Ecole de l'art de vivre

La chair ressuscite-t-elle?

par | 11 Jan 2024 | Enseignements Spirituels, Eveil Spirituel, Réponses aux questions | 0 commentaires

  1. "Une seule chair." La profondeur de la parole du Christ Jésus reste aujourd'hui encore à découvrir. Immense travail que les…

  2. Il me semble que - outre les Appelés - la Parabole concerne aussi tous les autres êtres humains désireux d'être…

  3. L'habit de noce représente le résultat des efforts de transformation qu'accomplit un appelé en vue d'accomplir sa mission, c'est le…

  4. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  5. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  6. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

Archives

.

La chair ressuscite-t-elle?

..

Une affirmation présente dans le « Credo » catholique

Tous les Dimanches, lors de la messe dominicale, des centaines de millions de Chrétiens catholiques l’affirment en récitant – ou même en chantant – le « Credo » [« Je crois »] (aussi appelé « Symbole des Apôtres » ou « Symbole de Nicée »):

  « Je crois à la résurrection de la chair » .

Sur le site officiel de l’église catholique en France il est possible de lire:

«Résurrection de la chair: Signifie que l’état définitif de l’homme ne sera pas seulement l’âme spirituelle séparée du corps, mais que notre corps mortel reprendra vie à la fin des temps, il sera transfiguré et rendu «spirituel». A l’image du Christ, nous sommes appelés à revêtir ce corps glorieux dont parle Saint Paul (Ph. 3, 21). Il nous faut comprendre notre propre résurrection à la lumière de celle du Christ, auquel le Père veut nous conformer par la puissance de l’Esprit Saint.

Le contexte est le suivant (c’est la fin – troisième partie – du Credo): c’est l’avant-dernière sentence:

 «Je crois au Saint-Esprit.»
«{Je crois} à la sainte Église catholique.»
 «{Je crois] à la communion des saints.»
«{Je crois} à la rémission des péchés.»
 «{Je crois} à la résurrection de la chair.
»
 «Je crois à la Vie éternelle.»
«Amen.»

Pour l’église « résurrection de la chair » et « résurrection des morts » veulent dire la même chose.

Sur quoi se base l’église pour affirmer son dogme de la résurrection de la chair? Certes, c’est une conception naïve, mais repose-t-elle sur quelque chose de présent dans la Bible? Par exemple, dans sa première Épitre aux Corinthiens l’Apôtre Paul – croyait-il vraiment à la « résurrection de la chair »? – écrit: «La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles et nous serons changés.» (Épître aux Corinthiens 1 – V, 52).

La résurrection de la chair face aux Lois de la Création

Une telle « résurrection de la chair » est-elle conforme aux Lois de la Création?, voilà la bonne question à se poser.

– Est-elle conforme à la Loi de la Pesanteur? La réponse est clairement non. En effet, un corps physique terrestre gros-matériel ne peut pas modifier son genre gros-matériel pour obtenir les caractéristiques du genre fin-matériel (auquel pourrait peut-être correspondre ce que l’Apôtre Paul appelle le « corps glorieux »), plus léger.

Il ne faut toutefois pas confondre le phénomène de la Transfiguration (dépouillement du corps gros-matériel terrestre pour faire apparaître le corps fin-matériel) avec une modification des caractéristiques du corps gros-matériel (ce qui – selon les Lois de la Création – est juste impossible).

– Est-elle conforme à la Loi de l’Attraction du Genre Semblable? La réponse est clairement non. En effet – comme déjà dit, juste au-dessus – les genres gros-matériel (matière grossière) et fin-matériel (matière fine) sont deux genres complètement différents, qui peuvent certes s’interpénétrer (le genre fin-matériel transpénètre le genre gros-matériel) mais ne se mélangent pas!

– Est-elle conforme à la Loi de l’Effet de Réciprocité? La Loi de l’Effet de Réciprocité fait qu’après un cycle donné un genre ne peut jamais revenir que vers le même genre. De ce fait, de ce point de vue non plus, un corps gros-matériel (un corps terrestre) ne peut pas s’élever dans le genre fin-matériel (celui de l’Au-delà).

Comment se comporte un corps gros-matériel selon les Lois de la Création?

Le corps gros-matériel – comme tout ce qui est matière grossière – et même matière tout court – est périssable, c’est juste le revêtement que l’être humain dépose aussitôt qu’après la mort il retourne dans le monde fin-matériel.Il suffit de regarder autour de soi pour s’en convaincre. Que ce soit dans dans le règne animal ou dans le règne humain, lorsqu’un corps est mort, c’est pour … longtemps!

L’on pourrait dire aussi: « Lorsque l’on meurt, c’est pour … la vie! ». Ceci peut être compris de deux manières, car si « pour la vie » a, en français, le sens courant de « pour toujours », cette expression peut aussi avoir un tout autre sens. Par exemple, elle sert de légende à une séquence filmée (extraite d’un épisode de « L’Aventure des plantes » de Jean-Marie Pelt) où l’on voit, en images accélérées, le corps mort d’un oiseau progressivement se décomposer pour laisser la place à une superbe fleur poussant exactement au même endroit

Dans le Monde gros-matériel terrestre, le corps gros-matériel de l’être humain n’est rien de plus que l’indispensable instrument dont il a besoin pour pouvoir agir, dans toutes les directions et de toutes les manières possibles, et s’y rendre ainsi efficient. Sans lui il ne pourrait rien y faire. Il est clair qu’un « esprit » ou un fantôme ne peut pas lui-même directement agir dans la matière grossière et activer quoi que ce soit sur ce plan. La diversité de genre est en cela une barrière quasi-insurmontable.

Le processus de la mort n’est, pour un esprit humain ou une âme humaine, rien d’autre que la naissance dans le monde fin-matériel, tout à fait semblable au processus de la naissance dans le monde gros-matériel. C’est juste l’inverse. A l’instant de la mort, l’être humain pénètre, avec son corps fin-matériel, qu’il porte conjointement avec son corps gros-matériel, dans l’entourage fin-matériel de genre semblable du monde gros-matériel, tandis qu’il abandonne le corps gros-matériel à celui-ci. A de rares exceptions près (même si cela demeure relativement exceptionnel, il y a des cas connus de longue conservation naturelle [= sans processus de momification] du corps après la mort), par la putréfaction le corps gros-matériel va ensuite se décomposer…

Mais Jésus n’a-t-Il pas procédé à des résurrections de corps terrestres gros-matériels?

La réponse à cette question est indubitablement oui. Les Évangiles rapportent plusieurs cas de ce genre: La Résurrection de Lazare, la Résurrection du fils de la veuve de Naïm, la Résurrection de la fille de Jaïre. Mais cela prouve-t-il la « résurrection de la chair »? Nullement. En effet, Les résurrections des morts – plus justement dits les « réveils de morts » ou « rappels de morts » par la Force Divine ne résident pas en dehors du cadre des Lois Divines, dès lors où elles se produisent à l’intérieur d’un laps de temps déterminé, qui, pour chaque être humain, n’est pas le même. En ces cas, cela veut juste dire que le cordon de liaison avec l’âme (aussi appelé « cordon d’argent » ou « corde d’argent ») subsistait encore.

L’on ne connaît pas de cas où, par exemple, Jésus aurait ressuscité un mort, vingt ans après. Encore moins, un siècle plus tard. Dans tous les cas, il ne s’était écoulé que quelques jours au maximum (quatre, dans le cas de Lazare). Plus spirituellement mûre est une âme se séparant de son corps terrestre, d’autant plus rapidement elle devient libre de celui-ci et d’autant plus court est donc le temps de la possibilité – conforme aux Lois – du rappel de l’âme dans le corps, puisque, dans la Conformité aux Lois, celui-ci ne peut seulement se produire qu’aussi longtemps qu’une liaison existe encore entre l’âme et le corps.

Animée par l’esprit, l‘âme ainsi rappelée par la Volonté Divine, à la Force Divine doit obéir, et, sur Son Appel, sur le pont fin-matériel, revenir dans le corps gros-matériel déjà abandonné, et cela aussi longtemps que le pont pour cela n’est pas encore rompu. Si la « chair » (le corps terrestre) doit réellement « ressusciter », alors ceci ne peut arriver que lorsque l’âme, encore reliée au corps gros-matériel par un cordon fin-matériel, durant un certain temps, est rappelée dans ce corps. Ceci, conformément aux Lois naturelles, n’est possible qu’aussi longtemps que ce cordon subsiste. Ce cordon est-il dénoué, un Réveil, donc un Rappel de l’âme dans le corps gros-matériel ayant existé jusqu’ici, est, tout simplement, devenu impossible!

Le passage du corps gros-matériel dans un autre Monde est, en effet, lui-même, une chose impossible. Ce qui concerne tous les êtres humains « ordinaires » concerne aussi les Êtres, qui d’En Haut, viennent en Mission sur la Terre ou n’importe quelle autre planète de matière grossière. Si, par exemple, l’Esprit du Christ, de nouveau, était retourné dans le corps gros-matériel, ou s’Il ne l’avait, peut-être même, pas du tout quitté, alors Il aurait été contraint de demeurer, le temps nécessaire, dans la matière grossière, jusqu’à ce qu’un nouveau trépas s’ensuive: selon les Lois, il n’aurait pas du tout pu en être autrement.

Ressusciter, dans la chair – c’est-à-dire avec son corps terrestre de matière grossière –, dans le but de s’élever avec lui dans un autre Monde d’un genre plus léger est parfaitement exclu pour les êtres humains, de même que cela était aussi jadis pareillement exclu pour le Christ alors temporairement devenu être humain! Les corps terrestres ne vont pas au Paradis, pas même dans le monde fin-matériel, mais restent sur Terre, où ils se décomposent… C’est ainsi que s’accomplit la Parole biblique: « Tu es poussière et Tu retourneras en poussière! ». C’est le sens du « Mercredi des cendres » (le lendemain du « Mardi Gras »), démarrant le Carême, chaque année.

Le corps terrestre de Jésus suivit exactement le même Chemin que celui de tout autre corps gros-matériel doit aussi suivre, selon les Lois de la Nature mises en place par le Créateur, lesquelles prévoient la naissance, la croissance, la maturation, l’hyper-maturité, la mort et la décomposition, dans le but de spiritualiser et de fertiliser la Terre. A Son Époque, Jésus de Nazareth, le Christ et le Fils de Dieu, n’est donc pas physiquement ressuscité! (Plus à ce sujet: « Le Mystère du Tombeau Vide »« Le Mystère du Tombeau vide »).

Résurrection de la chair et Jugement Dernier

L’affirmation « Je crois à la résurrection de la chair », qui se trouve dans le Credo catholique, vaut, en particulier, dans le contexte du Jugement Dernier. Au moment du Jugement Dernier, en effet, les âmes doivent être jugées en fonction de leurs œuvres. De nombreuses Prophéties s’y rapportant annoncent la résurrection de tous les morts pour le Jugement Final. Mais, en réalité, il ne s’agit pas de la résurrection des morts, mais bien résurrection de tout ce qui est mort! C’est-à-dire: activation de tout ce qui, dans la Création, est immobile, afin de devenir vivant pour le Jugement et, en se manifestant, être – en fonction de la nature des œuvres – élevé ou bien, au contraire, abaissé!

La Résurrection dans la chair

En fait, à l’expression « la résurrection de la chair » il suffirait de changer un seul mot pour avoir une juste notion. Remplaçons cette expression par celle-ci: « résurrection dans la chair », et alors tout est juste! Car la résurrection dans la chair du moment – c’est-à-dire, après l’abandon de sa chair du moment, le revêtement d’une nouvelle chair – est juste une autre appellation pour désigner … l’éternel retour, les vies successives … la réincarnation!

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *