Ecole de l'art de vivre

Le grand Secret – Plus jamais victime – Être responsable de sa vie à 100%

par | 15 Jan 2024 | Moralité et comportement, Regards sur le Monde, Santé et Spiritualité | 0 commentaires

  1. La résurrection de la chair. Il est bien regrettable que l' être humain de la terre ne s'identifie seulement qu'à…

  2. "La fausse conscience." Dans certaines expressions populaires figure le mot "conscience". Il est employé de diverses manières. Prenons quelques exemples…

  3. Le Miracle de Cokeville On peut retenir de cette histoire que nous ne sommes pas seuls. Et que, bien orientés,…

  4. La Maternité Article mettant en lumière l'amour maternel. Merci à l'auteur de l'article pour avoir donné des éclaircissements assez détaillés…

  5. "La Loi du Mouvement" Dans le cadre d'un sport quelconque, quel que soit ce dernier, l'être humain est capable de…

  6. Nous ne nous lasserons jamais de toutes ces Paroles bienveillantes que nous a laissées Jésus dans l'espoir de notre murissement…

Archives

.

Le grand Secret

Plus jamais victime

Être responsable de sa vie à 100%

.

«L’être humain dort dans le lit qu’il s’est lui-même fait.»

«Si Tu savais le Don de Dieu…»

«C’est comme cela que je veux être»

«Tout est Grâce»

.

La «victimite» est une maladie très répandue. L’on s’en prend à « tout le monde » de ce qui nous arrive, allant parfois même jusqu’au blasphème en incriminant jusqu’au Créateur.

Description des symptômes: Combien de fois nous sentons-nous comme une victime de quelque chose – frustrés de voir que nous ne pouvons pas contrôler le déroulement de nos vies en raison de circonstances adverses, peut-être même se mettre à bouder ou se renfrogner ou même à bougonner à  cause de ce quelqu’un d’autre a dit ou fait pour nous, ou, au contraire, de notre point de vue, négligé de le faire? Combien de fois avons-nous choisi de voir notre verre à  moitié vide plutôt que de le voir à  moitié plein?

Combien d’entre nous blâment les autres, comme leurs parents, leurs frères et sœurs ou leurs enseignants, ou même leurs amis, pour avoir, de leur point de vue, rendu leurs vies misérables? Combien d’entre nous blâment le gouvernement de leur pays pour être responsable de la destruction de l’économie et des moyens de subsistance? Combien d’entre nous, même, blâment le temps qu’il fait, lorsque nous avons une « mauvaise » journée – jugée «trop chaude» ou, au contraire, «trop froide», «trop sèche» ou, au contraire, «trop humide»?

Il semble, dans notre vie, que nous ayons tellement à  nous plaindre, et si peu à  être reconnaissants pour tout ce qui nous est donné. Toutefois, lorsque la maladie frappe ou qu’une catastrophe survient, nous pouvons soudainement nous souvenir qu’il y a beaucoup plus de raisons d’être reconnaissants qu’il n’y a des raisons de se plaindre. Pourtant, comme le dit le proverbe: « Si Tu voulais remercier Dieu pour toutes les Bontés qu’Il Te donne, il ne Te resterait plus de temps pour te plaindre »!

Notre destin est conçu de telle manière que nous sommes orientés dans la direction que nous devons prendre, nous obligeant, en apparence, à  dévier du chemin que nous avions prévus pour nous-mêmes et à rencontrer des difficultés et des complications. Au lieu de nous imaginer que nous sommes affaiblis par la présence d’obstacles ou de contrariétés, nous pouvons tout aussi bien, au contraire, choisir de croire que ces obstacles et ces adversités sont réellement bénéfiques pour nous, si ce n’est pas même de véritables Bénédictions envoyées par le Ciel. Celui que l’adversité n’abat pas, elle le renforce!

Nous pouvons penser que faire un détour par rapport à nos objectifs est une «perte de temps et d’énergie», mais nous pouvons aussi voir le détour apparent comme un moyen d’en apprendre davantage au sujet de qui et de comment nous sommes et dans quelle direction nous voulons vraiment nous diriger dans notre vie. Être hors des sentiers battus peut être désorientant et parfois source de confusion, mais c’est un défi pour notre esprit créatif que de découvrir de nouvelles manières – différentes des précédentes – de revenir «chez soi», c’est-à -dire dans notre cœur, car notre propre cœur est votre véritable Patrie (« Heartland »: le « Pays du Cœur »).

Lorsque nous nous plaignons et nous nous sentons comme victimes des circonstances, des situations ou des autres êtres humains, alors nous sommes effectivement exilés, semblables à des réfugiés, de sorte que nous ne pouvons pas vivre dans notre Patrie, c’est-à-dire dans la Maison de notre Cœur. Nous sommes au bord de la route, en espérant que quelqu’un va bien vouloir nous aider sur notre difficile chemin, pour nous offrir un abri, prendre soin de nous ou faire toutes sortes de choses pour nous, parce que nous croyons que nous ne pouvons pas le faire pour nous-mêmes.

Cependant, se croire une victime est toujours une illusion, même si les circonstances nous semblent très défavorables. Des obstacles dans la vie nous sont donnés donnés soit en conséquence de notre karma (notamment activé par la Loi de la Rétroactivité) soit pour que, par eux, nous puissions devenir plus forts, plus sages, plus conscients, en un mot plus humains. C’est folie que de parler de « coups du destin » ou de peines imméritées. Dans tous les cas c’est une occasion de gain pour nous-mêmes. Rien n’arrive par « hasard ». Tout est Grâce.

Il convient de se souvenir que, à  partir du moment où je dis « non » ou « je ne peux pas », ou « c’est trop dur », ou « j’ai un problème insurmontable », j’ai – moi et personne d’autre – choisi d’être une « victime ». Un «je ne peux pas» est seulement un «je ne veux pas». Mais à partir du moment où je dis «oui» ou «je peux», ou «je ferai de mon mieux», ou «il doit y avoir un moyen de sortir de cette situation ou une solution à cette situation», je ne suis plus une victime passive mais, au lieu de rester sur les gradins à me larmoyer, je descends dans l’arène, je redeviens un acteur de ma vie. « Là  où il y a une volonté, il y a un chemin », dit le proverbe. Il n’est aucun mal qui, sous l’effet d’un bon vouloir, ne puisse se transformer en Bien.

Nous pouvons certainement être notre propre pierre d’achoppement ou même complètement déprimer, si nous choisissons de mettre l’accent sur ce qui ne fonctionne pas dans notre vie. De même, nous pouvons faciliter notre propre solution à ces problèmes, causes de désagréments, et aux difficultés perçues, étant nous-mêmes notre plus fort atout si nous osons accepter chaque détour et l’utiliser pour notre propre bénéfice. Laisser les choses exister et « couler » au lieu de désespérément tenter d' »arranger » les choses ou «se débarrasser» de celles qui ne fonctionnent pas, permet à  l’énergie et à l’enthousiasme de vivre une vie pleine de possibilités de se manifester.

La Force qui traverse toute la Création est toujours à  notre disposition dans notre vie. Vouloir l’utiliser uniquement pour tenter de résoudre d’innombrables problèmes est une possible manière de vivre notre vie, mais cela peut nous laisser le cœur vide; par contre, la mettre à  profit pour ce qui nous enthousiasme est beaucoup plus enrichissant et stimulant, et en général, les problèmes précédemment expérimentés disparaissent d’eux-mêmes. Nous n’avons pas à lutter contre l’obscurité, quand tout ce que nous avons à  faire est d’allumer la lumière.

Sûrement, il y a des bénéfices secondaires bienvenus à être considéré une victime dans la vie. Ainsi d’autres personnes peuvent se sentir désolées pour vous, afin que vous attiriez leur attention et leur sympathie, voire même un peu d’amour. Mais être aimé n’est pas vraiment accomplir le but de sa vie, sauf si vous aussi vous aimez – et êtes vous-même respecté pour ce que vous êtes, à tout moment. Que d’autres se sentent désolés pour vous, du fait que vous soyez malade et le fait de ne pas avoir à  s’occuper des corvées et autres responsabilités, par exemple, peut offrir l’avantage de couler des jours plus faciles, mais c’est aussi un piège dont personne ne peut vous aider à  sortir si ce n’est vous-même.

Votre vie peut aussi ne pas être parfaite, elle peut être criblée de lacunes et des insuffisances, mais vous ne pouvez jamais perdre quoi que ce soit si vous choisissez d’accepter et d’embrasser toutes vos expériences. C’est le vrai sens de la responsabilité personnelle, et cela ne prend que l’espace d’un instant.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *