Ecole de l'art de vivre

« Aime et fais ce que Tu veux! » – Aimer ou « faire l’amour »?

par | 1 Déc 2023 | Moralité et comportement | 1 commentaire

  1. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

  2. "La fausse conscience." Dans certaines expressions populaires figure le mot "conscience". Il est employé de diverses manières. Prenons quelques exemples…

  3. Le Miracle de Cokeville On peut retenir de cette histoire que nous ne sommes pas seuls. Et que, bien orientés,…

  4. La Maternité Article mettant en lumière l'amour maternel. Merci à l'auteur de l'article pour avoir donné des éclaircissements assez détaillés…

  5. "La Loi du Mouvement" Dans le cadre d'un sport quelconque, quel que soit ce dernier, l'être humain est capable de…

  6. Nous ne nous lasserons jamais de toutes ces Paroles bienveillantes que nous a laissées Jésus dans l'espoir de notre murissement…

Archives

.

« Aime et fais

ce que Tu veux! »

 

 Aimer ou

« faire l’amour »?

.
.

« Aime et fais ce que Tu veux! » Cette parole toute simple est attribuée à Augustin d’Hippone, dit, dans la tradition catholique, « Saint Augustin ».

Dans cette courte phrase, beaucoup retiennent « fais ce que tu veux » en oubliant la condition initiale « Aime »! Avant de faire ce que Tu veux Tu dois aimer. Seulement lorsque Tu aimes vraiment, ensuite Tu peux faire ce que Tu veux, mais pas avant!

Aussi longtemps que Tu ne sais pas encore véritablement aimer, alors Tu ne peux pas faire ce que Tu veux mais seulement faire ce que Tu dois! Car seulement lorsque Tu es vraiment capable d’Amour il n’y a plus de différence entre ce que Tu veux et ce que Tu dois!

Dans l’Amour, en effet, le plus important c’est le vouloir! C’est pourquoi une possible définition d’aimer, c’est « Aimer, c’est vouloir aimer! ». C’est aussi le sens de la maxime: « Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’Amour! ».

Lorsque la plupart des êtres humains disent à quelqu’un « Je T’aime », ils mettent l’accent sur ce qu’ils sentent, beaucoup plus que sur ce qu’ils veulent. Certes, l’Amour doit d’abord être ressenti comme impulsion, mais il doit ensuite rapidement se transformer en Action. Car dire à quelqu’un « Je ressens de l’amour pour Toi » n’aura que peu de portée si ce ressenti n’est pas rapidement transposé en actes.

La nature de ce senti(r) ou de ce ressenti(r) doit clairement elle-même être précisée, car le verbe français « sentir » est très polysémique. L’on peut sentir corporellement ou physiquement, senti-mentalement, psychiquement ou animiquement, et spirituellement, et ce sont des ressentis de genres et de valeurs extrêmement différents!

Beaucoup d’amoureux disent à l’ « objet » de leur « flamme »: « J’ai des sentiments pour Toi ». Et, dans la plupart des cas, ils disent juste! Car c’est bien de sentiment dont il s’agit ici, trop souvent, le « senti qui ment » ! Le sentiment résulte, en effet, de l’instinct enveloppé de mental (intellect).

C’est important, à ce sujet, de bien préciser les différentes notions, car, dans la relation amoureuse entre homme et femme, la plupart des êtres humains confondent le sentiment amoureux avec le véritable Amour.

Être amoureux – c’est-à-dire éprouver un sentiment, n’est pas véritablement Aimer, car, même si sa fonction est d’assurer une continuité terrestre dans la relation, et même s’il peut parfois atteindre une grande intensité, le sentiment est, par nature, éphémère. L’état amoureux, lié au sentiment, n’a pas grand chose à voir avec l’Amour, d’essence spirituelle.

L’on peut donc avoir été très amoureux et puis voir, quelque temps après, ce sentiment passer. Lorsque l’état amoureux a disparu, l’être humain – homme ou femme – se dit, étonné: « Je croyais que j’aimais cette personne; comment se fait-il que je ne ressente plus rien pour elle? ». Ou bien: « Je croyais que cette personne m’aimait. Pourquoi lui suis-je soudain devenu(e) aussi indifférent(e)? ».

La personne amoureuse s’était donc toute seule induite en erreur. Elle croyait aimer et être aimé et aussi que « amour » rimait avec « toujours » et après elle s’est aperçue que ce n’était pas le cas. Alors, en quoi s’était-elle trompée?

C’est ici qu’intervient une explication fondamentale:

Lorsque des êtres humains se trompent, il y a deux causes possibles qui provoquent les erreurs: ou bien l’intellect, ou bien le sentiment!.

Souvent les êtres humains sont conscients de se laisser avoir par le sentiment. Ils disent alors: « Pour cette affaire, je me suis, pour une fois, laissé guider par mon sentiment, et me suis fait avoir. ».

.
Aspirant alors à davantage de « rationalité », ils ne manquent pas d’ajouter: « L’on ne devrait pourtant se baser que sur la raison! ».
.
Mais, en disant cela, ils ne font, en réalité, que s’enfoncer dans l’erreur: De tels êtres humains confondent le sentiment avec la Voix intérieure. Oubliant que « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas », ils font l’éloge de la raison, sans se douter que la raison n’est qu’un autre nom de l‘intellect et que c’est lui qui, lorsque le sentiment parle, joue le plus grand rôle.
.
Il convient donc d’être très vigilant! Et d’apprendre à différencier le sentiment de l’Intuition!.
.

Il y a donc sentir avec le sentiment et ressentir avec l’Intuition. Et ce n’est pas du tout la même chose! Mais alors, d’où provient le sentiment? Le sentiment c’est le senti-mental. « Mental » vient du latin « mens, mentis » qui désigne le mental, l’intellect. Cela n’a donc rien à voir avec l’esprit. Trop souvent, le sentiment est le « senti-qui-ment« .

Le sentiment provient du corps gros-matériel. Le corps gros-matériel ou corps de matière grossière, c’est le corps physique terrestre. C’est, en effet, lui qui engendre les instincts, qui, dirigés par l’intellect, font naître le sentiment. Le sentiment est donc le résultat de l’action conjuguée de l’instinct et de l’intellect.

..
Par conséquent, cela fait une très grande différence avec l’Intuition.
.

Ces deux manières de sentir, de nature(s) très différente(s), doivent impérativement être clairement distinguées. La « folle du logis » joue aussi souvent un grand rôle dans la relation amoureuse: Le travail commun du sentiment et de l’intellect, en effet, met au monde l’imagination.

En bref, de façon schématique: Sentiment + intellect = Imagination!

Voyons maintenant l’autre manière fondamentale de {res}sentir:

Du Côté spirituel, uniquement – se trouvant  au-dessus de l’espace et du temps terrestres -, il n’y a que l’Intuition, la voix intérieure, la conscience spirituelle. Des désignations différentes pour une unique réalité: la voix de l’esprit.

Cette voix intérieure est la seule qui perdure après la mort du corps, c’est-à-dire après l’« âme-hors-du-corps ». Toute l’érudition, sanctionnée par de nombreux diplômes, tout cela reste emmagasiné dans le cerveau et, par conséquent, tout cela se termine… au cimetière (ou bien, de nos jours, au crematorium)! Un cerveau mort perd tous ses enregistrements. Cela n’était valable que pour la durée de l’incarnation considérée. Ce que – en quittant la Terre – l’âme emporte avec elle c’est uniquement ce qui s’est enregistré sur elle. Uniquement la vie psychique, absolument rien d’intellectuel!

.
Et, de l’autre côté – celui du bas -, si l’on récapitule: Du côté terrestre, il y a, en premier lieu, le corps gros-matériel terrestre lié, quant à lui, à l’espace et au temps terrestres. De ce corps, émanent les instincts qui, grâce à la collaboration de l’intellect, se répercutent en sentiment.
En bref, le corps ne produit que les instincts, l’intellect et le sentiment, tandis que l’esprit, lui, ne produit que l’Intuition.
.
Si l’on reformule, une dernière fois: L’intellect est un produit du cerveau lié à l’espace et au temps terrestres, qui, avec la coopération du sentiment, engendre l’imagination. L’imagination est donc le résultat du travail commun du sentiment avec l’intellect. Elle est de nature gros-matérielle fine, mais ne peut exalter que l’imaginatif lui-même. La raison pour cela est qu’elle n’est pas connectée à la Force spirituelle.
.

Voilà, lorsque l’on a commencé à avoir des notions claires, l’on peut considérer beaucoup de réalités avec un regard tout neuf! Par exemple, les êtres humains, au sujet de la relation corporelle entre homme et femme, parlent souvent de « faire l’amour ». Cette expression est vulgaire et ne vibre pas dans la Pureté. Comme si l’Amour pouvait se « faire »! Il n’y a pas grand chose de plus stupide que de dire et de penser cela! Il est bien évident que l’Amour est ou n’est pas, mais qu’il ne peut jamais se « faire »!

Beaucoup d’expressions humaines sont, d’ailleurs, fausses. Par exemple, à la suite de « faire l’amour »« faire un enfant »! Comme si l’être humain – homme ou femme – était capable de faire un enfant! L’homme peut, tout au plus, en tant que père, l’engendrer, le procréer, et la femme, en tant que mère, le porter et, pour une incarnation donnée, le mettre au monde, et non (autre expression fausse!) lui « donner la vie ».

Car la vie pré-existe à la naissance. Chaque âme arrivant sur Terre aujourd’hui est déjà venue sur Terre de nombreuses fois, elle existait donc avant sa naissance, de même qu’elle continuera à vivre après son départ de la Terre. La vie existe non seulement après la mort mais aussi avant la naissance! DIEU Seul – Qui Lui-même est LA VIE! – donne vie à Ses créatures, pas les créatures humaines, entièrement dépendantes de Lui à tous égards! Elles ne peuvent que coopérer à fournir une enveloppe gros-matérielle (un corps terrestre) à une âme désireuse de venir sur Terre pour poursuivre son évolution ou racheter son karma.

Une autre expression aussi stupide, c’est, par exemple, le « sexe faible ». Dans la Création, tout entière régie par la Croix à branches égales, il n’y a pas de sexe faible. Les deux sexes sont de force égale et doivent agir ensemble de façon équilibrée. Et, s’il devait y avoir un « sexe faible », ce ne serait pas celui qui est communément admis comme tel. Être le plus fort terrestrement n’est pas être le plus fort spirituellement. Ce qui donne la véritable Force – laquelle est fondamentalement divine ou spirituelle – c’est la capacité à être le plus intensément relié à la Lumière, et le genre féminin réceptif passif, précisément à cause de cette réceptivité passive, est, en fait, dans sa finesse, ce qui s’y prête le mieux.

Si l’Amour – qui est fondamentalement de genre spirituel – est, il peut se manifester ou s’exprimer spirituellement, animiquement ou psychiquement, et aussi terrestrement ou corporellement, jusque dans la matière grossière terrestre. C’est juste un aboutissement, la concrétisation ultime de l’union entre homme et femme, jusque dans le terrestre! Le plus souvent, le berceau de cet amour s’appelle le mariage.

Lors d’un Amour spirituel entre homme et femme, dans un grand moment d’Harmonie – laquelle est, elle aussi, fondamentalement de nature spirituelle – il peut parfois être aspiré à une union corporelle, afin que le don mutuel, dans le terrestre aussi, puisse être total. Mais l’Amour spirituel n’aspire pas lui-même à l’union corporelle, et pas non plus l’amour de l’âme. L’esprit aspire uniquement à l’esprit, l’âme aspire uniquement à l’âme, et le corps uniquement au corps. Les trois suivent une voie parallèle, sans mélanges, lesquels sont impossibles selon les Lois de la Création.

Au véritable Amour est associée comme condition sine qua non la Pureté. Dans l’affreuse expression « faire l’amour » l’on ressent immédiatement, d’emblée, que la Pureté fait complètement défaut. Il ne s’agit, fondamentalement, que de sexualité. C’est pourquoi celui ou celle qui « fait l’amour », en réalité, n’aime pas. Il s’adonne juste à une caricature de l’Amour. Il contrefait la véritable nature de l’Amour.

Tout ce que fait celui (ou celle) qui aime vraiment, il le fait pour l’autre et non pour lui-même! C’est vrai dans tous les domaines et à tous les niveaux! Si, par exemple, sur le plan terrestre, un homme caresse une femme, pourquoi – et surtout pour qui – le fait-il? Le fait-il fondamentalement pour son plaisir personnel, pour l’assouvissement de sa propre sensualité, ou le fait-il, d’abord et avant tout, pour réjouir et élever la femme qu’il aime ou est supposé aimer?

Qu’il s’agisse du niveau corporel, du niveau animique ou du niveau spirituel seul ne compte toujours que la qualité de l’Amour qui va faire que celui-ci est véritable ou non.

.
Alors, si Tu aimes vraiment, Tu peux faire
ce que Tu veux, mais, d’abord, AIME!
..
..

1 Commentaire

  1. Deh Assy

    «Aime et fais ce que Tu veux!»
    Aimer ou «faire l’amour»?
    S’ouvrir de l’intérieur au vraies radiations de l’Amour est la clef pour:
    « Aimer et faire ce que l’on veut ».

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *