Ecole de l'art de vivre
  1. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

  2. "La fausse conscience." Dans certaines expressions populaires figure le mot "conscience". Il est employé de diverses manières. Prenons quelques exemples…

  3. Le Miracle de Cokeville On peut retenir de cette histoire que nous ne sommes pas seuls. Et que, bien orientés,…

  4. La Maternité Article mettant en lumière l'amour maternel. Merci à l'auteur de l'article pour avoir donné des éclaircissements assez détaillés…

  5. "La Loi du Mouvement" Dans le cadre d'un sport quelconque, quel que soit ce dernier, l'être humain est capable de…

  6. Nous ne nous lasserons jamais de toutes ces Paroles bienveillantes que nous a laissées Jésus dans l'espoir de notre murissement…

Archives

.

La Maîtrise de soi

.

 « Sois le capitaine de Ton âme! »

.

La Maîtrise de soi ne peut être que spirituelle. Dans un être humain normal, tel que voulu par son Créateur, seul l’esprit, en tant que noyau constitutif de l’être humain, peut être le maître.

La constitution de l’être humain

L’être humain n’est, en effet, rien d’autre qu’un esprit entouré de différentes enveloppes ou corps (en partant du bas, une enveloppe de matière grossière lourde, une enveloppe de matière grossière moyenne ou corps astral en tant que modèle du corps gros-matériel lourd, une enveloppe fin-matérielle, deux enveloppes entéalliques, et une très légère enveloppe de nature spirituelle autour du Noyau, soit six en tout). Un être humain incarné a donc sept constituants.

Que cela plaise ou non, toute la Création – laquelle ne se compose que de scissions de l’Irradiation Originelle – est basée sur une hiérarchie naturelle. C’est dire si la Création n’est pas « démocratique »! La « république paradisiaque » ou la « démocratie céleste », cela n’existe pas! De par sa nature, de par son genre, l’esprit doit régner. C’est là que réside sa naturelle maîtrise: le genre supérieur doit toujours dominer le genre inférieur.

La maîtrise – ou la souveraineté – sur les genres inférieurs et sur le monde autour de lui est ainsi, de façon toute naturelle accordée au Spirituel. C’est triste si celui-ci l’utilise mal ou faussement! Le véritable équipement de l’esprit pour son évolution dans la matière, est fourni par les irradiations des différentes enveloppes mentionnées ci-dessus.

Le terrain pour l’évolution de l’esprit est, avant même sa plongée dans la matière, par le genre entéallique se tenant au-dessus du genre matériel, déjà, soigneusement préparé. protectrices, toutes ses enveloppes se referment auto-activement autour de lui. Son Devoir est de correctement utiliser l’équipement à lui ainsi confié pour son Ascension.

Si l’esprit ne règne pas, alors « l’on marche sur la tête ». Tout fonctionne à l’envers. C’est ce que l’on voit lorsque l’on voit l’intellect et le sentiment, ainsi que l’instinct – qui ne sont que terrestres – dominer la conscience humaine. L’intellect est le produit du cerveau humain. Le sentiment est une combinaison de l’instinct et de l’intellect humain. L’instinct est un sous-produit de la force sexuelle produite par le corps. Tout cela est exclusivement terrestre.

De l’autre coté, le petit cerveau – le cervelet -,  doit être le pont pour l’âme en vue de sa maîtrise du corps terrestre.

La maîtrise du corps terrestre

Le corps terrestre, en tant qu’enveloppe la plus grossière, n’a d’importance que pendant la vie terrestre. En tant qu’enveloppe la plus extérieure pendant cette séquence de vie, il est certes de essentiel, mais uniquement pendant ce temps-, somme toute très limité. Comme son nom l’indique, l’union corporelle déclenchée par l’instinct sexuel ne procède que du corps terrestre gros-matériel. C’est dire s’il est triste de voir autant d’êtres humains se courber sous le poids de l’instinct corporel, sans aucune maîtrise d’eux-mêmes.

La maîtrise – laquelle ne doit nullement être confondue avec l’abstinence – de l’instinct comporte deux volets principaux. D’abord les conditions d’une possible union corporelle doivent être réunies. Ceci a déjà été examiné dans le texte « Les conditions d’un rapprochement terrestre », de sorte que nous n’y revenons pas ici. Ensuite, existe un concept pouvant être appelé « La paternité et la maternité responsables ». Ceci a aussi déjà été partiellement examiné dans le texte « Comment maîtriser sa fécondité? ».

Comment maîtriser sa fécondité est, en effet, un aspect de la question, mais il en est un autre pouvant être appelé: Pourquoi maîtriser sa fécondité? Dans l’idéal, en effet, le but serait simplement de vivre la parole d’Augustin d’Hippone: « Aime et fais ce que Tu veux ». Dans le même temps, de façon complémentaire, persiste le devoir de ne procréer que lorsque les conditions pour cela sont réunies. A ce sujet, en regard des Lois de Dieu, toute possibilité de procréation offerte équivaut à une sollicitation. Comment donc s’étonner ensuite d’avoir obtenu ce que I’on avait, vis-à-vis des Lois, soi-même demandé?

C’est comme de laisser volontairement sa porte déverrouillée. Il ne faut pas s’étonner si quelqu’un en profite pour entrer. Chacun et chacune sait pertinemment ce qu’il faut faire ou ne pas faire pour avoir ou non un enfant. En donner la possibilité, c’est prendre la responsabilité que l’enfant puisse arriver et, sur le plan spirituel, la responsabilité de l’arrivée de l’enfant est autant celle du père que celle de la mère.

Étant donné que, de par la nature même des choses, notamment sur le plan biologique, c’est la future mère qui porte l’enfant, pendant neuf mois, jusqu’à la naissance, dans l’histoire il est souvent arrivé que les pères potentiels se défilent et laissent à la future mère la responsabilité de se débrouiller seule avant et après la naissance. C’est naturellement totalement irresponsable de leur part et une faute grave, qu’ils auront ensuite à racheter.

Du point de vue des Lois de la Création, c’est également une faute grave de la part de la femme enceinte, si elle cherche ensuite à écarter le père de la vie de l’enfant ou – pire – de décider unilatéralement de faire avorter un projet initialement – sauf en cas de viol décidé à deux. Là aussi la culpabilité est double – celle envers l’enfant et celle envers le père – et le karma, inéluctablement, se met en place. Souvent, cela ne sera que lors d’une vie ultérieure qu’il pourra être dénoué.

Dans ces cas de figure, la maîtrise de soi aurait empêché des êtres humains des deux sexes de se placer dans des situations qui n’auraient pas dû arriver et au cours desquelles, par la suite, ils ne manquèrent pas de se charger d’un karma supplémentaire. qui, le plus souvent, en vertu de la Loi du Parcours Cyclique, devra se dénouer sur la Terre.

Il est, toutefois, à noter que l’abstinence sexuelle n’a rien à voir avec la Chasteté. S’il fallait effectuer une classification, l’abstinence en matière de sexualité pourrait, tout au plus, être rangée dans la notion de « maîtrise de soi », elle-même en relation avec l’autodiscipline, la discipline collective, ou l’éducation reçue.

La maîtrise de la tenue

La tenue corporelle fait incontestablement partie de la maîtrise de soi. Si un être humain se tient bien, à quoi est-ce dû? Aux exercices? A l’entraînement? Aux performances? Non, au rayonnement de l’esprit! Si l’être humain se maîtrisait réellement lui-même ainsi que son corps terrestre, toute la gymnastique et tous les exercices corporels spécifiques pourraient purement et simplement être mis ou laissés de côté.

En effet, avec un influx intérieur, en fonction de la Loi du Mouvement, chaque muscle, pour le plus grand bienfait du corps, demeure constamment en mouvement, ce qui, de la part de l’esprit, exige de déployer force et volonté. Tout bien considéré, tous les exercices spécifiques destinés à entraîner le corps ne sont qu’une bien piètre substitution à la force consciente de l’esprit rayonnant, qui, avec la plus grande simplicité, réside dans l’évidence de la constante maîtrise de soi.

L’esprit active le mouvement dans le corps, de l’intérieur. Qui peut en faire autant? Mais seul un esprit éveillé peut faire cela; un esprit assoupi ne fait rien; il ne fait que dormir. Un critère de reconnaissance extérieur est, par exemple, celui-ci: La démarche d’un corps habité par un esprit vivant est élastique. Un corps avachi n’est habité que par un esprit en sommeil. La tenue parle pour la vitalité de l’esprit. Un esprit éveillé se manifeste toujours par une excellente tenue!

Naturellement, de la tenue fait aussi partie l’habillement, important pour les deux sexes mais particulièrement important pour les femmes, parce que, pour elles, en plus de la tenue, s’ajoutent deux autres notions d’importance primordiale: la grâce et la pudeur.

La maîtrise des pensées

La maîtrise de soi s’exerce encore dans bien d’autres domaines. Rien que le domaine des pensées confère d’importantes occasions de maîtrise de soi. Un être humain maître de lui-même a, en effet, le devoir de garder le foyer de ses pensées pur. Or dans ce monde des pensées ne réside que trop souvent une pollution que l’on ignore

Étant donné que les pensées ne se voient pas dans la matière grossière lourde, beaucoup croient à tort que les pensées sont « exemptes de taxes », et il peut alors arriver qu’un être humain se laisse momentanément aller à de mauvaises pensées, par exemple souhaiter du mal à un co-être humain ou convoiter une femme. Si ce ne sont que des pensées passagères, involontairement survenues dans l’inconscient, cela peut ne pas être trop grave.

Si l’esprit veut différemment de ce que l’intellect de l’être humain concerné occasionnellement pense, et si ces pensées accidentelles ne sont pas délibérément entretenues, grâce à une demande d’Aide par la Prière et sous l’effet d’un réel bon vouloir (lequel est le véritable foyer des pensées), elles se dissiperont rapidement, sans avoir eu la possibilité ni le temps d’atteindre une cible et de vraiment nuire.

Mais … Vigilance!

La maîtrise du langage

A la suite des pensées, il y a … les paroles! A l’évidence, la maîtrise d’un être humain sur lui-même s’exprime aussi, de façon particulièrement évidente, par son langage. A ce sujet, il semble évident que même le plus pauvre parmi les pauvres a le devoir – ainsi que le pouvoir – de se maîtriser non seulement dans sa façon de marcher (tenue), sa manière de s’exprimer et son langage. Cela lui coûte seulement un sérieux vouloir et un peu d’attention, rien de plus!

C’est, en effet, mépriser les Dons du Créateur – dont fait partie le don de la parole – si un être humain se montre grossier et mal élevé et heurte ainsi tout Sens de la Beauté. Il faut s’attendre à ce que, un jour, un tel être humain, conformément à la Fonction de Réciprocité, soit méprisé et rejeté de la société.

La maîtrise du comportement

L’être humain peut jouir de tout, ici, dans la Création, il peut goûter à tout, mais cela ne doit jamais être au préjudice de son prochain! Cela ne se produit que lorsqu’il devient l’esclave de ses propres désirs. A ce moment-là, il n’hésite pas à faire passer ses désirs personnels avant le bien-être de ses co-êtres humains ou le respect qui leur est dû.

Par « désirs » il y a beaucoup à comprendre. Cela concerne certes les biens terrestres et aussi et le corps terrestre, mais dire du mal de son prochain peut aussi faire partie des désirs personnels, de même que regarder ses vices (comme la tabagie, l’alcoolisme, la toxicomanie, la convoitise sexuelle, etc.) avec indulgence. Il y a donc des désirs légitimes et d’autres qui ne le sont pas.

Céder à ses faiblesses personnelles, justement, est, de nos jours, beaucoup trop, considéré comme quelque chose de légitime, et, pourtant, cela aussi fait partie de la réalisation des désirs propres très souvent aux dépens des autres êtres humains, en leur occasionnant de la souffrance! Inévitablement, cela noue des fils de karma, qui retiennent en bas toutes les âmes qui ont agi au préjudice de leurs prochains.

Parmi tous ces travers, ces vices et autres péchés capitaux, il y a, entre autres, l’orgueil, la méfiance, l’envie, la colère, la luxure, la goinfrerie, la jalousie, la grossièreté, la brutalité, la vanité, en un mot: le manque de maîtrise de soi et d’éducation. Tous ces travers que certains individus font, sans vergogne, subir aux autres témoignent de l’absolu manque d’égards vis-à-vis du prochain, qui doit pourtant exister là où l’Harmonie doit exister et se poursuivre. Pourtant seule l’Harmonie promeut la Création entière, ainsi que les êtres humains qui y séjournent.

Par leurs vices certains individus infligent à d’autres êtres humains de l’inquiétude, de l’oppression, toutes sortes de contrariétés, et aussi, bien souvent, de lourdes peines ou de l’affliction, et, dans tous les cas, divers préjudices.

Ne pas causer de torts à autrui est ce qu’il y a de plus important, pour tous les êtres humains, au cours de leur existence terrestre! C’est le moyen de ne pas nouer de fils de culpabilité et donc de rester libre de karma. Voici un nouveau Commandement: Nul n’a le droit d’infliger de peine à autrui pour satisfaire ainsi un désir personnel! Comme garde-fou, il suffit de souvenir de de cela en toutes circonstances et en tous temps!

.

Maîtrise

Maîtrise

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *