Ecole de l'art de vivre

Réflexions sur l’Intuition et l’intellect, sur la Lumière et les ténèbres – Par Hermann Wenng

par | 30 Jan 2024 | Autres Articles, Enseignements Spirituels | 0 commentaires

  1. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

  2. "La fausse conscience." Dans certaines expressions populaires figure le mot "conscience". Il est employé de diverses manières. Prenons quelques exemples…

  3. Le Miracle de Cokeville On peut retenir de cette histoire que nous ne sommes pas seuls. Et que, bien orientés,…

  4. La Maternité Article mettant en lumière l'amour maternel. Merci à l'auteur de l'article pour avoir donné des éclaircissements assez détaillés…

  5. "La Loi du Mouvement" Dans le cadre d'un sport quelconque, quel que soit ce dernier, l'être humain est capable de…

  6. Nous ne nous lasserons jamais de toutes ces Paroles bienveillantes que nous a laissées Jésus dans l'espoir de notre murissement…

Archives

 

Réflexions sur l’Intuition

et l’intellect,

sur la Lumière

et les ténèbres

.

Par Hermann Wenng

.

– Extraits –

.

De façon répétée, il est fait (…) fait référence à l’intellect que l’être humain a cultivé sur les conseils (…) du séducteur, et qu’il a érigé en tant que maître absolu, auquel il a accordé tous les pouvoirs.

C’est cela (…) qui est la source de tous les maux et en fin de compte la seule cause de la défaillance de l’esprit humain par rapport à la Tâche que le Créateur lui avait assignée, dès le début, dans la Création.

Sans cesse (…) l’attention est attirée sur le fait que ce n’est pas l’intellect, lié à la Terre et limité qui doit être déterminant dans la vie des êtres humains sur Terre, mais l’Intuition liée à la Lumière.

(…) En toute Clarté il nous est parfaitement expliqué ce qu’est l’Intuition et en quoi nous pouvons distinguer l’activité de l’intellect de celle de l’Intuition. (…)

Néanmoins, les propos et les questions d’un grand nombre de chercheurs sérieux dévoilent qu’il n’est pas si facile de distinguer l’Intuition et l’intellect (…).

Et ceci est d’autant plus difficile que c’est justement l’intellect, formé et produit par la matière grossière qui, de nos jours, domine presque entièrement même ceux qui veulent le Bien, même les meilleurs parmi les êtres humains.

Or, c’est précisément à cet intellect que la (…) Vérité doit en grande partie s’adresser du fait que ce n’est qu’ainsi que l’être humain, immergé dans la matière grossière, peut encore y accéder. (…)

Mais le combat contre l’intellect doit se faire par ses propres moyens, par lui-même. Il ne peut être vaincu que par son propre genre! Et son genre, c’est la Logique. Il nous entoure d’un édifice qui s’efforce de créer une séquence de causes à effets sans faille, dans laquelle un élément doit résulter de l’autre, une cuirasse de fer qui ne laisse passer qu’une matière encore plus dure (de matière grossière) que la sienne!

L’intellect, lié à la matière grossière, visible à nos yeux et pouvant être pesée, l’intellect, rigide et mort dans sa logique, doit être combattu par une Logique semblable à la sienne, mais plus dure, plus conséquente, plus impitoyable que la sienne. C’est elle seule qui peut le vaincre, le démolir. (…)

Ce n’est que par cette brèche que nous – l’esprit en nous  – pouvons tendre les bras de notre nostalgie.

Et ce n’est que par cette brèche qu’à nouveau peut s’approcher de nous la Grâce qui veut nous redonner la Vie! (…)

Rien ni personne ne pourra convaincre l’intellect. C’est pourquoi il ne peut pas être convaincu, mais son pouvoir peut être détruit. Et ce ne serait pas correct non plus si certains devaient être amenés à penser qu’il vise à le supprimer, à le rendre superflu.

L’intellect doit être: le serviteur terrestre de l’esprit, lequel doit l’animer, le pénétrer, l’éclairer, pour que les œuvres de l’intellect puissent, elles aussi, devenir lumineuses, des œuvres de l’esprit, réalisées par l’intellect, baignées de l’Intuition vivante de la Force lumineuse.

Inerte, immobile, sombre, sans force, sans Lumière est la matière, la matière grossière en soi.

Ce n’est que la Force revigorante de la Lumière, d’un genre spirituel ou entéallique, qui met en mouvement, qui anime la matière. La matière, sombre en soi, est plus ou moins lumineuse, dépendant de la Volonté directrice, l’Esprit, la Force de la Force Originelle, qui l’illumine.

Le cerveau, l’intellect, appartiennent à la matière sombre et – moins la Volonté, l’Esprit, l’Intuition, se connectera à la Force Originelle éternelle pour pénétrer et animer la matière – et d’autant plus sombres seront ses œuvres.

Là, où règne l’intellect, là, où il n’est pas dominé par la Volonté, la Nostalgie de la Lumière, là, où il n’exécute pas les œuvres de l’Esprit vivant et vibrant exclusivement dans la Volonté de l’Éternel – ces œuvres seront immobiles, sans Lumière, sombres, mortes.

Ce n’est pas en tant que témoin pouvant attester en Sa faveur que la Lumière se servirait de l’intellect – lui qui ne connaît que lui-même et ses semblables.

Il ne peut pas témoigner en faveur de la Lumière, il n’est pas du même genre (…) que la Lumière. Il ne peut que s’incliner devant le Seigneur au-dessus de lui, Qui lui donne la vie et lui permet de déployer son activité. Aucun arrangement, aucun mélange, aucune paix ne peut se faire entre l’activité, liée à la Terre, de la pensée intellectuelle – l’activité de l’esprit obéissant à la Lumière et à sa Force.

Et les œuvres de l’intellect qu’il a créées d’après lui-même sont mortes et appartiennent aux ténèbres, même si l’intellect doit user d’une trace de la Force de la Lumière, de l’Esprit, car même lui n’est rien sans Ceux-ci.

Ces œuvres de l’intellect sont mortes et appartiennent aux ténèbres, même si elles peuvent assurer le bien-être sur Terre ou qu’elles le prétendent. L’intellect mène une vie empruntée, ses œuvres sont comme lui-même, elles sont dépourvues de sens pour la vie dans la Vérité, pour la vraie Vie.

Elles n’ont pas été faites pour la Lumière et elles ne vivent pas dans la Lumière; elles appartiennent à la nuit et y resteront. Elles périssent avec la matière, dans laquelle seule elles mènent une vie empruntée – peu importe combien elles puissent briller aux yeux aveugles des êtres humains, qui ne voient que la matière grossière.

Aucune réconciliation, aucun accord n’est possible entre l’intellect et ses œuvres et la Lumière et Ses œuvres.

(…) Nous pouvons reconnaître ce qui provient de l’intellect et ce qui provient de l’Intuition, de la Liaison avec la Volonté de la Lumière, cette Liaison que l’humanité avait possédé, inaltérée, dans toute sa pureté, à l’aube de son apparition sur ce globe terrestre.

A présent, (…) la Voie de cette Liaison aux êtres humains, de nouveau, est ouverte, leur permettant ainsi de gagner à nouveau une vraie vie, au lieu du pauvre mirage que lui procure l’activité de l’intellect sur Terre.

Nous connaissons le processus:

– D’un côté, la naissance des pensées qui ne sont pas des images, par une intervention venant de l’extérieur, par les sens gros-matériels, dans le cerveau antérieur;

– De l’autre côté, la naissance des intuitions: Joie, douleur, amour ou haine – l’arrivée de telles images faisant suite à la réception des irradiations dans le plexus solaire.

Et nous réalisons dans le Savoir (…) nettement et clairement la grande différence entre:

– un être humain qui vit selon son intellect avec la pensée et les œuvres de celui-ci;

– et l’être humain d’Intuition qui vit des Forces qui lui affluent de la Toute-Puissance.

C’est en cela que nous pouvons concevoir la dissemblance des œuvres pouvant naître des deux: c’est plus d’un monde qui les sépare, c’est toute une Création qui se trouve entre les deux. L’être humain d’intellect vit dans ce qui est lié au terrestre, dans la volonté humaine, le premier dans l’obscurité, le second dans la Lumière.

Et nous savons (…) que toute vie, tous les processus de la vie, toutes les expressions de la vie sont des radiations provenant du Rayon de la Force éternelle, de la Volonté du Seigneur.

Et nous savons (…) que c’est la quantité de Lumière qui détermine celle de la Force rayonnante, créatrice et formante. Et que dans la mesure de l’éloignement de la Lumière, de la Volonté vivante de l’Éternel, cette Force rayonnante diminue.

De même rayonne la parole, formée selon la volonté humaine, en formant ce qu’elle veut d’après la Loi.

Et ce qui agit sur nous de la parole prononcée est moins le sens de ce qui est dit que nous saisissons avec l’intellect, que le mouvement, la radiation qui nous fait vibrer, qui nous met en mouvement, d’une façon tout à fait déterminée.

Mais même la parole écrite – et jusqu’à la parole imprimée – déclenche ce même processus. Celui qui a produit la parole restera par voie de radiation lié en permanence avec ce qu’il a ainsi créé et en même temps avec le genre semblable (3): des deux sources afflue vers lui la même force, la même volonté qui l’avait générée.

Ne sentons-nous pas que d’une lettre écrite agit sur nous toute la personnalité de l’auteur? Ce n’est pas tant le sens, la communication, qui agissent sur nous, c’est le rayonnement de la volonté – pouvant paralyser notre vie si elle est proche des ténèbres, mais qui pourra nous animer, nous mettre en mouvement, comme nous avons l’habitude de l’exprimer – si elle vient de ce qui est plus lumineux!

Si même la parole humaine agit de cette manière sur nous, sur notre volonté, sur notre existence, combien plus puissante sera alors le même processus, déclenché par la Parole de Vérité, Celle qui est en Liaison permanente avec les Forces Lumineuses les plus hautes, avec Son Origine Divine, et qui nous illumine avec la plus pure, la plus haute, l’incessante Force!

Cet effet de radiation d’une Force prodigieuse est si puissant qu’il casse, détruit, démolit les murs durs comme le fer dont l’intellect nous a entourés en ramassant et en épaississant la matière grossière – et qu’il apporte de nouvelles Forces aux esprits qui ne sont pas encore complètement morts, apporte une nouvelle vie, d’une abondance insoupçonnée.

Certes, même cette immense Toute-Puissance de la Lumière ne pourra plus redonner la vie, ne plus mettre en mouvement l’être humain qui est déjà complètement refroidi, qui est mort – et ne parlons-nous pas du froid intellect? – dans lequel ne rougeoie plus aucune Étincelle de la Vie véritable et qui ne mène qu’une vie factice de matière grossière, dans la logique de l’intellect.

Mais à celui qui porte en lui encore quelques traces de vie, à peine perceptibles, même à celui-ci la Parole pourra encore venir en Aide, lui apporter la Vie.

Pour ces êtres humains – et là il s’agit probablement du plus grand nombre d’êtres humains sur Terre – pour ceux-ci elle a adopté la forme de la logique intellectuelle, une logique d’une dureté de Diamant! Le Rayon de la Force de la Parole frappe, tel un projectile, en un Éclair, la cuirasse morte de l’intellect – tel un Éclair de la Lumière Originelle – et s’il rencontre le plus infime genre semblable, soit vie rencontrant vie spirituelle – l’édifice tout entier, tout le cachot érigé à l’être humain par l’intellect se met à vaciller, à s’écrouler – et l’esprit devient libre!

Ainsi la Force de la Parole apporte la liberté aux êtres humains et l’intellect est mis au service des Forces lumineuses.

La Parole nous donne tout, Elle nous rend la Vie, Elle nous met en mouvement, et ce qui est en mouvement avance toujours vers le Haut; seul ce qui ralentit doit descendre. Ne voyons-nous pas ce processus partout dans la matière grossière? Un avion n’est-il pas maintenu en haut grâce à un mouvement ultra-rapide?

Ne doit-il-pas descendre dès qu’il ralentit?

Mais ce qui se passe dans la matière grossière ne sont que des Paraboles du Spirituel. De la même façon l’esprit qui reste immobile devra sombrer dans les ténèbres, car seul le mouvement est Lumière!

Sous l’influence de la supercherie de l’activité intellectuelle les êtres humains ont fixé le mouvement sous une forme défigurée dans la sphère de la matière grossière – dans l’intention de remplacer ainsi le mouvement de l’esprit!

En vain! Même en avançant aussi vite que le vent, même s’ils tournaient autour de la Terre à la vitesse de projectiles d’une machine – il n’en demeure pas moins qu’ils sont immobiles et morts.

(…) Tout ce qui se passe sur Terre et qui n’obéirait pas expressément à l’objectif de mener l’être humain vers la Haut, vers la Lumière, est sans valeur.

Mais l’intellect agit de lui-même – ce qui est froid et mort, il le devient lui-même, étant lui-même une machine qui n’est pas commandée par des Forces lumineuses.

Plus d’un parmi les chercheurs pourrait penser: « Je ne peux pas me passer de l’intellect, j’en ai besoin (…)! ».

En cela l’on peut leur donner raison:

Au contraire – l’intellect est indispensable!

Ce n’est que grâce au travail de l’intellect, qui met dans une forme gros-matérielle ce qui lui arrive du Rayonnement de la Lumière que la vie sur Terre devient possible. Il permet aux êtres humains d’arriver à vivre la « Parole », cette « Parole », laquelle – comme nous l’avons vu – est la véritable Vie, la véritable Force ayant généré la Vie, l’éternelle Volonté de l’Éternel.

Et à Son Service l’intellect réalisera des œuvres insoupçonnables sur Terre; s’il est mû par les Forces de la Lumière, il deviendra une Force d’une Puissance monumentale! Même à l’heure actuelle, alors qu’il mésuse des Forces qui l’animent tel un végétal prédateur pour réaliser ses sombres œuvres mensongères, il apparaît à l’être humain comme un titan, comme un géant, sinistre et terrifiant.

Combien plus puissant apparaîtra-t-il au Service de la Lumière, lorsque il réalisera les œuvres de la Lumière sur Terre!

Il ne devra pas faiblir et il ne s’arrêtera pas, mais, au contraire, il deviendra véritablement vivant, comme l’être humain, dès qu’il aura été libéré de son étouffante domination, il deviendra réellement un Être Humain, un Serviteur de la Lumière!

.

Lumière et ténèbres

Lumière et ténèbres

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *