Ecole de l'art de vivre

A travers les saisons – Par Nicole Weisskopf

par | 25 Jan 2024 | Poèmes | 1 commentaire

  1. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

  2. "La fausse conscience." Dans certaines expressions populaires figure le mot "conscience". Il est employé de diverses manières. Prenons quelques exemples…

  3. Le Miracle de Cokeville On peut retenir de cette histoire que nous ne sommes pas seuls. Et que, bien orientés,…

  4. La Maternité Article mettant en lumière l'amour maternel. Merci à l'auteur de l'article pour avoir donné des éclaircissements assez détaillés…

  5. "La Loi du Mouvement" Dans le cadre d'un sport quelconque, quel que soit ce dernier, l'être humain est capable de…

  6. Nous ne nous lasserons jamais de toutes ces Paroles bienveillantes que nous a laissées Jésus dans l'espoir de notre murissement…

Archives

.

A travers les saisons

.

.

Je ne suis sur la Terre qu’un hôte passager.

Si, dans mon corps de chair, j’ai peine à avancer,

C’est qu’en tenue d’hiver, les pas sont malaisés.

.

Le ciel morose et gris m’incite à la torpeur

Et, dans mes lourds habits, je marche avec lenteur,

Car le froid m’engourdit et me serre le cœur.

..

Ai-je donc oublié, dans ce triste décor,

Mon feu qui, négligé, couve tout juste encore,

A moitié asphyxié et bien près de la mort ?

..

Vite, du petit bois, qu’il puisse repartir,

Quelques coquilles de noix pour le faire grossir

Et de l’air, cette fois, car il faut qu’il respire.

.

Je n’ai pas à chercher du combustible ailleurs.

Ce feu particulier, qui est tout intérieur,

Ne peut s’alimenter qu’en sa propre demeure.

.

Le bois de mes défauts fera très bien l’affaire,

Quelques petits fagots de plus fine matière

Qui me sont un fardeau dont je veux me défaire..

.

Et des coquilles de noix, dures et desséchées,

J’en ai encore sur moi, vieux schémas de pensées,

Qui se sont, de surcroît, d’habitudes enrobées.

.

Pour une combustion complète et sans fumée,

J’ai à disposition, longuement expirées,

Toute une collection d’humeurs désabusées.

.

Brasier libérateur de mainte vilenie,

Feu purificateur détruisant les scories,

Puissant transformateur de basses énergies !

..

Avec un tel flambeau répandant la lumière,

On a vite plus chaud et on y voit plus clair.

Plus léger le manteau et moins rude l’hiver !

.

Ayant réactivé le feu de mon foyer,

Je vois se dégeler le chemin sous mes pieds.

Dans mes souliers légers, j’ai le pas assuré.

..

Ce surplus de chaleur, de force et d’énergie

Qui émane du cœur et dehors irradie

Attire des Hauteurs des ondes en harmonie.

.

Imperceptiblement, sous ce rayonnement,

Mon environnement se modèle autrement

Et je sens maintenant le souffle du printemps.

..

La nature éveillée pousse à maturation

Toute graine germée après l’hibernation,

Selon sa destinée dans cette Création.

.

Bientôt les champs de blé ondoieront dans l’été

Jusqu’à ce que, coupés, les épis soient triés,

Pour être conservés ou pour être jetés.

.

Comme esprit, moi aussi, graine du Paradis,

Mon devoir accompli, mon périple fini,

Je veux avoir mûri à la saison des fruits.

..

Alors, loin de la Terre, j’irai dans ma Patrie.

Sortant de la matière qui m’avait accueillie,

En tenue de lumière, je naîtrai à la vie.

.

Nicole Weisskopf

.

Au-delà des mers...

Au-delà des mers…

.

1 Commentaire

  1. Deh Assy

    Appel vibrant lancé à l’esprit en l’être humain de la Terre.

    Merci à l’auteure de cet article magnifique adressé aux esprits humains cheminant dans la matière.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *