Ecole de l'art de vivre

Les Sept Dons du Saint Esprit

par | 22 Mar 2024 | Autres Articles | 0 commentaires

  1. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  2. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  3. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

  4. La Foi et les œuvres. Seule une foi véritablement vivante dans la conviction peut produire des œuvres s'inscrivant dans les…

  5. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

Archives

.

Les Sept Dons du Saint Esprit

.

La Fête chrétienne de la Pentecôte

Après la Pentecôte il y a une Pente. Avant la Pentecôte, il y a … une Côte! Cette Pente (descendante) et cette Côte (montante) peuvent être considérées comme décrivant le Circuit de la Force sur l’Année. Le Point culminant de la Force est, en effet, le vrai Jour de la Pentecôte (qui, en fait, en grec ancien, veut dire « Cinquantième » [Jour après Pâques]), au cours de laquelle est dispensée la Force du Saint Esprit à toute la Création.

Comme nous l’avons déjà vu, partout où agit la Volonté Divine, l’on trouvera comme naturelle, la répartition par Sept. Même les anti-pôles – comme, par exemple, les sept péchés capitaux – vont aussi par sept.

Les 7 Dons du Saint Esprit

Dans la Foi chrétienne, émanant du Saint Esprit, il y certes une seule Force mais sept Dons. Selon la Théologie chrétienne, les sept Dons du Saint Esprit (ou «charisme», du grec «χαρισμα»: «don») sont des Grâces que Dieu offre aux croyants. Traditionnellement, il s’agirait de la Sagesse, l’Intelligence, la Force, la Science, le Conseil, la Piété et la Crainte de Dieu.

A chaque Pentecôte, un Don du Saint Esprit pour chaque Croyant!

Dans toutes les bonnes familles chrétiennes, traditionnellement, chaque Dimanche de Pentecôte, l’on procède à un tirage au sort pour savoir de quel Don du Saint Esprit va «hériter», cette année-là, tel ou tel bon Chrétien de la famille… Dans une famille de sept membres (le père, la mère et les cinq enfants), c’est «impeccable»: tous les 7 Dons sont tirés et il y a un Don différent pour chacun! En général, les participants au tirage au sort – on ne sait pourquoi? – ne sont pas pressés de recevoir … la … Crainte de Dieu!

Les Dons du Saint Esprit selon le Nouveau Testament et les «Actes des Apôtres»

Les Saintes Écritures se montrent toutefois relativement discrètes quant à la nature précise des sept Dons du Saint Esprit. Pour définir les sept Dons du Saint Esprit, nous employons, tout d’abord, le conditionnel. En effet, comme nous allons le voir un peu plus bas, la liste initiale était un peu différente…

Les Actes des Apôtres évoquent le moment où Jésus annonce à Ses Disciples qu’ils vont recevoir la Force du Saint Esprit:

«Au cours d’un repas qu’Il prenait avec eux, Il leur donna l’Ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre que s’accomplisse la Promesse du Père. Il déclara: «Cette Promesse, vous l’avez entendue de Ma bouche:

«05 Alors que Jean a baptisé avec {de} l’Eau, vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici peu de jours.».

06 Ainsi réunis, les Apôtres L’interrogeaient: «Seigneur, est-ce maintenant le temps où Tu vas rétablir le Royaume pour Israël?».

07 Jésus leur répondit: «Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de Sa propre Autorité.

08 Vous allez recevoir une Force, celle du Saint Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez Mes Témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la Terre.»

09 Après ces Paroles, tandis que les Apôtres Le regardaient, Il S’éleva, et une nuée vint Le soustraire à leurs yeux.» (Actes I – 4-9).

C’est donc l’Ascension. Quelques versets plus tard, dans le récit de la Pentecôte, des Langues de Feu se posent au-dessus de la tête des Apôtres (Marie de Nazareth, la mère terrestre de Jésus, était aussi présente) réunis: «Alors ils furent tous remplis de l’Esprit Saint: ils se mirent à parler en d’autres langues et chacun s’exprimait selon le Don de l’Esprit.» (Actes II, 3-4).

Les Dons du Saint Esprit, selon Paul de Tarse

Dans la Première Épitre aux Corinthiens, au chapitre XII, Paul de Tarse décrit aussi les sept Dons du Saint Esprit. Il établit une comparaison avec le corps:

«De même, en effet, que le corps est un, tout en ayant plusieurs membres, et que tous les membres du corps, en dépit de leur pluralité, ne forment qu’un seul corps, ainsi en est-il de Jésus. Aussi bien est-ce en un seul Esprit que nous avons tous été baptisés en un seul corps, Juifs ou Grecs, esclaves ou hommes libres, et tous nous avons été abreuvés d’un seul Esprit.» (1 Corinthiens XII,12-13).

Au chapitre 13, l’Apôtre Paul décrit la hiérarchie des Dons, et proclame son célèbre Hymne à l’Amour. Au chapitre XIV, le même Paul de Tarse établit une hiérarchie des charismes en vue de l’utilité commune.

«Recherchez la Charité, aspirez aussi aux Dons spirituels, surtout à celui de Prophétie. Car celui qui parle en langues ne parle pas aux hommes, mais à Dieu; personne, en effet, ne comprend: il dit en esprit des choses mystérieuses. Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes; il édifie, exhorte, réconforte. Celui qui parle en langues s’édifie lui-même, celui qui prophétise édifie l’assemblée. Je voudrais certes que vous parliez tous en langues, mais plus encore que vous prophétisiez; car celui qui prophétise l’emporte sur celui qui parle en langues, à moins que ce dernier n’interprète pour que l’assemblée en tire édification.» (1 Corinthiens XIV,1-5).

Au sujet du parler en langues (glossolalie), Paul de Tarse insiste sur la nécessité de l’interprétation: «C’est pourquoi celui qui parle en langues doit prier pour pouvoir interpréter. Car si je parle en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence n’en retire aucun fruit.» (1 Corinthiens XIV,13-14).

L’apport des Théologiens, des «Docteurs de l’Église» et des «Pères de l’Église»

C’est donc davantage à la Tradition des «Pères de l’Église» – de «saint» Ambroise de Milan à «saint» Alphonese de Liguori, en passant par «saint» Thomas d’Aquin – que l’on doit la déclinaison de ce Don en sept Dons particuliers à partir de leurs élaborations sur la base des «Saintes Écritures».

Les Dons du Saint Esprit selon l’Ancien Testament et le Prophète Isaïe

Mais – pour autant que l’on sache – bien avant cela, c’est le Prophète Isaïe qui – le premier – donne le détail de ces Dons, plus de sept siècles avant la Pentecôte:

«Un Rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un Rejeton jaillira de ses racines. Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur: Esprit de Sagesse et de Discernement, Esprit de Conseil et de Force, Esprit de Connaissance et de Crainte du Seigneur (Livre d’Isaïe XI,1-2).

.

Arbre de Jessé

Arbre de Jessé

 

Par conséquent, en ce qui concerne l’Arbre de Jessé, au départ, six Dons au total, mais le dernier a été subdivisé en deux: la Piété et la Crainte de Dieu. Donc – comme pour les sept Couleurs n’ayant été que six jusqu’à Isaac Newton (= « nouveau ton », nom prédestiné!) -, d’abord six, puis sept: 6 + 1 = 7!

Donc Sept Dons pour finir, qui, selon le Catéchisme de l’église catholique viennent «soutenir la vie morale des Chrétiens» et sont des «dispositions permanentes qui rendent l’homme docile à suivre les impulsions de l’Esprit Saint».

Six Dons ou sept Dons?

Dans le texte hébreu, comme dans la traduction française, il n’y a que 6 Dons. Mais dans la traduction grecque de la Septante (IIème siècle avant J.-C.), comme dans la traduction latine (IVème siècle après J.-C.), les traducteurs ont utilisé deux mots différents pour traduire la Crainte du Seigneur, à la fin du verset 2 et au début du verset 3: «eusebeia» et «phobou» (en grec), «pietatis» et «timoris» (en latin). Les traducteurs de la Septante avaient déjà fait ce choix en Proverbe I,7, n’hésitant pas à dédoubler le verset hébreu pour rendre compte, dans leur langue, de la richesse de signification du mot hébreu, qui signifie à la fois la «Piété» et la «Crainte». Cela fait donc 7 Dons du Saint Esprit.

La liste traditionnelle des sept Dons du Saint Esprit est attestée en Occident au moins depuis l’Italien Ambroise de Milan (339-397), au IVème siècle, dans son «Traité des Mystères» (chapitre 7, § 42) et dans son «Traité des Sacrements» (L.III, ch.Il, § 8), où il reprend la «Liste d’Isaïe» (XI, 2), telle que vue plus haut.

Comparaison entre la Liste d’Isaïe et la Liste actuelle

Toutefois, si l’on compare la liste actuelle avec celle d’Isaïe, l’on remarque que le Discernement – lequel est une Vertu hautement spirituelle – a été remplacé par l’intelligence, laquelle, en tant qu’intellect, n’est juste qu’une production du cerveau antérieur du corps humain gros-matériel de l’être humain. Autrement dit: Pas grand chose. Rien de spirituel. Juste une capacité complètement liée à la Terre et destinée à la seule compréhension gros-matérielle terrestre, et encore pas pour tout.

Il s’agit donc, indubitablement, d’une régression. Et pas n’importe laquelle: Précisément de la régression qui – en tant que conséquence du péché héréditaire – montre comme l’intellect ravageur, étroitement limité à l’espace et au temps terrestre, a pris la place de la pure Intuition spirituelle, seule capable d’un authentique Discernement!

Lorsque l’on assiste à de telles défaillances, l’on peut remarquer que la défaillance réside toujours et uniquement dans l’être humain lui-même, jamais dans la force ou la faiblesse des DONS particuliers reçus.

Un Don ou sept Dons?

Certains – comme le pape Damase – n’ont pas hésité à affirmer que le Saint Esprit serait «septiforme». Car, justement, au-dessus des traditionnels «7 Dons du Saint Esprit», se trouve le Don-fondamental, c’est-à-dire la Force proprement dite, le plus Fort que tout dans l’être humain, ce qui porte en soi toute vie et est immortel.

Ce Don Fondamental est donné à chaque esprit humain individuel de façon tout à fait équitable! Chacun en reçoit la même dose. Ainsi aucun n’a, par rapport à l’autre, comme avantage, quoi que ce soit en plus. Toutes les différences observables résident exclusivement dans l’utilisation des Dons faite – en fonction de sa libre volonté – par l’être humain lui-même.

De même, ce Don-fondamental, l’Étincelle immortelle de l’esprit, ne peut jamais être troublé(e) ni souillé(e)! Pure demeure l’Étincelle, même dans la fange la plus grande, tel un Diamant tombé dans un tas de fumier! Nous avons seulement à faire éclater la rigide écorce, que nous nous sommes nous-mêmes imposée en remplaçant le Discernement spirituel par l’intelligence intellectuelle, de par la restriction volontaire de notre capacité de compréhension.

Alors, sans transition, une fois débarrassée de la fausse charge constituée par cette écorce, notre Étincelle immortelle flamboiera, pure et claire, vers le Haut, ainsi qu’il en était déjà au commencement. Avec fraîcheur et vigueur elle s’épanouira toujours plus, et se reliera avec son genre d’origine, le Spirituel, et donc avec la Lumière, avec la Vie!

Conclusion

Réjouissons-nous de ce Trésor, qui, intouchable, repose en nous! Il est égal que, par les autres êtres humains, nous soyons ou non considérés comme des êtres humains de grande Valeur! Ce qu’en fonction de leur restriction intellectuelle ils pensent de nous n’a strictement aucune importance et nous ne devons y accorder aucune valeur!

Ce qui importe c’est que, grâce à notre sincère et donc réel bon vouloir, toute souillure placée, comme une digue, autour de notre Étincelle d’Esprit, puisse être jetée à bas. Celui qui a accompli ce Travail visant à dégager le Diamant de sa gangue, est tout aussi pur et précieux que celui qui ne l’a jamais plongé dans la fange!

.

Pentecôte

Pentecôte

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *