Ecole de l'art de vivre

Un Temps pour se taire et un Temps pour parler

par | 21 Mai 2024 | Autres Articles, Eveil Spirituel, Réponses aux questions | 0 commentaires

  1. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  2. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  3. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

  4. La Foi et les œuvres. Seule une foi véritablement vivante dans la conviction peut produire des œuvres s'inscrivant dans les…

  5. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

Archives

.

Un Temps pour se taire

et un Temps pour parler

 

Question:

« Si, lors de partages avec mes pairs, je dis tout haut que je désire me laver de mes fautes, cultiver les Vertus, faire le Bien, Servir la Lumière et retourner, un jour, au Paradis, je n’utilise pas, en premier lieu, la grande Puissance du Silence et je ne peux progresser vers le Haut! C’est donc dire que, lors de partages, où nous exprimons tout haut nos buts et nos ressentis, nous enfreignons cette Loi et nous nous coupons de la possibilité de progresser vers le Haut? ».

Réponse:

Il n’est pas dit qu’il ne faut jamais parler, mais seulement qu’il faut parler lorsque c’est le bon moment

Cela veut notamment dire que:

1) La parole doit intervenir au bon moment, lorsque, grâce à la pression résultant du silence, le temps de condensation a abouti.

2) Elle ne doit donc pas être superficielle, donc vide, répétitive, machinale, automatique, etc., mais toujours vivante, elle aussi.

La vertu du « Silence » (que l’on pourrait aussi désigner par l’expression « se taire ») n’est donc pas intrinsèque (= le but serait un silence permanent ou bien de prononcer le moins de mots possible), mais résulte uniquement de ce qu’il produit, sur la pensée initiale, une pression permettant la condensation, donc une attraction magnétique de cette première forme-pensée.

La raison pour laquelle il en est ainsi est liée à la structure même de la matière. C’est une loi physique.

Toute matière (qu’elle soit fin-matérielle ou gros-matérielle) qui, du fait d’une raison quelconque, est concentrée ou condensée devient plus attractive que celle qui l’est moins.

Toute la « Mécanique céleste » découverte par Newton avec sa « gravitation universelle » est basée là-dessus: Si l’on a deux planètes de volume égal, c’est celle qui est la plus condensée (autrement dit dont la masse est la plus grande) qui exercera l’attraction la plus grande sur son entourage.

Dans le cas de la forme-pensée…, par mon silence – c’est-à-dire par le fait de ne pas l’exprimer tout de suite -, j’exerce sur elle une contre-pression (la pensée exerçant elle-même une première pression), de sorte que ma pensée originelle se condense et qu’elle devient donc attractive pour les autres.

Ce n’est pas pour rien que « le plus fort attire le plus faible ». Le plus fort signifie aussi, en ce cas, le plus dense

Ces autres pensées émises par d’autres penseurs sur le même sujet, donc de genre semblable, planent sur le plan des formes-pensées…, mais c’est la plus condensée de toutes qui va, en définitive, attirer toutes les autres…, de sorte qu’elles ne vont plus en former qu’une seule

Et qui, en définitive, va en avoir le plus grand bénéfice? Celui qui aura su se taire le plus longtemps possible? Pas précisément… Plutôt celui qui aura su se taire le temps nécessaire pour cela, jusqu’à atteindre le moment précis où la forme-pensée originelle aura atteint sa pleine-maturité.

il faut l’exprimer, donc il faut parler ou écrire, là il faut « rompre le silence »… Car celui qui ne parle pas lorsque c’est le moment de parler commet tout autant une faute que celui qui parle lorsqu’il faudrait se taire.

C’est, là aussi, que le processus de l’écriture, par rapport à la parole orale, est intéressant…, car si un écrit est repris plusieurs fois, il permet déjà de consigner les étapes intermédiaires de l’évolution de la pensée, depuis la forme initiale jusqu’à la forme définitive… et peut être livré aux lecteurs seulement au moment où le Processus a atteint son achèvement complet.

Quand il est question d’en avoir le plus grand bénéfice, il s’agit, en l’occurrence, du bénéfice de pouvoir l’exprimer, car, une fois exprimée, la pensée existe au bénéfice de tous ceux qui peuvent en prendre connaissance.

C’est exactement comme l’œuvre d’art… L’artiste a la Joie de la réaliser, c’est-à-dire de la mettre en forme, ce qui n’est rien d’autre qu’une condensation, tandis que les amateurs d’Art, mélomanes ou autres, ont celle d’en jouir, une fois l’œuvre achevée

A ce propos il est intéressant d’évoquer le mot qui désigne un poème en langue allemande… Cela se dit « Dichtung » (« dicht » = « dense »), mot que l’on pourrait littéralement traduire par « Condensation » ou « Densification« . Interrogeons les mots, bien souvent les Notions ou Concepts justes sont déjà dedans…

Il y a un autre aspect du « Silence » que l’on peut ici évoquer, c’est celui lié à la pudeur.

De même qu’il y a un moment pour cacher l’âme – et aussi le corps – et un moment pour les dévoiler…, il y a aussi des moments, liés à des conditions, pour se taire et des moments pour parler. Car si le vêtement sert à cacher le corps, le silence sert à cacher l’âme

Et, assurément, chacun ou chacune est bien libre de décider, en fonction de son ressenti, à qui, quand, où et comment il ou elle dévoilera ou non tout ou partie de son âme par des mots exprimant son ressenti le plus profond.

Car d’impérieuses conditions de confiance sont nécessaires pour cela…, car, de même que des femmes impudiques dévoilent leur corps sur la voie publique, des êtres impudiques dévoilent aussi, par des mots, leurs âmes, sans que toutes les conditions pour cela soient réunies.

Et la plus importante de toutes ces conditions, c’est précisément l’Amour…, car dévoiler l’âme ou le corps ne doit jamais être fait sans {bonne} raison. Il s’agit d’offrir à l’autre quelque chose de beau et dont il soit digne. C’est donc un cadeau effectué par Amour, et le moins qui soit à attendre en retour, c’est qu’un tel cadeau soit reconnu à sa juste valeur

.

Silence de la Nuit

Silence de la Nuit

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *