Ecole de l'art de vivre
  1. Article très intéressant... Mais je suis resté sur ma faim... Pour ma part, j'aurais souhaité que l'auteur approfondisse un peu…

  2. "Les Paraboles expliquées - Les Images" Ce texte est un magnifique tableau dans lequel chaque conseil prodigué par Jésus y…

  3. En réponse à Jacques... Permettez-moi de continuer sur votre lancée en disant que le Commandement "Aime ton prochain comme toi-même",…

  4. J'avoue que c'est une question très, très difficile... Bien que je n'aie pas l'expérience vécue - et au vu des…

  5. Merci, Anne-Marie, de cet évocateur exemple, qui pose bien la problématique. Cela tend à confirmer que seul l'amour sentimental peut…

  6. A Enyavlys: "Il me semble que le seul mensonge qui puisse trouver grâce au regard des lois divines, c’est le…

  7. A Claudy Blaise: Voulez-vous dire par là qu’aucun mensonge n’est légitime?

  8. «Le moi est haïssable!» «abnégation», «désintéressement», voire «altruisme». Cela résonne bien en moi et me permet de saisir et d'approfondir…

  9. Du vécu récent: Un homme se sait atteint d’un cancer et avec son épouse ils ont été informés qu’il n’y…

Archives

.

Le Miracle de Cokeville

.

Parfois, la Loi de l’Effet de Réciprocité ou Loi du Karma s’accomplit instantanément. C’est un cas de genre qu’illustre l’événement dit « Le Miracle de Cokeville ». Cet événement illustre aussi la puissance de la Prière, qui, lorsqu’elle est pure, a, de ce fait, la légèreté requise pour s’élever vers la Lumière, d’où vient l’exaucement

Par ailleurs, qui sont ces entités de l’Au-delà vues comme des « silhouettes blanches » qui circulaient dans la salle de classe? Certains ont parlé d’« anges », mais s’agissait-il réellement d’anges? Peut-être des « anges gardiens »? Ou, plutôt, des aides ou guides spirituels?

.

Le Miracle de Cokeville – USA – Année 1986

.

Le vendredi 16 mai 1986, à l’école primaire de Cokeville (Wyoming – USA), 96 enfants (ou même 136?) et 18 adultes ont été pris en otage par un ancien policier de la ville, David Young, 43 ans, et son épouse Doris Young, 47 ans.

Avec sa femme, David Young est entré dans l’école avec une bombe artisanale remplie d’essence, ainsi que des fusils et des pistolets. Le couple a rassemblé un grand groupe d’enfants et d’enseignants dans une seule salle de classe. L’ancien policier a attaché la gâchette de la bombe à son poignet et a menacé le groupe qu’il pourrait, à tout moment, bouger son bras et déclencher l’explosion de la bombe.

Young voulait demander une audience avec le président  des États-Unis de l’époque, Ronald Reagan, ainsi que 2 millions de $ par otage (soit 230 millions de $ de l’époque).

Après plus de deux heures de prise d’otages, les enfants devenaient agités, alors les enseignants ont essayé – ce qui faisait partie de leur rôle! – de les distraire avec des jeux, des livres, mais cela ne suffisait manifestement pas. Il fallait quelque chose de plus

Ci-dessous l’affiche du film racontant cette histoire, réalisé en 2015.

Les enseignants et les enfants se sont mis alors à faire une Prière silencieuse, et c’est à ce moment-là que quelque chose d’étrange a commencé à se produire. Certains élèves ont commencé à entendre des voix célestes leur dire que quelque chose de grand était sur le point de se produire, mais qu’il ne fallait pas avoir peur. D’autres ont vu de belles silhouettes en blanc se mouvoir dans la pièce.

Quelques-uns ont même aperçu des proches décédés leur disant aussi de ne pas avoir peur et une dame rayonnante en blanc est également apparue, a dit aux personnes là rassemblées de commencer à se diriger vers les fenêtres et qu’elles seraient toutes épargnées.

A son tour, le preneur d’otages, David Young, a commencé à s’agiter; certains ont dit que c’était la Prière, d’autres ont supposé qu’il avait peut-être eu un aperçu fugace de ce que les enfants et certains membres du personnel voyaient.

Quelle que soit la raison, il a fini par retirer le mécanisme de déclenchement des bombes de son poignet et l’a attaché à {celui de} sa femme. Il est ensuite allé dans la salle de bain attenante.

Peu de temps après, (environ deux heures et demie après le début de la prise d’otages), sa femme, Doris Young, a soudainement involontairement secoué son bras et la bombe a explosé. Le feu et la fumée noire brûlante ont rapidement rempli la salle de classe et les enseignants ont rapidement décidé d’agir. Les vitres ayant été soufflées, certains ont aidé les enfants à quitter le bâtiment, puis les ont rapidement suivis.

A ce moment-là, John Miller, le professeur de musique, a toutefois reçu une balle dans le dos, alors que David Young rentrait dans la pièce. Doris Young en flammes se tordait de douleur sur le sol, alors David Young mit fin aux souffrances de son épouse d’un coup de pistolet, puis se tira lui-même une balle.

 L’être humain n’a pas d’autre juge que lui-même.

Les experts en explosifs ont ensuite déclaré que la taille de la bombe aurait dû complètement détruire au moins la salle de classe, mais qu’un seul des cinq détonateurs avait explosé. Tous les enseignants et les enfants ont été admis à l’hôpital pour des brûlures légères, mais tous se sont rétablis, même le professeur de musique John Miller, qui avait été atteint d’une balle dans le dos.

En fait, les deux seules personnes à avoir perdu la vie ce jour-là étaient les deux preneurs d’otages qui avaient eux-mêmes fait exploser la bombe qui, en définitive, devait les tuer.

Déjà, il y a deux mille ans, Jésus avait averti:

« Tous ceux qui utiliseront l’épée périront par l’épée ».
(Matthieu XVI, 52).

Naturellement, cette condamnation de la violence sur autrui vaut quelle que soit l’arme utilisée.

Des photographies médiatiques et d’actualité de la scène ont rapidement fait surface et c’est l’une de ces photographies (voir plus bas) qui, selon beaucoup, a renforcé la croyance quant à ce qui s’est passé, ce jour-là. Les enfants et des enseignants racontant des histoires concordantes d’anges vus dans cette classe juste avant que la bombe n’explose, peu de gens ont été surpris par ce qui a alors été découvert:

Sur le mur nord de la salle de classe, précisément là où la dame rayonnante en blanc avait été vue, il y avait un contour brûlé – beaucoup pensent qu’il s’agit d’une figure humaine avec des ailes imprimée sur le mur. Cette photographie montre-t-elle l’image de l’un des anges qui a sauvé la vie de tous les innocents, ce jour-là?

.

 

Autre présentation – Autre vidéo

A Cokeville, petite ville des États-Unis, s’est déroulé une histoire extraordinaire. Tout a commencé comme un horrible drame et tout s’est terminé comme un miracle. Découvrez, dans cette vidéo, l’histoire du Miracle de Cokeville. Les enfants racontèrent séparément à leur famille aux sauveteurs et à la police comment des « êtres de lumière » étaient descendus dans la classe par le plafond. Cette histoire a donné lieu à un livre « The Cokeville Miracle: When Angels Intervene by Hartt Wixom and Judene Wixom » ainsi qu’un film, sorti en 2015.

Le vendredi 16 mai 1986, l’ancien policier de la ville, David Young, 43 ans, et son épouse Doris Young, 47 ans, ont pris en otage 96 enfants et 18 adultes à l’école primaire de Cokeville (Wyoming – USA). (…)

Les enseignants et les enfants se sont mis alors à faire une Prière silencieuse, et c’est à ce moment-là que quelque chose d’étrange a commencé à se produire. Certains élèves ont commencé à entendre des voix célestes leur dire que quelque chose de grand était sur le point de se produire, mais qu’il ne fallait pas avoir peur.

D’autres ont vu de belles silhouettes en blanc se déplacer dans la pièce. Quelques-uns ont aperçu des proches décédés leur disant de ne pas avoir peur et une dame rayonnante en blanc est apparue, a dit aux personnes rassemblées de commencer à se diriger vers les fenêtres et qu’elles seraient toutes épargnées. (…)

.

16 mai 1986, David et Doris Young, armés de fusils et d’une bombe, pénètrent dans la petite école primaire de Cokeville aux Etats-Unis. Malgré l’explosion de la bombe, aucun des 136 (ou 96?) enfants ni des enseignants présents n’a perdu la vie, ce jour-là

.

.

En 2015 Christensen réalise le film « The Cokeville Miracle » en s’inspirant de ce fait réel.

Les enfants ont été sauvés par les anges qu’ils ont vus et entendus. Ces anges les ont guidé vers la sortie, fait en sorte que la bombe se retourne contre l’agresseur, et même l’homme touché par une balle a survécu. Certains enfants ont eux été aidés par des personnes proches défuntes, et les ont vues.

Le film en question est visible en version originale anglaise (avec, théoriquement, possibilité de sous-titres en français) ci-dessous.

.

Source

Et, pour finir, voici donc l’image retrouvée sur un mur de la salle de classe après l’incendie, près de l’endroit où – selon les récits des participants à l’expérience – se tenait la « dame blanche »… Certains y verraient un « ange »… Et vous?

 

Image sur le mur de la salle de classe de Cokeville

Image retrouvée sur le mur de la salle de classe de Cokeville, après l’incendie ayant résulté de l’explosion de la bombe

 

Conclusion

Il est frappant de voir qu’à un moment donné, de façon toute naturelle, les yeux fin-matériels de tous ces enfants réunis par une intense expérience commune, se sont simultanément ouverts. Pour ce genre de phénomènes l’intellect ne trouve aucune explication satisfaisante.

Cela rappelle ce qui s’est passé, pour 70.000 personnes lors du Miracle du Soleil à Fatima… Là aussi – comme il est possible de le voir en prenant connaissance des hypothèses des « scientifiques », l’intellect a complètement ignoré la seule, simple et naturelle, explication possible: la clairvoyance.

Cette histoire montre donc aussi, s’il en était besoin, qu’entre l’En-deça et l’Au-delà il n’y a pas de réelle séparation. Tout est seulement un grand Monde unitaire faisant partie de la même Création

2 Commentaires

  1. Deh Assy

    Le Miracle de Cokeville

    On peut retenir de cette histoire que nous ne sommes pas seuls. Et que, bien orientés, nous pouvons avoir de l’aide en tout lieu et à tout moment venant d’autres plans matériels invisibles à nos yeux terrestres, de la part de la Lumière.

    Nous sommes toujours aidés et secourus si, en une prière sincèrement ressentie, nous nous adressons, en toute humilité, à notre Créateur.

    Si nous pouvions vraiment le faire, nous ne constaterions que miracle sur miracle.

    Réponse
  2. Jean OLIVER

    Je n’ai rien à ajouter à au commentaire de Deh Assy, il résume très bien l’attitude à avoir
    devant un tel miracle ainsi que la capacité de déclenchement que détient une prière.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *