Ecole de l'art de vivre
  1. "Une seule chair." La profondeur de la parole du Christ Jésus reste aujourd'hui encore à découvrir. Immense travail que les…

  2. Il me semble que - outre les Appelés - la Parabole concerne aussi tous les autres êtres humains désireux d'être…

  3. L'habit de noce représente le résultat des efforts de transformation qu'accomplit un appelé en vue d'accomplir sa mission, c'est le…

  4. La Parabole des Noces Beaucoup d'Appelés, mais peu d’Élus. Merci à l'auteur de l'article pour ces éclaircissements.

  5. Les ombres du passé Aujourd'hui plus que jamais, les preuves en faveur de la réincarnation sont nombreuses. Mais faire l'autruche…

  6. "La Hiérarchie dans la Création" Merci à l'auteur pour ce travail d'éclaircissement apporté à ces notions dévoyées qui sont à…

Archives

.

Combats de démons

 

Souvent, le langage populaire (en allemand: «Volksmund»: la «bouche du peuple») est révélateur de vérités sous-jacentes. Par exemple, l’on parle souvent de quelqu’un «en proie à ses vieux démons».

Si l’on approfondissait ce qui est dit là, l’on découvrirait bien vite un monde certes invisible aux yeux terrestres mais néanmoins très agissant: le monde des démons et des fantômes.

Dans l’expression «être en proie à ses vieux démons», l’un des mots importants est l’adjectif possessif «ses», car c’est ici lui qui permet de comprendre que les vieux démons en question ont été «fabriqués» par celui qui est censé les posséder mais qui, en réalité, est plutôt «possédé» par eux

Le mot «possédé» est ici entre guillemets, parce que, dans la cas des démons, le terme exact est plutôt «influencé». Et même si cette influence peut souvent se révéler très forte, cela ne va, en réalité, jamais jusqu’à la possession, laquelle ne peut être le fait que d’un esprit possesseur: un autre phénomène!

Concernant l’influence pouvant être exercée par les démons, c’est un important et peu connu processus, dont peu sont conscients, qui est ici explicité.

Deux personnes sont en en conversation. Avez-vous remarqué que dans le mot conversation il il y a le mot conversion? Une conversation c’est fait pour se convertir au point de vue de l’autre. Cela ne veut pas dire renoncer au sien; cela veut juste dire entendre ce que l’autre a à  dire, l’écouter, le laisser entrer en soi, l’expérimenter à  l’intérieur, le temps de l’expérimentation le faire sien.

Ces deux personnes, parce qu’elles ne se convertissent pas au point de vue de l’autre et ne veulent pas le faire, dès lors, s’affrontent. En effet, à  partir du moment où l’on ne cherche pas le consensus – qui est l’harmonisation de deux points de vue – l’affrontement devient inévitable. C’est certes, tout d’abord, un affrontement intellectuel, mais, rapidement, cela devient aussi – eh oui! – un affrontement de démons!

En effet, l’un des protagonistes ressentant qu’il n’arrive pas, d’emblée, à  avoir le dessus, ressent «instinctivement» qu’il a besoin d’un surcroît de force pour arriver à  vaincre – ou à  con-vaincre – l’autre. Pour obtenir ce surcroît de force indispensable à cet objectif qui est le sien il se connecte à  un démon de pouvoir qu’il a, en des circonstances similaires, antérieurement formé à l’aide de la Force neutre qui parcourt toute la Création.

De ce fait, le démon qui s’est alors formé et qui a été ensuite renforcé en de nombreuses circonstances est devenu un important réservoir de force, toujours disponible à chaque fois qu’il s’agit de tenter d’obtenir la prééminence sur l’autre… Bien évidemment, en face de lui, son protagoniste peut très bien, lui aussi, avoir son démon de prédilection et agir exactement de la même manière.

Le démon dans le couple

Très rares sont les couples équilibrés.

Dans la plupart des couples existent un dominant et un dominé.

Si l’homme a principalement (il y a toujours des exceptions) dominé la femme depuis des siècles et des millénaires, à  l’époque moderne l’on trouve aussi beaucoup de femmes dominantes, de sorte qu’il peut y avoir autant de femmes dominantes que d’hommes dominants.

Le dominant (ou la dominante) a un faux vouloir, qui est celui de toujours vouloir assurer sa suprématie au détriment de son ou de sa conjoint(e).

De ce fait, le dominant est toujours relié à  {au moins} un démon généré par lui. Le démon constitue la « réserve de force » dont le dominant a besoin pour assurer sa suprématie sur son partenaire. Le dominé a peur d’affronter le démon du dominant et c’est pourquoi il choisit généralement la soumission.

C’est ainsi qu’une banale conversation se transforme rapidement en affrontement de démons. En un tel cas, la «victoire» revient généralement à celui qui a le plus gros démon…! C’est une communication sous démons.

Heureusement, un être lumineux vaincra toujours tous les démons, grâce à sa forte connexion avec la Force neutre de Dieu, laquelle fera toujours pencher la balance du côté de celui qui sert la Lumière!

Heureux ceux qui parviennent à avoir une communication sans démons!

1 Commentaire

  1. Deh Assy

    Combats de démons

    Et c’est bien cela, de nos jours, qui est si difficile à obtenir. Tellement nous sommes environnés par nos démons et fantômes que nous alimentons, chaque fois.

    Il faudra pourtant que nous réussissions à nous en débarrasser activement si nous ne voulons pas périr…

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *