Ecole de l'art de vivre

Avec quel corps Jésus est-Il ressuscité, le Matin de Pâques?

par | 31 Mar 2024 | Autres Articles, Histoire, Notions Justes | 1 commentaire

  1. "Une seule chair." La profondeur de la parole du Christ Jésus reste aujourd'hui encore à découvrir. Immense travail que les…

  2. Il me semble que - outre les Appelés - la Parabole concerne aussi tous les autres êtres humains désireux d'être…

  3. L'habit de noce représente le résultat des efforts de transformation qu'accomplit un appelé en vue d'accomplir sa mission, c'est le…

  4. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  5. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  6. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

Archives

.

Avec quel corps Jésus

est-Il ressuscité,

le Matin de Pâques?

.

Fragilité des témoignages humains

Comme nous allons le voir ci-dessous, les quatre Évangiles ne disent pas exactement la même chose. Ces différences, les exégètes ne les interprètent généralement pas comme une marque de mensonge ou de falsification, au contraire, c’est plutôt, pour eux, un signe d’authenticité, accroissant leur crédibilité. Cela leur aurait, au contraire, plutôt paru suspect si les quatre Évangiles avaient – sans aucune contradiction – tout raconté exactement la même chose, car – en tant qu’historiens et exégètes – ils savent que « l’erreur est humaine » et que le témoignage humain est – par définition – peu fiable.

Pour illustrer cette idée du peu de fiabilité du témoignage humain, la plupart des lecteurs de cette page auront – pendant leur enfance, et peut-même même après avec leurs propres enfants et petits enfants – joué au jeu de société appelé le « téléphone arabe » (qui, en arabe, se dit, en fait, plutôt: « téléphone cassé »). Dans ce jeu – qui requiert un certain nombre de joueurs (par exemple, de cinq à une dizaine, c’est parfait) – un message initial, chuchoté de bouche à oreille, de voisin à voisin, entre les différents joueurs, arrive à destination copieusement déformé, par comparaison avec le message initial.

Dans le détail:

« Les joueurs forment une ligne; le premier joueur arrive avec un message et le murmure à l’oreille de la deuxième personne dans la ligne. Le deuxième joueur répète le message au troisième joueur, et ainsi de suite. Quand le dernier joueur est atteint, celui-ci annonce à voix haute le message qu’il a entendu. La première personne de la liste compare ensuite le message original avec la version finale (et éventuellement avec les versions intermédiaires).

Bien que l’objectif du jeu soit de faire passer le message sans le déformer en cours de route, une partie du plaisir est que, quoi qu’il en soit, celui-ci finit généralement par être déformé. Les erreurs s’accumulent généralement dans les retouches à chaque transmission du message, de sorte que la déclaration annoncée par le dernier joueur diffère significativement de celle du premier joueur, généralement avec un effet amusant ou humoristique. » (Source: Wikipédia).

Naturellement, la bonne foi des Évangélistes n’est ici nullement en cause. Ils sont animés des meilleures intentions, et il ne sont pas {vraiment} conscients que ce que – bien des années après -, issu de leurs propres souvenirs, ils consignent par écrit (« Les paroles s’envolent (sic!), les écrits restent! ») en tant que simples rapports à l’usage des toutes premières communautés chrétiennes, sera, par la suite, pendant des siècles et même des millénaires durant (au moins deux!), dans toute la Chrétienté, considéré comme … « Parole d’Évangile » (C’est le cas de dire!).

La raison fondamentale pour laquelle la mémoire humaine est peu fiable est généralement peu connue. Même lorsqu’il ne s’agit que de rapporter des faits, les écrits d’un être humain, ses paroles, ou, de façon générale, ce que produit son cerveau antérieur, ne sont pas exprimés sans qu’il n’y ajoute encore quelque chose d’autre, de son cru. En particulier, les témoignages de seconde main (même pas la peine de parler ici des témoignages de troisième ou de quatrième main, ou même davantage…!) ne sont jamais des preuves sur lesquelles la postérité pourrait ou devrait se baser.

Il convient d’être conscient du fait que la compréhension correcte de toutes les Paroles qui parlent d’autre chose que de ce qui se passe dans la matière grossière – donc les réalités fin-matérielles et spirituelles – n’est possible qu »avec la collaboration sans faille du cerveau pouvant être qualifié d’intuitif – donc du cervelet -. Cependant, le cervelet, même il y a deux mille ans, à l’époque terrestre de Jésus, était déjà, chez la plupart des êtres humains de la Terre – si ce n’est tous -, fort rabougri pour cause de non-utilisation et était ainsi déjà devenu notablement atrophié, de sorte qu’il n’était plus capable de fournir une activité de réception intuitive normale.

Conserver des souvenirs inaltérés, seul le cerveau d’intuition de l’être humain en est capable, donc le cerveau postérieur (appelé ainsi du fait de sa place à l’arrière de la boîte crânienne), aussi appelé (du fait – ironie de l’histoire! – de sa petite taille!) « cervelet » (ou « petit cerveau »), mais non l’intellect produit par le cerveau antérieur (appelé ainsi du fait de sa place à l’avant de la boîte crânienne) ou « grand cerveau »!

Le cervelet – ou petit cerveau est seul capable d’enregistrer et de conserver comme tels, en images et en Intuition, tous les événements et expériences vécues, de telle façon qu’ils puissent plus tard, à tout moment, exactement re-surgir, tels qu’ils étaient réellement au moment où ils se sont produits, sans être modifiés, altérés ou atténués. Les êtres humains de l’époque de Jésus – même les Disciples! – avaient, alors, déjà, avec insouciance, laissé leur cerveau postérieur tellement s’atrophier qu’il n’était plus capable de correctement enregistrer les événements de la Vie de Jésus, ainsi que Ses Paroles!

Le cerveau antérieur – le « néocortex », quant à lui, n’en est pas capable, parce qu’il est davantage lié aux notions gros-matérielles de l’espace et du temps et qu’il n’a pas été créé pour la réception, mais pour l’émission dans le monde et la vie terrestres. D’où les altérations, dans les souvenirs, constamment observées! L’être humain croit se rappeler quelque chose, mais, lorsqu’il est confronté à la réalité, il s’aperçoit que maints détails sont différents de ce dont il croyait se souvenir mais qu’en réalité il avait seulement … imaginés!

A ce propos, dans le livre « Les Apôtres de Jésus », Marc le Romain – l’Évangéliste – déclare:

« Tout ce que nous vivons depuis que le Fils de Dieu a séjourné parmi nous n’est-il pas un Miracle? Sa Vie, Ses Paroles, Ses Actes étaient pénétrés de Lumière et sont beaucoup trop précieux pour qu’ils puissent se perdre. Il y a longtemps que je réfléchis pour savoir comment l’on pourrait empêcher que ces Valeurs éternelles ne soient emportées par le vent. Dès à présent, quand nous parlons de Lui, nous ne sommes pas d’accord pour dire s’Il a parlé de telle ou telle manière. Qu’en sera-t-il lorsque nous, Ses Témoins, ne seront plus sur la Terre?« .

Puis il ajoute:

« J’ai déjà commencé, mais c’est plus difficile que vous ne {le} pensez. à peine veut-on fixer un Discours de Jésus que déjà des pensées personnelles s’y ajoutent, au point que l’on ne peut plus distinguer ce que notre Maître a effectivement dit.

Je m’efforce donc de n’écrire que les Paroles que j’ai entendues de mes propres oreilles; tout le reste, il me faut vous le laisser. ».

Et encore:

« Assurément, vous constatez vous-mêmes combien il est difficile de noter les Paroles de Jésus conformément à la Vérité. Nous devons être très prudents dans ce que nous écrivons, car l’Image de Jésus se dressera, plus tard, devant les êtres humains en fonction de ce que nous écrivons aujourd’hui. C’est un très sérieux Devoir, lourd de Responsabilité. ».

Il disait juste. Et le Disciple Philippe, à son tour, dit:

– « Je propose de nous en tenir plutôt aux Actes de Jésus et de ne mentionner de Ses Paroles que celles que nous tous connaissons encore fort exactement. Il est préférable qu’un Discours ne soit pas écrit que de le transmettre erroné à la postérité. » .

Ceci étant précisé, nous pouvons maintenant soupeser et examiner de près ce que disent les quatre Évangiles dits « canoniques » au sujet de la Résurrection de Jésus.

Examen des quatre Évangiles quant au Récit de la Résurrection de Jésus

Évangile de Matthieu

Dans l’Évangile de Matthieu, au chapitre XXVIII, il est écrit:

« 11 Tandis qu’elles [NDLR: Il s’agit de Marie-Madeleine et de l' »autre Marie », apparemment – d’après l’Évangile de Marc – la mère de Jacques] étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.

12 Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme, 13 en disant: «Voici ce que vous direz: “Ses Disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”.

14 Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui.»

15 Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui. ».

Matthieu donne donc à penser que si des lecteurs de son Évangile sont confrontés à de telles rumeurs, propagées, sur la base de faux témoignages de soldats payés et corrompus, par les grand-prêtres et les anciens d’Israël – désireux de s’opposer à la croyance que Jésus serait gros-matériellement (physiquement) ressuscité, ils ne doivent juste y accorder aucun crédit.

L’Évangile de Matthieu se poursuit ainsi:

« 16 Les Onze [12 – 1 = 11] Disciples s’en allèrent en Galilée, sur la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.

17 Quand ils Le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. ».

« Certains eurent des doutes. ». Chez Matthieu, cela reste très vague. Les autres Évangiles – surtout celui de Jean -, donnent des précisions.

Et c’est là que Jésus leur donne Son dernier Message clôturant l’Évangile:

«18 Jésus S’approcha d’eux et leur adressa ces Paroles: «Tout Pouvoir M’a été donné au Ciel et sur la Terre. 19 Allez! De toutes les Nations faites des Disciples: Baptisez-les au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit, 20 apprenez-leur à observer tout ce que Je vous ai commandé. Et Moi, Je suis avec vous, tous les jours, jusqu’à la Fin du Monde.»».

Évangile de Marc

Dans l’Évangile de Marc, au chapitre XVI, versets 1 à 11, il est écrit:

« 01 Le Sabbat [NDLR: Lequel correspond au Samedi] terminé, Marie-Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des parfums pour aller embaumer le corps de Jésus. 02 De grand matin, le premier jour de la semaine [NDLR: Il s’agit donc du Dimanche de Pâques, non seulement l’actuelle Pâque des Chrétiens commémorant – justement! – la Résurrection de Jésus mais aussi la Pâque juive de l’époque – « Pessah » – commémorant l’Exode du Peuple hébreu hors de l’Égypte], elles se rendent au Tombeau dès le lever du Soleil. 03 Elles se disaient entre elles: «Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau?». 04 Levant les yeux, elles s’aperçoivent qu’on a roulé la pierre, qui était pourtant très grande [NDLR: donc très lourde à manipuler]. »

« 05 En entrant dans le Tombeau, elles virent, assis à droite, un jeune homme vêtu de blanc. Elles furent saisies de frayeur. 06 Mais il leur dit: «Ne soyez pas effrayées! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié? Il est ressuscité: Il n’est pas ici. Voici l’endroit où on L’avait déposé. ». 07 Et maintenant, allez dire à Ses Disciples et à Pierre: “Il vous précède en Galilée. Là vous Le verrez, comme Il vous l’a dit.”». 08 Elles sortirent et s’enfuirent du Tombeau, parce qu’elles étaient toutes tremblantes et hors d’elles-mêmes. Elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur.

« 09 Ressuscité le matin, le premier jour de la semaine [NDLR: le Dimanche de Pâques], Jésus apparut d’abord à Marie Madeleine, de laquelle Il avait expulsé sept démons. 10 Celle-ci partit annoncer la Nouvelle à ceux qui, ayant vécu avec Lui, s’affligeaient et pleuraient. 11 Quand ils entendirent que Jésus était vivant et qu’elle L’avait vu, ils refusèrent de {le} croire. ».

Les deux versets suivants font manifestement allusion – sans les nommer – aux deux célèbres Pèlerins d’Emmaüs [dont – voir plus loin – Luc, quant à lui, parle nettement plus en détails]:

« 12 Après cela, Il [Jésus] Se manifesta sous un autre aspect à deux d’entre eux qui étaient en chemin pour aller à la campagne [NDLR: Emmaüs »].

13 Ceux-ci revinrent l’annoncer aux autres, qui ne les crurent pas, non plus. ».

.

Le Christ et les Disciples d'Emmaüs

Le Christ et les Disciples d’Emmaüs

.

« Pas de chance! », pourrions-nous dire. Le verset  suivant – le verset 14 – mentionne le blâme suivant leur incrédulité:

« 14 Enfin, Il Se manifesta aux Onze eux-mêmes, pendant qu’ils étaient à table: Il leur reprocha leur manque de Foi et la dureté de leurs cœurs, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui L’avaient contemplé ressuscité. ».

Parmi « ceux qui L’avaient contemplé ressuscité«  il y avait, bien sûr, les Pèlerins d’Emmaüs. Il y avait aussi Marie-Madeleine et l’« autre Marie », mère de Jacques, dont Matthieu parle également.

L’on apprend ici aussi que les Onze (nouveau nombre des Apôtres, après la défection et le suicide de Judas) sont « à table ». A table, oui mais où? A Jérusalem? En Galilée, où Jésus leur avait donné rendez-vous? Le texte ne le précise pas.

Les versets 15 à 20 concluent l’Évangile en commençant ainsi:

« 15 Puis Il leur dit: «Allez dans le Monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la Création. 16 Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé; celui qui refusera de croire sera condamné.». »

Et les versets 19 et 20 concluent cette conclusion, ainsi, du reste, que tout l’Évangile avec ces deux paroles.

Le verset 19 mentionne brièvement l’Ascension:

« 19 Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au Ciel et S’assit à la Droite de Dieu. ».

.

Ascension de Jésus - Par Giotto

Ascension de Jésus – Par Giotto

.

Le verset 20 termine tout l’Évangile:

« 20 Quant à eux [Les Apôtres], ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les Signes qui l’accompagnaient. ».

Évangile de Luc

Au chapitre 24 et dernier de l’Évangile de Luc, au sujet de la Résurrection de Jésus il est possible de lire:

« 01 Le premier jour de la semaine [NDLR: Donc le Dimanche de Pâques], à la pointe de l’aurore, les femmes [Remarque: Pas encore de détails concernant qui sont ces femmes; il faut déjà se reporter à Matthieu, à Marc et à Jean pour le savoir] se rendirent au tombeau, portant les aromates qu’elles avaient préparés. 02 Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau. 03 Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. 04 Alors qu’elles étaient désemparées, voici que deux hommes se tenaient devant elles en habit éblouissant. » [Commentaire: « Deux hommes en habit éblouissant », cela ressemble fort à … des Anges! »]

Remarque: Selon Matthieu, ces « femmes » – dont Luc, à ce stade du récit ne précise ni le nom ni le nombre – sont Marie-Madeleine et l’« autre Marie », (la mère de Jacques) et sont donc au nombre de deux. Selon Marc, ces femmes sont Marie-Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé et sont donc au nombre de trois. Selon Jean, il n’y a qu’une seule femme et c’est … Marie-Madeleine! Par la suite, Luc précise que ces femmes sont trois et que ce sont Marie-Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques.

« 05 Saisies de crainte, elles gardaient leur visage incliné vers le sol. Ils leur dirent: «Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts? 06 Il n’est pas ici, Il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’Il vous a dit quand Il était encore en Galilée:

07 “Il faut que le Fils de l’Homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’Il soit crucifié et que, le troisième jour, Il ressuscite.”».

08 Alors elles se rappelèrent les Paroles qu’Il avait dites.

09 Revenues du tombeau, elles rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres. 10 C’étaient Marie-Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques; les autres femmes qui les accompagnaient disaient la même chose aux Apôtres. 11 Mais ces propos leur semblèrent délirants, et ils ne les croyaient pas. »

Remarque: Ici nous apprenons qu’en plus de Marie-Madeleine, Jeanne (qui n’est mentionnée que dans l’Évangile de Luc), et Marie mère de Jacques, il y a encore d’autres femmes qui les accompagnaient mais dont le nom n’est pas cité.

« 12 Alors Pierre se leva et courut au Tombeau; mais, en se penchant, il vit les linges, et eux seuls. Il s’en retourna chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé.

13 Le même jour, deux Disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, 14 et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé. 15 Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus Lui-même S’approcha, et Il marcha avec eux. 16 Mais leurs yeux étaient empêchés de Le reconnaître. »

Commentaire: « Jésus Lui-même S’approcha », cela n’indique nullement d’où Il vient ni quelle est Son Apparence.

« 17 Jésus leur dit: «De quoi discutez-vous en marchant?». Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.

18 L’un des deux, nommé Cléophas, Lui répondit: «Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci.».

19 Il leur dit: «Quels événements?».

Ils Lui répondirent:

«Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet Homme qui était un Prophète puissant par Ses Actes et Ses Paroles devant Dieu et devant tout le peuple:

20 Comment les grands prêtres et nos chefs L’ont livré, ils L’ont fait condamner à mort et ils L’ont crucifié.

21 Nous, nous espérions que c’était Lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. 22 À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, 23 elles n’ont pas trouvé Son corps; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une Vision: des Anges [NDLR: Les « deux hommes en habit éblouissant »], qui disaient qu’Il est vivant.

24 Quelques-uns de nos compagnons sont allés au Tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit; mais Lui, ils ne L’ont pas vu.»

25 Il leur dit alors: «Esprits sans intelligence! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les Prophètes ont dit! 26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans Sa Gloire?».

27 Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, Il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui Le concernait. 28 Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient [manifestement, Emmaüs], Jésus fit semblant d’aller plus loin.

29 Mais ils s’efforcèrent de Le retenir: «Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse.». Il entra donc pour rester avec eux.

30 Quand Il fut à table avec eux, ayant pris le pain, Il prononça la Bénédiction et, l’ayant rompu, Il le leur donna. 31 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils Le reconnurent, mais Il disparut à leurs regards. »

Commentaire: La répétition de la Cène est manifestement un signe de Reconnaissance! L’expression « Il disparut à leurs regards » indique clairement que Jésus n’est pas ressorti de la maison en passant par la porte et qu’il s’agit donc d’une Apparition.

32 Ils se dirent l’un à l’autre: «Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’Il nous parlait sur la route et nous ouvrait l{e sens d}es Écritures?».

33 À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent:

34 «Le Seigneur est réellement ressuscité: Il est apparu à Simon-Pierre.». » [Confirmation – s’il en était besoin – qu’il s’agit bien, là aussi, d’une Apparition et non d’une Présence grosmatérielle (physique).

Commentaire: Nous apprenons ici que Pierre a eu – semble-t-il – une Apparition personnelle du Maître.

« 35 À leur tour, ils racontèrent ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur S’était fait reconnaître par eux à la Fraction du Pain.

36 Comme ils en parlaient encore, Lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit: «La Paix soit avec vous!». »

Commentaire: « Lui-même fut présent au milieu d’eux », cela indique aussi clairement qu’Il n’est pas arrivé en frappant à la porte, mais S’est subitement trouvé là.

« 37 Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. [Commentaire: L’on ne saurait être plus clair!: Ce n’est pas un corps gros-matériel qu’ils voient mais un être d’une consistance beaucoup plus fine!]

38 Jésus leur dit: «Pourquoi êtes-vous bouleversés? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur? 39 Voyez Mes mains et Mes pieds: c’est bien Moi! Touchez-Moi, regardez: Un esprit n’a pas de chair ni d’os, comme vous constatez que J’en ai.

Commentaire: Manifestement, Jésus veut leur rendre évident qu’il s’agit bien de Lui. Pour cela, Il les invite à Le toucher. De prime abord, cela pourrait donner l’impression qu’Il parle du corps gros-matériel qu’Il portait avant Sa mort. Pourtant, celui qui connaît la Structure et les Lois de la Création sait qu’un corps fin-matériel a aussi de la « chair » et des « os »; ils sont juste, eux aussi, de genre fin-matériel.

« 40 Après cette Parole, Il leur montra Ses mains et Ses pieds. »

Commentaire: Cela n’est pas dit expressément, mais cela semble sous-entendre que Ses mains et Ses {deux} pieds portent les stigmates des trous faits par les clous. Cela veut-il dire que les blessures infligées au corps gros-matériel atteignent aussi le corps fin-matériel? La réponse à cette question est non, car – selon les Lois de la Création, en particulier selon la Loi d’Attraction du Genre Semblable – chaque genre ne peut agir que sur le genre semblable. La raison pour laquelle les mains et les pieds de Jésus ressuscité peuvent aussi être transpercés est, tout simplement, que les blessures infligées à l’âme (le corps fin-matériel) se répercutent aussi fin-matériellement. Jésus a été crucifié non seulement physiquement mais aussi moralement, et les blessures de l’âme prennent aussi forme sur le plan de l’âme.

« 41 Dans leur Joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit: «Avez-vous ici quelque chose à manger?».

42 Ils lui présentèrent une part de poisson grillé, 43 qu’il prit et mangea devant eux. »

Commentaire: Si ce qui est dit là est juste, le corps dans lequel Jésus Se trouve alors Lui permettrait de manger du poisson grillé. Dans le récit de la deuxième pêche miraculeuse, au bord du Lac de Génésareth, c’est, d’ailleurs, Lui-même qui, après Sa mort, à l’intention des Apôtres en train {d’essayer} de pêcher, fait griller des poissons sur un feu, sur la plage, et en mange aussi…

Selon les Lois, il est évident qu’un corps fin-matériel ne peut pas manger de poisson gros-matériel, mais il peut manger du poisson fin-matériel. Largement ignorant des Lois de la Création – que Jésus n’a pas eu l’occasion de leur enseigner (« J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pourriez pas les comprendre. »), les Évangélistes rapportent les événements relatifs à la Vie de Jésus non dans le cadre d’une description objective en fonction des Lois de la Création (ce dont ils ne sont pas encore capables), mais en fonction de leur vécu personnel. Ils ne savent pas avec quels yeux ils voient ni avec quelles oreilles ils entendent.

A ce sujet, l’on peut utilement se reporter à cette parole de l’Apôtre Paul rapportant, dans sa deuxième Épitre aux Corinthiens:

« 2 Je connais un homme en Christ, qui fut, il y a quatorze ans, ravi jusqu’au troisième Ciel, si ce fut dans son corps je ne sais, si ce fut hors de son corps je ne sais, Dieu le sait. » (2 Corinthiens XII, 3).

L’« homme en Christ », il s’agit manifestement de Paul lui-même (c’est confirmé par la suite), qui – semble-t-il – a vécu une expérience hors du corps. Il sait ce qu’il a vécu – qui est intangible – mais il reconnaît, bien volontiers, qu’il ne sait pas l’expliquer. Seul Dieu connaît l’explication:

« Et je sais que cet homme – si ce fut dans son corps ou sans son corps je ne sais, Dieu le sait – fut enlevé dans le Paradis, et qu’il entendit des Paroles ineffables qu’il n’est pas permis à un homme d’exprimer… » (2 Corinthiens XII, 4).

Toutes les expériences des Apôtres vécues avec Jésus pendant quarante jours après le Jour de Pâques sont des expériences du même ordre. L’intellect humain est impuissant à rendre compte de telles expériences que seule l’Intuition est capable – dans une certaine mesure (en fonction des limites naturelles du genre spirituel humain) – de saisir.

Revenons à l’Évangile de Luc:

« 44 Puis Il leur déclara: «Voici les Paroles que Je vous ai dites lorsque J’étais encore avec vous: Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à Mon sujet dans la Loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes.».

45 Alors Il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures.

46 Il leur dit: «Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’Il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, 47 et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. 48 À vous d’en être les témoins. ».

Évangile de Jean

Dans l’Évangile de Jean, au chapitre 20, il est possible de lire:

« 01 Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.

02 Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre Disciple [à l’évidence, Jean lui-même!], celui que Jésus aimait, et elle leur dit: «On a enlevé le Seigneur de son Tombeau, et nous ne savons pas où on L’a déposé.».

03 Pierre partit donc avec l’autre Disciple pour se rendre au Tombeau.

04 Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre Disciple courut plus vite [Normal, parce qu’il est plus jeune!] que Pierre et arriva le premier au Tombeau. »

.

Pierre et Jean courant au Tombeau

Pierre et Jean courant au Tombeau – Eugène Burnand

.

« 05 En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat; cependant il n’entre pas. »

Commentaire: Bien qu’il n’y ait pas encore d’autre témoin sur place, Jean sait précisément cela, parce qu’il est à la fois celui dont il parle et le narrateur!

« 06 Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le Tombeau; il aperçoit les linges, posés à plat, 07 ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.

08 C’est alors qu’entra l’autre Disciple [NDLR: Jean], lui qui était arrivé le premier au Tombeau. Il vit, et il crut.

09 Jusque-là, en effet, les Disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. »

Commentaire: Oui, c’était déjà annoncé dans l’Ancien Testament et Jésus le leur avait dit, mais, jusque-là, avant d’avoir pénétré dans le Tombeau, ils n’avaient pas encore « percuté »; ce Savoir n’était pas encore devenu vivant en eux.

« 10 Ensuite, les Disciples retournèrent chez eux.

11 Marie-Madeleine se tenait près du Tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le Tombeau.

12 Elle aperçoit deux Anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus.

13 Ils lui demandent: «Femme, pourquoi pleures-Tu?». Elle leur répond: «On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on L’a déposé.».

14 Ayant dit cela, elle se retourna; elle aperçoit Jésus qui Se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus. »

Commentaire: Jésus arrive, en quelque sorte, « dans son dos ». Marie Le voit, mais ne Le reconnaît pas! Il a donc une Apparence différente. Normal, – en tant que l’enveloppe la plus extérieure de Son Noyau Divin Inentéallique (= sans attributs), Il ne porte plus Son corps gros-matériel terrestre, mais seulement un corps plus léger, plus fin, plus lumineux: le corps fin-matériel (appelé « corps glorieux » [1 Corinthiens XY, 43] par l’Apôtre Paul).

« 15 Jésus lui dit: «Femme, pourquoi pleures-Tu? Qui cherches-Tu?». Le prenant pour le jardinier, elle lui répond: «Si c’est Toi qui L’as emporté, dis-moi où Tu L’as déposé, et moi, j’irai Le prendre.».

16 Jésus lui dit alors: «Marie!». S’étant retournée, elle lui dit en hébreu: «Rabbouni!», c’est-à-dire: « Maître ».

17 Jésus reprend: «Ne me touche pas, car Je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver Mes frères pour leur dire que Je monte vers Mon Père et votre Père, vers Mon Dieu et votre Dieu.». »

.

Noli me tangere - Le Titien

Noli me tangere – Le Titien

.

Commentaire: La raison pour laquelle Marie-Madeleine ne doit pas toucher Jésus est explicitée dans « Les Apôtres de Jésus ». C’est qu’elle ne supporterait pas la Force rayonnant plus fortement à travers le corps spirituel de Jésus. Si les peintres – comme, par exemple, Le Titien – représentent Jésus dans Son apparence de Crucifié, c’est juste parce qu’ils n’ont pas compris que, après Sa mort et Sa Résurrection, l’Apparence de Jésus n’était plus du tout la même.

« 18 Marie-Madeleine s’en va donc annoncer aux Disciples: «J’ai vu le Seigneur!», et elle raconta ce qu’Il lui avait dit.

19 Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les Disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et Il était là, au milieu d’eux. Il leur dit: «La Paix soit avec vous!».

Commentaire: « Jésus vint et Il était là au milieu d’eux » cela donne aussi clairement l’impression d’une Apparition tout à fait subite, très différente d’une arrivée avec un corps terrestre. Car, selon les Lois de la Création, de même qu’un genre de la Création ne peut percevoir que le genre identique mais pas les genres différents – qu’ils soient supérieurs ou inférieurs -, un corps donné ne peut pas traverser un autre corps ou un objet de même matière, ils présentent donc entre eux la  même impénétrabilité réciproque.

De façon générale, chaque région de la Création occupant une situation plus élevée – donc soit avec un genre spirituel ou bien avec un genre de matière différent – peut, sans rencontrer d’obstacles, traverser un genre de matière inférieur et plus dense, de même que tout ce qui est fin-matériel va – sans problème – à travers ce qui est gros-matériel, d’un genre différent.

« 20 Après cette Parole, Il leur montra Ses mains et Son côté. Les Disciples furent remplis de Joie en voyant le Seigneur. »

.

Première Apparition du Christ aux Disciples - Rubens

Première Apparition du Christ aux Disciples – Rubens

.

« 21 Jésus leur dit de nouveau: «La Paix soit avec vous! De même que le Père M’a envoyé, Moi aussi, Je vous envoie.».

22 Ayant ainsi parlé, Il souffla sur eux et Il leur dit: «Recevez l’Esprit Saint. 23 À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus.».

24 Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu.

25 Les autres Disciples lui disaient: «Nous avons vu le Seigneur!». Mais il leur déclara: «Si je ne vois pas dans Ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans Son côté, non, je ne croirai pas!».

26 Huit jours plus tard, les Disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et Il était là au milieu d’eux. Il dit: «La Paix soit avec vous!».

Commentaire: La précision « alors que les portes étaient verrouillées » montre, à l’évidence qu’avec Son nouveau corps, tel un « passe-murailles », Jésus traverse les portes et les murs, ce que – selon les Lois – il n’est pas possible de faire avec un corps gros-matériel

27 Puis Il dit à Thomas: «Avance Ton doigt ici, et vois Mes mains; avance Ta main, et mets-la dans Mon côté: Cesse d’être incrédule, sois croyant.».

28 Alors Thomas Lui dit: «Mon Seigneur et mon Dieu!».

29 Jésus lui dit: «Parce que Tu M’as vu, Tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu.

Et voici, pour finir, les deux derniers versets clôturant l’Évangile de Jean:

« 30 Il y a encore beaucoup d’autres Signes que Jésus a faits en présence des Disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre.

31 Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant vous ayez la Vie en Son Nom. ».

Conclusion – Alors, avec quel corps Jésus est-Il ressuscité?

Concernant le genre de la Résurrection de Jésus, chaque être humain chercheur réellement sincère et sérieux peut donc, à ce sujet, aussi, trouver des confirmations dans le Nouveau Testament (les 4 Évangiles) de la Bible; car Jésus est apparu à beaucoup.

Mais, lors de ces Apparitions rapportées par la Bible, qu’arriva-t-il? Marie (mère de Jacques) ne Le reconnut, en l’occurrence, tout d’abord, pas. Marie-Madeleine ne Le reconnut pas tout de suite et le prit pour le jardinier du cimetière, les deux Disciples, sur le chemin d’Emmaüs – dont l’un s’appelait appelé Cléophas – ne Le reconnurent pas, des heures durant, bien qu’Il marchait et parlait en leur compagnie… Ce n’est qu’après plusieurs heures, lors de la Fraction du Pain qu’ils Le reconnurent enfin

Que faut-il en conclure? C’est tellement simple! Cela devait nécessairement être un autre corps qu’ils virent, sinon –  après L’avoir fréquenté sur Terre pendant des mois ou même des années (possiblement trois ans) – de même que chacun, en tant qu’évidence naturelle, reconnaît très facilement un proche après avoir été seulement quelques jours sans le voir – ils L’auraient tous immédiatement reconnu!

Alors, était-ce un autre corps gros-matériel? Impossible! Il n’était vraisemblablement pas dans le Plan que Jésus revienne – surtout aussitôt! – sur Terre avec un autre corps gros-matériel (pour quoi y faire?) et – surtout! – il aurait fallu pour cela que ce corps dispose au moins d’une vingtaine d’années pour atteindre l’âge adulte et Lui permette de s’exprimer en tant que tel. C’est donc une hypothèse totalement exclue.

Le corps que tous ceux qui virent et entendirent – et même touchèrent après la mort de Jésus, à l’évidence, était, à divers égards, bien différent du corps physique qu’Il avait porté jusqu’à Sa crucifixion. Ce corps était, par exemple, manifestement (voir passages du Texte biblique en gras, en rose et soulignés ci-dessus) capable de traverser les murs, ce qu’un corps gros-matériel ne peut pas faire, mais un corps fin-matériel, oui.

Après la mort de Jésus il n’est, en effet, question que d’Apparitions. (les Apôtres sont présents, toutes portes fermées à clef, dans leur maison. Personne ne sonne ou ne frappe à la porte, et, tout d’un coup, Jésus est là, et – ainsi qu’Il était venu – Il repart de la même manière: tout à coup, Il n’est plus là! Ces Apparitions (et « Disparitions »!) apportent bien la preuve qu’Il est VIVANT et donc – au sens large – ressuscité des morts. Mais rien ne prouve que Son corps gros-matériel (= fait de matière physique) est, quant à lui, ressuscité.

Souvent, en objection à cela, est mentionnée (voir plus haut) l’expérience de l’Apôtre Thomas Didyme – dit l’incrédule -, à qui il fut accordé de toucher le corps de Jésus ressuscité avec ses mains et de mettre ses doigts dans Ses plaies.

C’est certes un argument commode, mais il n’en est pas moins faux. Se référer à la Bible, c’est bien, mais à condition de bien la comprendre et donc de ne pas la considérer avec des conceptions trop étroites.

De plus, se référer à la Bible ne constitue absolument pas une preuve absolue de Vérité, car la Bible – transmise par des êtres humains – porte la marque (voir le début du présent article) de la limitation de leur intellect hypertrophié et, de ce fait – même si elle est incontournable et si l’on y trouve aussi d’importantes Vérités -, contient aussi des erreurs.

Dans le cas précis, Jésus – comme tout autre trépassé au cours du premier temps dans l’Au-delà – ne portait plus, lors de Son Apparition parmi les Disciples, que Son corps de matière fine, mais plus Son corps gros-matériel. Pour que l’Apôtre Thomas Didyme soit convaincu qu’il avait Jésus en face de lui, il lui fut accordé, à cet instant, la Grâce de pouvoir voir et toucher fin-matériellement, donc de faire fonctionner son propre corps fin-matériel, ordinairement au repos.

Le corps fin-matériel voit et sent, pour l’esprit humain encore incarné, à travers son corps gros-matériel. Cela éveille l’impression et c’est du point de vue de l’apparence, comme si c’était le corps gros-matériel lui-même qui agissait. En effet, le corps gros-matériel exécute, en l’occurrence, très souvent, aussi extérieurement visibles, les mouvements qui en font partie, il va, pour ainsi dire, de concert avec lui, il l’accompagne.

C’est ainsi qu’il arrive aussi, de nos jours, – alors que les autres ne voient rien qu’un être doué de vision, d’audition, et de sensibilité fin-matérielles, saisisse quelque chose et le touche aussi comme étant tout à fait évident. Les autres voient seulement les mouvements d’accompagnement effectués par le corps gros-matériel.

C’est ainsi que cela se produisit pour Thomas. Il vit et toucha, à travers Son corps gros-matériel, avec son corps fin-matériel et les organes correspondants, le Corps déjà transfiguré, donc le Corps plus fin, de Jésus, il vit et toucha donc aussi la blessure que Jésus portait à Son côté, sans qu’il se soit agi, pour autant, de l’ancien dense corps de chair porté par Jésus lors de Son Incarnation terrestre, lequel repose – encore aujourd’hui – dans un Tombeau demeuré secret.

.

Incrédulté de Thomas

Incrédulité de Thomas

.

Dans ce cas précis, les blessures portées par Jésus sur Son corps fin-matériel Lui avaient été infligées non par les clous de matière grossière mais bien par la haine des êtres humains Lui ayant provoqué des blessures aussi sur Son corps fin-matériel.

C’est ainsi que Jésus Lui-même voulait que Thomas puisse être convaincu qu’Il était bien ressuscité et qu’Il fit tout pour que cela arrive, et c’est pour cela que – selon l’Évangile de Jean – Il lui dit: «Avance Ton doigt ici, et vois Mes mains; avance Ta main, et mets-la dans Mon côté: Cesse d’être incrédule, sois croyant.».

C’est précisément cela qui confirme qu’il ne pouvait pas s’agit du corps terrestre gros-matériel, bien connu, de Jésus; car – si cela avait été le cas – tout doute aurait été, de prime abord, exclu.

Fin-matériellement, Jésus avait donc une autre Apparence, suffisamment différente de celle de son corps terrestre bien connu pour que plusieurs qui Le connaissaient terrestrement pourtant très bien ne Le reconnaissent pas. C’est cela (la différence d’apparence entre les deux corps) qui en avait fait douter plusieurs, dont Thomas.

Naturellement ceux qui furent capables de Le reconnaître sans preuves témoignèrent d’un niveau de conviction plus élevé que ceux qui (comme Thomas) en eurent besoin. Et cela reste valable, aujourd’hui encore! D’où la Parole:

 « Heureux ceux qui croient sans avoir vu! ».

.

Incrédulité de Thomas - Rembrandt

Incrédulité de Thomas – Rembrandt

1 Commentaire

  1. Deh Assy

    Avec quel corps Jésus est-Il ressuscité, le Matin de Pâques?

    Bel exposé montrant par des extraits pris dans la Bible avec quel corps le Christ s’est montré à ses proches? après sa mort terrestre.

    La vie pour l’être humain se passe sur chaque plan de la Création avec le corps correspondant.

    Il ne possède donc pas qu’un seul corps ou enveloppe. Il en a et en aura toujours pour chaque plan sur lequel il devrait séjourner.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *