Ecole de l'art de vivre

L’Astrologie, le Karma, la Réincarnation

par | 3 Mar 2024 | Autres Articles, Enseignements Spirituels, Réponses aux questions | 0 commentaires

  1. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

  2. "La fausse conscience." Dans certaines expressions populaires figure le mot "conscience". Il est employé de diverses manières. Prenons quelques exemples…

  3. Le Miracle de Cokeville On peut retenir de cette histoire que nous ne sommes pas seuls. Et que, bien orientés,…

  4. La Maternité Article mettant en lumière l'amour maternel. Merci à l'auteur de l'article pour avoir donné des éclaircissements assez détaillés…

  5. "La Loi du Mouvement" Dans le cadre d'un sport quelconque, quel que soit ce dernier, l'être humain est capable de…

  6. Nous ne nous lasserons jamais de toutes ces Paroles bienveillantes que nous a laissées Jésus dans l'espoir de notre murissement…

Archives

.

Contenus de la page

L’Astrologie, le Karma,

la Réincarnation

.

L’ASTROLOGIE, LE KARMA, LA RÉINCARNATION

Réponses à des questions posées

L’Initiation au Savoir des Lois, la guidance spirituelle, l’expérimentation et la réflexion personnelles, la pratique de l’astrologie, permettent de répondre à différentes questions concernant le karma, les vies antérieures et l’astrologie et leurs rapports mutuels.

Question: L’érection d’un thème natal est basée sur le moment et le lieu de naissance du natif. Est-ce que cela signifie que c’est la position des astres dans les signes et son incidence sur ce lieu particulier à cet instant précis qui va déterminer les influences exercées sur le natif durant toute sa vie?

Réponse: Non, ce n’est pas exactement cela: Lorsque vous passez en un lieu précis à une heure précise, une personne qui vous voit passer à cet endroit là et à ce moment-là peut en déduire non seulement d’où vous venez mais aussi certaines informations sur le périple que vous allez ensuite parcourir, l’objet de votre destination, les rencontres probables que vous allez faire, etc…

Pour le thème natal, c’est la même chose: le fait de démarrer votre incarnation sous certains auspices vous introduit dans le cycle planétaire à un moment et un lieu déterminés de ce cycle; la suite s’en déduit, tout aussi logiquement que le fait de vous voir monter dans le train de Stras­bourg à la gare de l’Est, ce qui n’exclut évidemment pas certains incidents de parcours imprévisibles dus à l’exercice de votre libre vouloir, ainsi que de celui de toutes personnes qui sont concernées, d’une façon ou d’une autre, par le déplacement de ce train.

L’on peut donc dire que la carte du ciel est une « photographie » de l’état du ciel permettant de prévoir le « temps » qu’il va faire ensuite dans la vie du natif. Dans cette image les radiations astrales sont comme les influences climatiques: rayons solaires, courants d’air, précipitations de pluie, de grêle ou de neige, etc…

Question: Peut-on pratiquer l’astrologie sans référence au karma et à la réincarnation?

Réponse: Non. L’astrologie sans la connaissance de la réincarnation et du karma serait un non-sens. Elle se bornerait, en effet, à constater l’existence d’influences, en apparence arbitraires, se manifestant sur les êtres humains en vertu d’on ne sait quel « hasard ». La diversité et surtout la profonde inégalité de ces influences – puisqu’il y a assurément des thèmes bien plus agréables à vivre que d’autres! – seraient inexplicables et apparaîtraient comme l’expression d’une injustice fondamentale.

Question: Quels sont les rapports de l’astrologie avec la religion?

Réponse: L’Astrologie est la Connaissance des Lois Universelles de la Création. Elle s’inscrit nécessairement dans le cadre d’une cosmogonie, d’une vision globale et cohérente du Cosmos à l’Auteur duquel elle renvoie nécessairement. Il ne saurait y avoir d’astrologie athée ni d’astrologie agnostique. L’Astrologie véritable est basée sur la reconnaissance de l’Amour et de la Justice du Créateur et de la Perfection de Ses Lois. C’est à tort que l’église catholique a condamné l’astrologie comme une supersti­tion démoniaque. Autant dire que la Création serait œuvre maléfique! Seule une profonde ignorance peut expliquer une telle condamnation.

Question: Le Zodiaque comporte douze signes; est-il nécessaire, du point de vue de son signe solaire, de passer, de vie en vie, par tous les signes? Si oui, faut-il le faire dans l’ordre des signes du Zodiaque?

Réponse: Non. Cette vision « mathématiquement programmée » du périple cosmique d’une âme humaine en cours d’évolution dans les plans de matière grossière ne correspond pas au caractère vivant et libre que les Lois de la Création ont prévu pour le développement de l’esprit humain.

De ce point de vue on peut dire que les âmes « butinent » en venant goûter telle ou telle vibration existant dans la matière et elles le font en fonction de leur libre vouloir.

Si une âme veut goûter à la vibration du signe du Lion ou de n’importe quel autre signe, elle peut le faire. Rien n’interdit a priori qu’elle le fasse trois fois de suite ou davantage. Toutefois, selon l’usage qu’elle aura fait de la vibration d’un signe, elle peut se générer un karma qui vienne ensuite restreindre ses possibilités de choix.

En particulier, l’abus d’une vibration donnée provoque souvent un « stage » correcteur dans le signe opposé, dans notre exemple dans le signe du Verseau. Ce fait est en relation avec la signification et l’interprétation   karmiques   des  nœuds lunaires qui  se  trouvent nécessairement dans des signes opposés appartenant au même axe (Bélier/Balance, Taureau/Scorpion, Gémeaux/Sagittaire, Cancer/Capricorne, Lion/Verseau, Vierge/Poissons).

Il se produit, en effet, un effet de rééquilibrage d’un signe à son signe opposé qui peut se manifester de différentes manières. C’est pourquoi l’on voit souvent des natifs d’un signe manifester des caractéristiques du signe opposé dans la roue du Zodiaque.

Dans l’opposition réside, en effet, toujours une complémentarité car pour s’opposer à quelqu’un il est nécessaire de se placer en face de lui sur le même axe. C’est la même chose pour s’opposer à soi-même!

Question: L’astrologie ne manifeste-t-elle pas une forme de déterminisme incompatible avec le libre vouloir de l’esprit?

Réponse: Non, car dans les radiations astrales il n’y a rien d’arbitraire ni d’imposé de l’extérieur. Ce n’est que la conséquence d’un comportement personnel donné qui impose une nouvelle orientation déterminée. On peut comparer cela à une personne qui, sur terre, aurait trop abusé pendant plusieurs années du régime carné: une période de végétarisme strict ne pourrait ensuite que lui faire le plus grand bien.

En ce cas, c’est la personne elle-même qui fait ce choix, parce qu’elle reconnaît elle-même qu’il lui est devenu indispensable si elle veut maintenir ou retrouver l’intégralité de son capital santé. Sur le plan cos­mique, c’est pareil: entre la mort et une nouvelle naissance l’âme prend conscience de ce qui lui est devenu nécessaire et fait alors le choix qui s’impose de lui-même.

De même que différentes nourritures terrestres peuvent être profita­bles au corps sans qu’aucune en particulier soit absolument indispensable, de même aussi qu’il n’y a pas d’ordre ni de règle absolus pour les consommer – bien que certaines associations soient tout de même à éviter -, l’âme humaine peut se nourrir de diverses vibrations astrales et c’est sa propre pratique qui détermine les règles qui s’appliquent au dosage et à la nature de ces vibrations.

En fait, il est facile de comprendre qu’après un long stage dans la même vibration l’âme éprouve un désir de changement. Le changement produit en cela un effet rafraîchissant qui vient renouveler les forces.

Question: Comment est-il possible d’être libre et soumis à des influences planétaires?

Réponse: A ce sujet existent deux adages fameux. Le premier, d’abord exprimé en latin, dit: « Astrae inclinant, non necessitant », autrement dit: « Les astres inclinent mais ne nécessitent pas ». L’on peut, bien sûr, éprouver une inclination pour quelqu’un ou quelque chose sans pour autant y succomber. C’est bien pourquoi le « Notre Père » (dans sa version originale) dit: « Ne nous laisse pas succomber à la tentation. ». Il n’est pas dit que l’être humain ne sera ja­mais tenté. Mais c’est succomber qu’il ne faut pas faire. Dieu peut nous donner la Force de résister aux inclinations ou aux penchants, mais Il n’écartera pas la tentation de notre chemin.

Ceci nous conduit directement à l’énoncé du deuxième proverbe qui dit: « Le sage est maître de ses étoiles ». Le sage ne nie pas les possibles influen­ces stellaires (les astres ne sont que des concentrateurs et leurs irradiations que des canaux pour des rayonnements karmiques plus fins) mais il les maîtrise, il les utilise et s’en sert pour le mieux. Il n’est pas souhaitable qu’un fiacre soit sans chevaux, mais il est souhaitable que le postillon maîtrise convenablement son équipage! Les ra­diations des astres sont des énergies. Si elles sont utilisées au mieux, la diligence de la personnalité sera conduite au mieux par le cocher de l’esprit!

Question: Comment concevoir le libre vouloir s’il existe un déterminisme astrologique?

Réponse: Il importe en ces questions tout particulièrement d’avoir une véritable notion de ce que c’est que le libre vouloir. Toute manifestation d’un vouloir exprime un choix, parce qu’il est naturellement impossible de tout choisir en même temps! Tout choix est aussi nécessairement un renoncement dont l’âne de Buridan connaît le douloureux prix illustré par le dilemme posé par le signe de la Balance!

Exercer son libre vouloir signifie donc: privilégier à un moment donné en un lieu donné un désir parmi beaucoup d’autres, car si l’âme hu­maine peut désirer tout en même temps, elle ne peut vouloir qu’une chose à la fois! C’est sa propre nature, ses propres limites qui conditionne cela. L’être humain peut certes vouloir des choses appartenant au champ de de la nature et de l’expérience humaines mais il ne peut pas, avec des chances de réussite vouloir quel que chose qui n’en fait pas partie, par exemple, vou­loir être un ange.

Mais le libre vouloir connaît aussi une autre limitation structurelle, liée aux limitations de l’espace et du temps. La réalisation de tout désir, en effet, implique un investissement d’espace et de temps adapté à la nature du désir. Cela signifie que je ne peux pas en même temps sauter en parachute et écrire un livre sur l’astrologie! Je puis éventuellement faire les deux successivement ou alternativement mais non simultanément.

Si déjà deux désirs ne peuvent s’assouvir qu’en concurrence l’un de l’autre, qu’en est-il alors lorsque ceux-ci sont très nombreux! La multi­plication des centres d’intérêt actifs se fait nécessairement au détriment les uns des autres. Et si à vingt ans l’on peut avoir l’impression que l’on a « la vie devant soi » et que tout est possible et que l’on peut tout faire, plus on avance dans l’existence terrestre et plus l’on se rend compte que si l’on veut faire « des choses » et que l’on veut les faire bien et en reti­rer de réelles satisfactions personnelles – en plus de celles que l’on peut aussi ainsi procurer à autrui – l’on doit impérativement en limiter le nombre à quelques-unes. En ce qui concerne les grands désirs qui réclament de grands investissements, il est souvent même nécessaire de se limiter à une seule activité systématique déterminée. Il faut souvent une vie entière – ou même plusieurs – pour parvenir à la maîtrise d’un domaine ou d’une dis­cipline déterminés.

Question: Est-il possible de voir la personnalité spirituelle dans un thème natal?

Réponse: Non. Un thème natal (une carte du ciel) est comme une ordonnance, une pres­cription médicale faite par l’âme à elle-même. La prescription permet de déduire certaines caractéristiques présentes de l’âme – si elle a bon ou mauvais caractère – mais le genre spirituel de l’être lui-même n’est pas dans le thème. pour qu’il en soit ainsi il faudrait, par exemple, être Ver­seau une fois pour toutes et donc s’incarner toujours sous le même signe, ce qui n’est pas le cas.

Question: Il existe des signes masculins (Bélier, Gémeaux, Lion, Balance, Sagittaire, Ver­seau) et des signes féminins (Taureau, Cancer, Vierge, Scorpion, Capricorne, Poissons). Est-ce que cela signifie que tous les hommes devraient naître sous des signes masculins et toutes les femmes sous des signes féminins. Et si oui, si ce n’est pas le cas, est-ce que cela signifierait qu’il y a quelque chose d’anormal pour les personnes pour qui ce n’est pas le cas.

Réponse: Bien évidemment, non. Et heureusement, car, si c’était le cas, la moitié de la population serait constituée d’âmes déformées! Comme déjà dit, la personnalité spirituelle se situe largement au-delà d’un thème de naissance. En conséquence, le genre masculin ou féminin – qui est fonda­mentalement un attribut de l’esprit – ne peut être révélé par un thème. Il est impossible de savoir, en regardant une carte du ciel, de savoir si c’est celle d’un homme ou d’une femme!

Ce que révèle la polarité du signe solaire – et secondairement cel­les des autres signes dominants du thème – c’est le genre d’activité déterminant pour une personne, quant à l’orientation de son vouloir, au cours d’une incarnation donnée. Toute chose dans la Création a une polarité, positive ou négative. Le développement d’une personnalité harmo­nieuse et complète implique, sur le plan terrestre, de développer les deux genres fondamentaux d’activité (tronc commun) jusqu’à un certain degré minimal commun aux deux sexes.

Le développement spécifiquement masculin ou féminin se fait aussi par l’utilisation des radiations correspondantes, mais il doit surtout se faire par la réception et la transformation de radiations d’un genre plus fin en provenance des Archétypes spirituels masculins ou féminins (Créés-Originels), que le thème astral ne permet pas de percevoir.

Question: Que peut-on voir dans le thème astral?

Comme son nom l’indique, le thème astral concerne les influences qui agissent sur le corps astralou corps de matière grossière moyenne, véritable porte d’entrée et de sortie de l’âme, mais il ne renseigne pas sur les radiations spirituelles qui traversent aussi toute la Création Postérieure. Par conséquent, il est indispensable de discerner clairement les limites de l’investigation astrologique. Si rien n’est en dehors de l’astrologie – tout s’exprimant à travers elle, l’Art Royal -, les rayonne­ments des astres ne constituent cependant que l »emballage » le plus grossier du processus des radiations dans son ensemble. Les rayonnements les plus fins demeurent cependant largement hors de portée des possibilités d’investigation humaine.

Question: Quelle position planétaire en particulier renseigne l’étudiant astrologue sur l’orientation du vouloir d’un natif?

Réponse : La position de son Soleil natal; cette position donne des indications sur l’orientation du vouloir spirituel du natif, ce qu’il veut faire en cette incarnation. Le Soleil, qui est la planète la plus forte du système solaire, symbolise le noyau spirituel de l’être, c’est-à-dire l’être réel, ce qu’il y a de plus profond en l’être humain.

Question: Qu’est-ce qui renseigne sur son psychisme?

Réponse: En particulier, la position de la Lune, qui – en tant que reflétant la lumière du Soleil –  peut aussi signifie l’ego mais aussi bien d’autres composants du thème. L’astrologie dite « holistique » qui considère chaque chose d’une façon globale s’efforce de montrer que si la partie est dans le tout, le tout est aussi dans la par­tie. Autrement dit, un thème ne peut être analysé et « découpé en tranches » mais doit être perçu en une vision globale qui fait aussi qu’il existe non pas un mais de nombreux significateurs – qui tous se nuancent mutuellement – pour chaque chose, de sorte que seule la vision du tout permet aussi d’appréhender chaque partie.

Question: Quelle planète signifie le mental?

Réponse : Essentiellement Mercure, la planète de l’intellect, qui a une double maîtrise sur les Gémeaux (les relations, les rapports) et la Vierge (l’analyse, l’examen minutieux) correspondant respectivement aux formes positive et négative de l’intelligence.

Question: Que signifie principalement l’ascendant?

Réponse: L’ascendant représente les facultés qui sont données au natif pour l’expression de sa personnalité terrestre. Ces facultés doivent être acquises par le sujet afin de les ajouter à sa personnalité spiri­tuelle signifiée par le Soleil. L’ascendant signifie notamment ce qui est donné au natif pour son évolution par ses ascendants, y compris sur le plan de l’hérédité physique, donc du tempérament. C’est aussi ce qui – en fonction du signe concerné – lui permet éventuellement d’avoir de l’ascendant sur les autres.

Question: Se réincarne-t-on toujours dans le même sexe?

Réponse: Non, mais ce qui pouvait encore être une expérience posi­tive au cours des premières époques d’évolution est devenu le fruit d’une aberration voulue et obstinée à notre époque. Le germe d’esprit, en effet, asexué au départ, conserve nécessairement l’orientation fondamentale qu’il a choisie lors de la première manifestation, encore inconsciente, de son libre vouloir. A notre époque, il n’est plus question de « butiner » mais uniquement de consolider l’acquis de trois millions d’années d’évolution spirituelle. Une incarnation dans l’autre sexe ne peut plus si­gnifier qu’une régression très importante pouvant même désormais être fatale à l’âme en quête de « tourisme sexuel ».

Question: Pourquoi la population de la Terre s’accroît-elle si rapidement à notre époque? Pourquoi toutes ces âmes s’incarnent-elles en même temps?

Réponse: De nombreux types de karmas noués sur Terre ne peuvent se dénouer que sur Terre. Tout ceci doit s’accomplir au cours d’une période déterminée d’avance depuis des millénaires. En dehors de celles qui n’ont définitivement plus à revenir sur Terre, toutes les âmes en cours d’évolution dans la Partie Cosmique d’Éphèse doivent revenir sur la Terre à notre époque de Clôture de tous les cycles. Une grande partie s’y trouve donc simultanément.

Question: Jusqu’où ira l’accroissement de la population sur la Terre?

Réponse: Évidemment, cette croissance exponentielle de population sur une Terre bien limitée a quelque chose d’inquiétant. Et l’on se demande où peut résider la Iimite à une telle croissance.

Il est probable que largement plus de la moitié des âmes qui s’y trouvent ne devraient pas être sur Terre. Seule l’impureté dominante lors des procréations a permis à des âmes provenant des « régions d’attente » de bas niveau dans le monde de matière fine d’accéder au plan terrestre, normalement encore trop élevé pour elles.

Il est aussi évident qu’un manque de maîtrise sexuelle est responsable d’une quantité de procréations non souhaitables et aussi parfois non souhaitées. A l’égard des Lois de la Création, toutefois, toute possibilité offerte équivaut à une sollicitation.

Évidemment, si de nombreuses âmes cherchent à revenir sur la Terre pour y dénouer définitivement leurs karmas à l’époque du Jugement – et c’est là une grâce pour elles – le nombre d’âmes existant de l’autre côté n’est pour autant pas illimité.

Question: Peut-on se réincarner sur d’autres planètes?

Réponse: 0ui. Toutefois, il y a à cette possibilité une limite expressément déterminée: iI n’est pas possible de s’incarner, au sein d’un même cycle d’évolution cosmique, sur des planètes appartenant à d’autres Parties Cosmiques. En outre, il est aussi probable que de telles possibilités se Iimitent  un même système solaire. Enfin, ce qui est possible en cas de destruction d’une planète n’est pas non plus la règle générale.

Le cas particulier de la planète appelée «Mallona», scientifiquement connue sur Terre sous le nom de «Planète d’Olbers», laquelle gravitait jadis entre Mars et Jupiter dans notre système solaire, donne à penser que l’on nombre de Terriens – sinon tous – auraient préalablement connu des incarnations sur cette planète, avant que son humanité ne la fasse exploser par inconscience. Après quoi, la poursuite du cycle d’évolution entamé se serait poursuivi sur la Terre. Ce n’est donc pas des esprits nouveaux qui auraient pris position de celle-ci, il y a quelque trois millions d’années.

Ajoutons encore a cela que, selon Roselis von Sass dans son livre «Le Jugement Dernier sur la Terre», la planète Vénus serait en préparation en vue d’une implantation humaine.

Question: Combien de fois une âme s’incarne-t-elle? Quels délais y a-t-il d’une incarnation à l’autre?

Réponse: Cela est chose très variable et les deux questions sont évidemment liées. Là non plus il n’y a pas de règle fixe. Certaines âmes peuvent avoir eu des centaines d’incarnations, d’autres seulement une di­zaine, parfois moins. Une moyenne pourrait être d’environ cinquante incarnations pour une âme.

Le plus souvent, un grand nombre d’incarnations est provoqué par des karmas en chaine qui nécessitent des incarnations répétées à des fins d’expiation et de dénouement. Si une âme progresse rapidement sans nouer de karmas négatifs l’entravant durablement, à peine une dizaine d’incarnations peuvent lui suffire pour atteindre les plans de matière fine, où l’on peut conti­nuer de progresser sans avoir à redescendre sur Terre.

Il est clair que la fréquence des incarnations augmente avec l’avancement du cycle, d’où la progression numérique de la population planétaire qui en résulte qui s’accroît jusqu’à devenir exponentielle. Au commencement de l’évolution sur Terre, il pouvait s’écouler des centaines de milliers d’années entre deux incarnations. A partir de la période histo­rique remontant à quelques dizaines de milliers d’années, le délai entre deux incarnations est passé à quelques milliers d’années de séparation, puis, il y a environ dix mille ans, à quelques siècles.

De nos jours, il n’est plus que de quelques dizaines d’années mais, en règle générale, n’est, selon Roselis von Sass, jamais inférieur à vingt-cinq ans, à l’exception des âmes d’enfants morts en bas âge pouvant se réincarner très peu de temps après, au sein d’une même famille.

Question: Retrouve-t-on fréquemment des personnes que l’on a déjà connues, d’une vie a l’autre? Si oui, pourquoi?

Réponse: Oui. Cela peut être le désir de se revoir. Mais, le plus souvent, c’est que des liens karmiques existent entre ces personnes et vous. Il peut s’agir, bien sûr, de karmas positifs, mais, le plus souvent, ce sont des karmas négatifs qui obligent les êtres a se revoir. Alors, faites bien attention a vos «nouvelles connaissances»: le plus souvent, ce sont de vieilles connaissances!

Question: Y a-t-il des familles karmiques?

Réponse: Oui. Cela peut concerner des êtres qui ont des karmas fa­miliaux communs ou des karmas individuels de mêmes genres. Mais il existe aussi des «karmas collectifs» concernant des peuples entiers. La notion de karma collectif n’implique pas que toutes les âmes se retrouvent forcement au sein du même peuple que jadis pour y partager le même destin, mais qu’elles se retrouvent ensemble pour subir ensemble un destin qui les con­cerne chacune individuellement.

A cet égard, il est nécessaire d’être prudent dans ses interprétations.

Question: Pourquoi s’incarne-t-on dans un pays plutôt qu’un autre?

Réponse: Là aussi jouent diverses règles. Il a, bien sûr, la Loi Universelle de l’Attraction du Genre Semblable qui joue un rôle important, mais, là où existe un karma important, c’est, bien évidemment, la Loi de l’Effet de Réciprocité qui joue le rôle déterminant – les effets des deux Lois ne s’opposant, du reste, pas, mais, bien au contraire, se complétant parfaitement.

 

 *   *   *   *   *   *   *

 

Voir aussi, dans la partie privée du site (pour ceux qui sont enregistrés et connectés):

L’Astrologie, le Karma, la Réincarnation – Version complète

.

Réincarnation

Réincarnation

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *