Ecole de l'art de vivre

Rapports mutuels de l’Esprit et du Corps

par | 1 Fév 2024 | Autres Articles, Enseignements Spirituels | 0 commentaires

  1. "Une seule chair." La profondeur de la parole du Christ Jésus reste aujourd'hui encore à découvrir. Immense travail que les…

  2. Il me semble que - outre les Appelés - la Parabole concerne aussi tous les autres êtres humains désireux d'être…

  3. L'habit de noce représente le résultat des efforts de transformation qu'accomplit un appelé en vue d'accomplir sa mission, c'est le…

  4. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  5. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  6. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

Archives

 

Rapports mutuels

de l’Esprit et du Corps

 

Unité ou dualité?

 

 

L’esprit et le corps sont-ils un ou deux?

Unité, absence de séparation ou, au contraire, dualisme…? Essayons d’y voir plus clair…

Dans leur souci de s’opposer au préjudiciable dualisme séparateur plusieurs vont même jusqu’à  l’équation «Esprit» = «corps» et «corps» = «Esprit», donc jusqu’à nier que l’Esprit soit différent du corps et inversement.

Si tel était le cas, puisque le corps meurt, l’Esprit ne devrait-il pas mourir avec lui?

Mais si l’Esprit – ou l’âme – est capable de survivre au corps, cela veut donc dire qu’il n’y a pas identité entre l’Esprit et le corps mais uniquement union vibratoire temporaire. L’union n’est, en effet, pas la même chose que la fusion. Croire que la fusion existe, aux lieu et place de l’union, a pour effet de créer la con-fusion.

Le corps n’est qu’une enveloppe temporaire pour l’Esprit; c’est donc une erreur de dire ou de penser que «corps» = «Esprit» et que «Esprit» = «corps». Lorsque l’Esprit n’est plus présent dans le corps, le corps se désagrège et retourne à ses éléments constitutifs premiers. «Tu es poussière et retourneras en poussière.».

Mais il est une autre erreur. Cette erreur est de penser, comme le faisait le philosophe «cartésien» René Descartes, que, pendant le temps de l’incarnation de l’Esprit dans le corps, l’Esprit et le corps demeurent séparés et, que par conséquent, l’un n’aurait pas d’influence sur l’autre.

De façon générale, l’erreur est de croire que soit séparé ce que Dieu a uni. Selon les Lois Divines, le temps d’une incarnation terrestre, l’Esprit et le corps sont, d’étroite manière, vibratoirement unis.

Cela signifie qu’une interaction profonde et permanente existe entre les deux. Ce que veut et vit l’Esprit se répercute sur le corps et ce qui atteint le corps touche aussi l’Esprit.

Lorsque l’on a bien compris ce que signifient ces courtes phrases c’est un Univers qui s’ouvre à nos yeux éblouis… La séparation n’existe pas plus entre le soi-disant Au-delà  et le soi-disant En-deçà qu’entre l’Esprit et le corps. En réalité, même si les yeux ne voient pas et les oreilles n’entendent pas, il n’y a pas de séparation!

Mais absence de séparation ne signifie pas identité. L’Union est le rapprochement et l’interaction d’éléments distincts dans le but de former un Ensemble plus vaste. Mais, étant donné qu’il y a uniquement Union et non pas fusion, même dans l’Union les éléments initiaux conservent leur identité propre, laquelle peut ré-apparaître d’évidente manière si, pour une raison pour pour une autre, l’union vient à se défaire.

Le «ciment» de l’Union est purement vibratoire; il est fait de radiations et non de «glu». Ce sont aussi des radiations s’attirant mutuellement qui permettent la cohésion de l’Esprit et du corps, mais chaque élément demeure lui-même, sans mélanges!

Le corps fait partie d’une époque d’évolution de l’esprit. Il doit concourir à sa maturation. Si, de part et d’autre, les radiations sont fortes, alors l’union est forte, ce qui est le principal facteur de santé des deux parties.

La Force spirituelle de l’Esprit arrive, selon le point de vue, d’en haut ou du centre. La force vitale du corps arrive, selon le point de vue, d’en bas ou de l’extérieur. Et les deux se joignent au centre.

Parce que c’est aussi elle qui joue un rôle déterminant dans la sexualité et dans l’union sexuelle entre homme et femme, la force vitale du corps est aussi appelée force sexuelle, aussi à l’origine de l’instinct sexuel. Mais cela ne veut nullement dire qu’elle se limite à cela.

La force sexuelle du corps, étroitement liée à l’irradiation du sang, permet une parfaite incarnation de l’esprit. La force spirituelle de l’Esprit présent dans le corps dynamise le corps et, dans une certaine mesure, arrive à  le modifier jusqu’à même pouvoir changer sa génétique (épigénétique).

C’est là une donnée de grande valeur et de grande importance pour le maintien ou la restauration de la santé naturelle. Le fait que la science – en particulier la médecine – conventionnelle n’ait pas encore clairement reconnu l’interaction entre le psychisme et le corps est évidemment une grande lacune existant au préjudice des personnes malades.

C’est là  que, en particulier, s’applique la parole: «Toute inconscience se transforme, un jour, en fatalité» (Carl Gustav Jung). Mais, si, pour cela, la santé n’a pas suffi, alors – ce qui apparaît, certes, aussi comme une Grâce Divine -, la maladie, elle-même, est une occasion de prise de conscience et donc de croissance.

 

Bouddha - Esprit et corps

Bouddha – Esprit et corps

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *