Ecole de l'art de vivre
  1. "Une seule chair." La profondeur de la parole du Christ Jésus reste aujourd'hui encore à découvrir. Immense travail que les…

  2. Il me semble que - outre les Appelés - la Parabole concerne aussi tous les autres êtres humains désireux d'être…

  3. L'habit de noce représente le résultat des efforts de transformation qu'accomplit un appelé en vue d'accomplir sa mission, c'est le…

  4. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  5. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  6. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

Archives

.

Dialogue

.

Léon Denis

.

Nous savons tout ce que la Doctrine du Christ contient de sublime; nous savons qu’elle est, par excellence, une Doctrine d’Amour, une religion de pitié, de miséricorde, de fraternité parmi les hommes. Mais est-ce bien cette Doctrine qu’enseigne l’Église romaine? La Parole du Nazaréen nous a-t-elle été transmise pure et sans mélange, et l’interprétation que l’Église nous donne est-elle exempte de tout élément étranger et parasite?”  Léon Denis

 

L’homme:

– Le ciel est noir sur ma tête, le sentier tortueux que je parcours côtoie des abîmes, je marche dans le brouillard vers un but inconnu. Qui donc guidera mes pas? Qui donc éclairera mon chemin? J’ai épuisé la coupe des plaisirs matériels, et, au fond, je n’ai trouvé qu’amertume. Honneur, fortune, renom, tout s’est évanoui en fumée! Et maintenant ma barbe a blanchi, mon front s’est dénudé, ma vue s’est presque éteinte, je sens que je me rapproche de l’issue fatale. Que sera-t-elle ? La nuit profonde, le silence éternel, ou bien sera-ce une aurore?

L’Esprit:

– Au-dessus de la Terre élève Tes pensées. Ce globe n’est qu’un marche-pied pour monter plus haut. Médite et prie! La Prière ardente est une Flamme, une radiation de l’âme qui dissipe les brumes, éclaire le Chemin, montre le But. Médite et prie, et, si Tu sais prier Tu obtiendras la vision, la compréhension de la Beauté du Monde, de la Splendeur de l’Univers, Tu verras la Voie immense d’Ascension, qui conduit les âmes, d’étapes en étapes vers la Sagesse, la Paix sereine, la Lumière Divine et Tu remercieras Dieu!

Tout ce qui est matériel est précaire et changeant. Les choses de l’esprit seules sont durables. Pendant le temps qui Te reste à vivre ici-bas, tâche, par la pensée et la volonté, de Te libérer du joug de la chair. Cela rendra plus rapide le dégagement de Ton âme à la mort, plus facile son entrée dans le monde fluidique [NDLR: Monde fin-matériel], dans les grands courants d’ondes qui parcourent l’espace et la porteront vers les Sphères supérieures où Tu goûteras, selon les mérites acquis, des Harmonies divines jusqu’à l’heure de la réincarnation, l’heure du retour sur la Terre, pour y reprendre l’œuvre d’évolution et de perfectionnement que Tu sembles avoir bien négligée au cours de Ta vie présente.

L’homme:

– Tu m’ouvres des perspectives qui m’éblouissent et me donnent le vertige. Reprendre la tâche après cette vie agitée, tourmentée, lourde de tant de soucis! Renaître pour lutter encore! Je préférerais le néant, le repos de la tombe et l’oubli.

L’Esprit:

– Le néant n’est qu’un mot vide de sens. Rien de ce qui est ne peut cesser d’être. Le principe de vie qui nous anime est un dynamisme puissant qui change simplement de milieu dans le phénomène que vous appelez la mort. Ma présence ici en est la preuve démonstrative. Étudie l’Œuvre de Dieu en Toi, en Ton âme, Tu y reconnaîtras les germes de merveilleuses richesses destinées à se développer et à s’accroître, de vies en vies, par Ton travail, par Tes efforts, jusqu’à ce que Tu sois parvenu à la plénitude de l’être dans la perfection morale, dans la possession du génie et de l’Amour.

Et quand Tu seras parvenu à cette plénitude et que Tu auras aidé ceux que Tu aimes à s’y élever, alors Tu emploieras Tes puissances d’action à élever, à leur tour, tous ceux qui luttent et souffrent sur les mondes inférieurs. Alors Tu comprendras toute la Majesté du Plan Divin, le But sublime que Dieu a fixé à l’être en voulant qu’il soit l’artisan de son bonheur et le conquière lui-même par ses œuvres.

L’homme:

– Le bonheur? Je l’ai cherché en vain sur la Terre et ne l’ai trouvé nulle part.

L’Esprit:

– Le bonheur existe pourtant ici-bas, car Dieu a disposé partout les alternances de la joie et de la douleur, pour le progrès et l’éducation des êtres. Mais Tu as cherché le bonheur où il n’est pas, dans les élans de la passion ardente, dans les plaisirs violents et fugitifs. Le bonheur se cache comme toutes les choses subtiles et délicates. C’est en vain qu’on le cherche dans les jouissances terrestres que le souffle de la mort emporte. Le bonheur est dans l’acceptation joyeuse de la loi du travail et du progrès, dans l’accomplissement loyal de la tâche que le sort nous impose, d’où résulte la satisfaction du devoir accompli dans la paix sereine de la conscience, seul bien que nous puissions retrouver dans l’au-delà.

Le bonheur est dans les joies pures de la famille et de l’amitié, il est aussi dans les joies qu’offrent la Nature et l’Art, ces deux formes de la Beauté éternelle et infinie.

Le grand malheur de votre époque, c’est que l’homme n’a pas appris à comprendre, à sentir l’action providentielle, à mesurer l’étendue des Bienfaits dont Dieu l’a comblé. Il se lamente sur les maux de la vie, sans discerner que ces maux sont l’héritage de son passé, la conséquence de ses agissements antérieurs qui retombent sur lui de tout leur poids. Souvent en renaissant il réclame la douleur comme un moyen suprême d’épuration, de purification, et, revenu sur la Terre, dès que la douleur se présente, il la renie!

C’est la notion d’une vie unique qui a tout obscurci, rendu insolubles tous les problèmes de l’existence. De là le trouble des pensées, le doute, le scepticisme et pour beaucoup le matérialisme. Combien d’existences qui, aujourd’hui, s’écoulent stériles, improductives, sans profit pour l’être, faute de voir clair et de comprendre le But de la vie et la grande Loi de l’Évolution. On n’a plus foi dans l’avenir, plus de certitude du lendemain, et, par suite, moins de courage dans l’épreuve, moins de droiture dans les actes, nulle Foi en Dieu, en Son Œuvre magnifique.

Applique-Toi donc à réagir contre ces causes de désarroi moral, à les détruire en Toi-même et ainsi à purifier Ton âme et à Te préparer une destinée meilleure.

L’homme:

– Ta voix m’a réveillé comme d’un long rêve, elle a ouvert à ma pensée des perspectives infinies.

Après l’ombre, j’entrevois la Clarté au milieu de ma nuit, c’est un rayon venu du ciel. Que Ta main protectrice me guide au bord des abîmes.

Pourquoi as-Tu si longtemps tardé à m’instruire, à m’apporter, à la place du doute, du pessimisme, la confiance et la joie de vivre? Mais, puisque l’avenir est sans limites, dès maintenant je veux orienter ma pensée, ma volonté et mes actes vers le But grandiose que Tu m’as dévoilé!, puisque l’évolution est la règle souveraine de la vie universelle, eh bien!, que cette Loi auguste s’accomplisse et que le Saint Nom de Dieu soit béni!

Léon DENIS.

*
* *

Note:

Souvent en renaissant l’homme réclame la douleur comme un moyen suprême d’épuration, de purification, et, revenu sur la Terre, dès que la douleur se présente, il la renie! Hélas! le manteau de chair qui recouvre notre âme étouffe en elle tout souvenir, toute aspiration et notre illogisme n’est qu’une conséquence de ce fait. Que de paroles révoltées Léon Denis entendit exprimer par ceux qui venaient à lui chercher des consolations. Ils se plaignaient de l’injustice de la vie à leur égard, et Léon Denis essayait de leur faire comprendre l’action morale de la douleur et les exhortait à l’acceptation et à la résignation.

  *   *   *

Le Christianisme porte en lui des éléments de progrès, des germes de vie sociale et de moralité qui, en se développant, peuvent produire de grandes choses. Soyons donc chrétiens, mais en nous élevant au-dessus des confessions diverses, jusqu’à la Source pure d’où l’Évangile est sorti. Le Christianisme ne peut-être ni jésuite, ni janséniste, ni huguenot; ses bras sont largement ouverts à toute l’humanité.”  Léon Denis

 

Exercice spirituel

En commentaire ci-dessous, partagez votre impression spirituelle vis-à-vis du «Dialogue» de Léon Denis affiché ci-dessus. Diriez-vous que, par rapport à ce que vous savez/ressentez de la Vérité, tout ce qu’il dit est juste?

 

Remarque: Il n’est pas nécessaire d’être enregistré et connecté pour pouvoir poster un commentaire.

.

Jésus et le jeune homme riche

Jésus et le jeune homme riche

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *