelle vis-à-vis d’un être auquel il s’agirait – vu Sa Puissance – de ne pas déplaire, c’est juste la crainte de commettre de mauvaises actions capables d’enclencher de douloureux retours karmiques, en fonction de l’Activité des Lois Omnisages.

Supposons un être soumis à un mécanisme auto-actif qui, à chaque fois, il tape sur un plus petit que lui, reçoit automatiquement un coup sur la tête de la part d’un plus grand que lui placé immédiatement derrière lui. Rapidement, il cesserait de taper un plus faible que lui, parce qu’il comprendrait très vite que lui-même est plus faible par rapport à un plus fort que lui.

C’est ainsi que, chaque jour, celui qui abuse de sa force ou de son pouvoir sur un être plus faible que lui se place lui-même dans la situation de devenir le plus faible par rapport à un plus fort que lui. Rapidement, il comprend que, dans la vie, l’on ne peut pas indéfiniment faire ce que l’on veut, mais que les Lois vous contraignent à vous comporter de la juste manière – c’est-à-dire à faire ce que vous devez – ou bien de devoir en subir les inéluctables conséquences.

Lorsque, au sujet de Dieu, il est écrit: « A Moi la Vengeance, à Moi la Rétribution » (Deutéronome XXXII, 35), il ne s’agit, en aucun cas, d’une vengeance personnelle à la manière humaine, mais il s’agit, tout au contraire, uniquement de l’application des Lois justes et sages en tant qu’expression parfaite de Celui Qui les créa. Si, dans la Création, un être humain s’élève vers la Lumière et la Joie c’est uniquement en fonction de son propre vouloir, de même que s’il s’enfonce vers les ténèbres et l’horreur.

Le levier qui fait monter ou descendre son « véhicule » est toujours et uniquement entre ses mains, de sorte que, dans les deux cas, il n’a, en définitive, outre l’Omnisagesse des Lois, à remercier que lui-même. Il ne s’agit jamais de plaire à quelqu’un mais toujours uniquement de faire ce qui est juste et conforme à la conscience en tant que voix de l’esprit.

Celui qui connait les Lois – en particulier la Loi de la Pesanteur, la Loi de l’Attraction du Genre Semblable et la Loi de l’Effet de Réciprocité doit les aimer, doit les craindre, car inévitablement, avec assurance et certitude, ces Lois le portent vers le Haut ou vers le bas, à la vitesse de leurs infaillibles et justes répercussions, exactement selon le genre du vouloir.

C’est ainsi que Jonas (dont le nom signifie « Colombe ») – qui, semble-t-il,  ne l’avait pas de façon innée – dut – en tant que « prophète déserteur » – apprendre, à ses dépens, l’indispensable Crainte de Dieu: « L’Éternel fit venir un grand poisson pour engloutir Jonas, et Jonas fut dans le ventre du poisson trois jours et trois nuits. » (Jonas I, 17).

Plus tard, à ce sujet, Jésus déclara: « Cette génération est une génération méchante; elle demande un Miracle; il ne lui sera pas donné d’autre Miracle que le Signe de Jonas. Car, de même que Jonas fut un Signe pour les Ninivites, de même le Fils de l’Homme en sera Un pour cette génération. La reine du Midi [NDLR: La Reine de Saba] se lèvera, au jour du Jugement, avec les hommes de cette génération, et les condamnera, parce qu’elle vint des extrémités de la Terre pour entendre la Sagesse de Salomon; et voici, il y a ici plus que Salomon. ». (Luc XI, 29-31).

.

Salomon et la Reine de Saba

Salomon et la Reine de Saba

.

Étant donné que « Jonas », en hébreu, signifie « Colombe », il se pourrait, tout simplement qu’en parlant du « Signe de Jonas » Jésus ait parlé du « Signe de la Colombe », qui permet, en effet, de manière infaillible, de reconnaître un Envoyé Divin. Ce Signe Divin est, en effet, bien apparu au-dessus de Jésus lors de Son Baptême par Jean le Baptiste: « Dès que Jésus eut été baptisé, Il sortit de l’eau. Et voici, les Cieux s’ouvrirent, et Il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une Colombe et venir sur Lui. » (Matthieu III, 16).

« Plus que Salomon » c’est, bien évidemment, Jésus Lui-même, avec Son Noyau Divin Inentéallique. Si, en tant que Verbe Divin incarné, Jésus est là, présent sur Terre, avec Sa Sainte Parole, n’est-ce pas déjà un Miracle en soi? Que leur faut-il de plus à ces pitoyables êtres humains de la Terre pour qu’ils se rendent compte au sujet de Qui ils ont en face d’eux et qu’ils croient enfin en Lui? Qu’Il leur fasse un petit tour de prestidigitation?!

.

La Crainte de Dieu

Jonas et la Baleine – Par Joseph Vermet – Crédit.

1 Commentaire

  1. Jean OLIVER

    Cette absence totale de la Crainte de Dieu est un signe de la décadence;
    celle-ci poursuit inexorablement son chemin, seul un retour vers la sagesse des Lois de la Création peut rétablir cette crainte dans la mesure où l’être humain est conscient qu’il ne respecte pas ces Lois, mais, s’il s’efforce d’en tenir compte par un bon vouloir constant, il n’a absolument pas lieu qu’il entretienne cette crainte.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *